PRÉSENTATION DU ‘RALLYE RAID DAKAR’ 2021.

 

DAVID CASTERA

 

Épidémie du Coronavirus COVID-19 oblige, pas de présentation en grandes pompes comme le veut la tradition du Rallye-Raid Dakar 2021 !

En effet, c’est via Internet que la deuxième édition du Dakar en Arabie Saoudite, prévue du 3 au 15 janvier 2021, a été officiellement dévoilée ce jeudi 11 juin 2021.

Un Dakar dont le parcours  se résumera à une grande boucle autour de Jeddah, d’abord à l’intérieur du Royaume puis ensuite le long de la côte.

Direction au début vers l’Est avant une remontée vers le Nord, avec une journée de repos à Ha’il au centre du pays le 9 janvier. Ensuite, les rescapés de la 1ère semaine redescendront le long de la Mer Rouge.

Naturellement la traditionnelle étape marathon sans aucune assistance mécanique extérieure à l’arrivée au bivouac est conservée et il y aura deux étapes en boucle.

Ancien motard puis co-pilote avant de rejoindre l’Organisation d’ASO. le Promoteur de l’épreuve, et d’en devenir l’an dernier le Patron et ce en remplacement d’Étienne Lavigne, très décrié, David Castera, confie :

«On a exploité toute l’Arabie Saoudite. Ce pays est tellement étendu qu’on a réussi à ne reprendre que 50-100 kms du parcours de l’an dernier».

Eu égard à la pandémie du COVID-19, n’ayant pu à ce jour tracer le parcours sur place, ses équipes ont imaginé les kilométrages, les points d’assistance, les lieux des pauses en cours et fin d’étapes grâce aux images satellites.

David Castera précise :

«Dans chacune des étapes, on retrouve un peu de tous les ingrédients. On a essayé de conserver les dunes, les parties techniques et les parties rapides un peu tous les jours».

 

100 % SUR LE SOL D’ARABIE…

 

Et si en 2019, lors de la signature du Partenariat, ASO. avait souhaité et imaginé étendre le parcours autour de l’Arabie Saoudite et de visiter les pays voisins pour l’édition 2021, il n’en sera rien suite à l’épidémie du COVID-19. Castera indique :

« On avait tracé un Dakar dans d’autres pays. Malheureusement, la semaine du confinement, on devait partir pour une tournée de prospection. On n’a évidemment pas pu le faire, donc on a été obligé d’abandonner notre projet pour cette année »

Et il ajoute :

« Ce n’est que partie remise. On a trois pays autour qui sont demandeurs et correspondent à l’ADN. du Dakar : le Sultanat d’Oman, les Émirats Arabes Unis d’Abu Dhabi et la Jordanie ».

 

L’ARABIE S’ORIENTALISE !

 

Après avoir débuté sur la terre d’Afrique en janvier 1979 avant de se dérouler en l’Amérique du Sud (Argentine-Chili-Pérou-Bolivie), le Dakar s’est installé et pour 5 ans en 2020, en Arabie Saoudite !

Un Pays pas franchement connu pour respecter les Droits de l’Homme…  et bien sûr immédiatement critiqué pour ses manquements aux Droits de l’Homme, le Royaume notamment pratiquant régulièrement des décapitations…

Mais la mondialisation et la puissance des  réseaux sociaux ont finalement eu gain de cause et poussé ce pays à changer et à améliorer sa sale image de barbare…

L’Arabie misant tout à la fois sur de grands événements sportifs et sur le développement du tourisme pour tenter de changer et d’améliorer justement cette image déplorable !

 

AVEC UN PLATEAU MOINS FOURNI !

 

Outre les problèmes sanitaires, ce virus va faire d’énormes dégâts sur le plan purement sportif et David Castera admet que les concurrents amateurs ‘les privés’ risquent fort d’avoir de sérieux soucis pour dénicher et convaincre les éventuels sponsors…

David lâche :

«Rechercher des sponsors va être certainement beaucoup plus difficile et il faut s’attendre à une baisse des concurrents pour les deux années qui arrivent. Ceux du milieu de plateau, qui n’avaient pas beaucoup d’argent et qui se faisaient aider financièrement par des partenaires».

 

SÉCURITÉ RENFORCÉE…

 

À la suite des accidents mortels survenus en janvier dernier aux deux Motards, le Portugais Paulo Gonçalves et le Néerlandais Edwin Straver, la sécurité des pilotes Motos et des Quads fera aussi partie des améliorations de la 43ème édition du Dakar.

Cela impliquera le port d’un ‘gilet airbag’ qui devient obligatoire dans les catégories des Motos et Quads. Mais des alertes sonores avertiront les pilotes lorsqu’ils approcheront d’une zone jugée dangereuse et leur vitesse pourra être limitée à 90 km/h dans certaines zones à haut risques.

Les pilotes disposeront enfin de moins de pneumatiques et ne pourront pas réparer leurs machines en cours de journée.

David Castera qui disputa de nombreux Dakar à Moto avant de se tourner comme co-Pilote Auto, sait de quoi il parle :

«On fera en sorte qu’ils aient à gérer leurs motos et pour gérer, il faut savoir anticiper et un peu lâcher les gaz »

 

ROAD BOOK ? LA RÉVOLUTION !

 

Autre grosse nouveauté, celle concernant la navigation. Après une première expérimentation en 2020, le traditionnel road-book qui précise  le parcours type aux concurrents sera désormais distribué chaque matin au départ des épreuves chronométrées les spéciales plutôt que la veille au soir au bivouac.

David Castera s’en explique :

«De nos jours avec le progrès, il y a des montres connectées, des téléphones portables, de petits GPS, bref tout plein de choses, il fallait donc qu’on enlève la possibilité d’avoir accès à ces formes de triche»

Et il lance :

«C’est à l’instinct pur et à chacun d’arriver à lire et à comprendre à la première lecture une note de road-book. Cela a remet tout le monde un peu à égalité».

Depuis l’origine du Dakar, le traditionnel road-book était donné aux concurrents en version papier dans de petits livres, avant d’évoluer vers une version électronique sur tablette.

 

NAISSANCE DU DAKAR CLASSIC !

 

Enfin, l’annonce du jour concerne la naissance d’un Dakar Classic, une compétition placée sous le signe non pas de la performance mais de la régularité !

Cette catégorie concernera des véhicules Autos et Camions d’avant l’année 2000 et ayant participé aux Paris-Dakar d’antan  sue la terre d’Afrique.

À ce sujet, rappelons tout de même que depuis une bonne décennie, il existe en Afrique un petit frère des vrais Paris-Dakar et dénommé Africa Race !

Une épreuve qui s’élance depuis plusieurs éditions de Monaco, traverse la Méditerranée  en ferry comme autrefois le faisait faire Thierry Sabine, puis roule sur les merveilleuses pistes Marocaines et Mauritaniennes avant de finir au Lac Rose, à Dakar.

Compétition que dirigent conjointement Jean-Louis Schlesser et René Metge, deux anciens multiples vainqueurs de ces Paris-Dakar d’antan !

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Sonja VIETO RAMUS et ASO

 

 

Dakar Evenements Flash Info Rallye Rallye-Raid

About Author

gilles