LA MORT DE CARLO UBBIALI, UNE LÉGENDE… UN TRÈS GRAND CHAMPION DES GRANDS PRIX MOTO.

 

 

UN PILOTE DE LÉGENDE NOUS QUITTE…

 

Carlo Ubbiali était né le 22 septembre 1929. il s’en va a 90 ans.

Le nom de Carlo Ubbiali (ci-dessus avec Gary Hocking en 1960) est de nos jours,
un peu oublié, sauf quand on regarde le nombre de titres obtenus
par les plus grands Pilotes de GP. Moto.

On se souvient que la Championnat du Monde de Vitesse Moto est créé en 1949.

 

CARLO UBBIALI EN 1951

 

Et dès 1951, Carlo Ubbiali, un pilote italien né à Bergame (la ville de Giacomo Agostini !) décroche son premier titre en 125 sur une Mondial.

Puis c’est à partir de 1955 que son histoire devient une légende, il est alors pilote MV Agusta.

Il ajoute cinq titres de plus à son palmarès en 125, dont quatre entre 1955 et 1960, plus trois titres en 250, en 1956, 1959 et 1960.

 

UBBIALI EN 1655

 

On notera qu’en 1956, 959 et 1960, il fera le doublé 125/250 !

Donc neuf titres au total, ce qui le place sur les tables de marbre derrière Giacomo Agostini (15 titres) et Angel Nieto (13 titres) à égalité avec Valentino Rossi et Mike Hailwood.  Excusez du peu…

Pour l’instant, le suivant est actuellement Marc Marquez avec huit titres au compteur.

Encore un et il est sur le podium absolu de l’histoire des GP. Moto…

 

UBBIALI EN 1958

 

Ubbiali est mort à 90 ans, là aussi ce doit être parmi les records, Phil Read à 81 ans, il est toujours vivant, Surtees est mort à 83 ans, je n’ai pas cherché ailleurs, les statistiques nécrologiques me dépriment un peu…

Ne pas oublier qu’à cette époque il n’y avait que 6 GP. par an en 1949 et en 1950, huit en 1951, sept en 1960…

Il s’est retiré de la Compétition, jeune, à l’âge de 31 ans.

Et quand on voit sur quoi il roulait (taille des pneus, genre vélo..) et avec quels ‘matos’ (casque au dessus des oreilles, lunettes en verre) c’est un miracle ce palmarès !

Donc décrocher 39 victoires sur 71 départs, le tout sur 12 saisons courues, en fait un vrai héros des GP. Moto de Vitesse.

C’est une immense histoire qui se termine, un héros qui s’en va est toujours un mauvais symbole…

RIP L’ancien !

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : MotoGP/Maurice Bülla

 

 

 

 

About Author

jeanlouis