LE GROUPE BP. VA LICENCIER 10.000 PERSONNES ESSENTIELLEMENT EN ANGLETERRE.

 

 

Sale temps pour les mastodontes du secteur pétrolier… avec l’effondrement depuis le début du printemps des cours du pétrole !

 

 

Le PDG. de la firme Britannique BP. (British Petroleum), Bernard Looney, a annoncé un sérieux plan social ce lundi 8 mai 2020, répondant ainsi aux inquiétudes des salariés, suite à l’effondrement des cours du pétrole.

L’homme d’affaires expliquant les dégâts causés par l’épidémie du coronavirus COVID-19, pour la BP. :

 «Au-delà de la tragédie humaine évidente, il y a eu des retombées économiques généralisées, ainsi que des conséquences pour notre industrie et notre entreprise. La baisse des cours du pétrole, notamment, a forcé l’entreprise à dépenser beaucoup plus que ce qu’elle gagne, des «millions de dollars chaque jour»

Ce qui a eu pour effet de provoquer une hausse de la dette nette du groupe, d’environ six milliards de dollars en un trimestre !

Et il a avancé des chiffres, indiquant :

« Nous devons absolument dépenser moins d’argent »

Sachant que les coûts d’exploitation de l’entreprise allaient être réduits d’au moins 2,5 milliards de dollars en 2021. De nombreuses mesures devant permettre à la BP. d’économiser de l’argent dont selon lui d’inévitables réductions d’emplois.

« Nous allons maintenant devoir entamer un processus qui aura pour conséquence la suppression d’environ 10.000 emplois, dont une grande partie avant la fin de cette année ».

Ces suppressions devraient essentiellement concerner des emplois de bureau. Et représenteront 14% des 70.100 employés actuels.

Environ un cinquième de ces postes concernent la Grande Bretagne. Parmi lesquels les dirigeants qui seront touchés, les niveaux les plus élevés devant supporter les effets les plus importants, selon le patron de la BP.

 

John ROWBERG

Photos : Gilles VITRY

 

Économie

About Author

gilles