DES MILLIARDS POUR… MARCHER SUR LA TÊTE !

 

 

 

Toujours aussi difficile de dénicher des bornes de recharge… Photo : AutoNewsInfo

 

Les milliards d’€ dépensés par l’État serviront-ils vraiment à relancer l’Automobile après la crise du Covid-19 qui a fait plonger les ventes de 80 % et grossir les stocks à 500.000 voitures ?

Pas sûr.

Gare à l’effet d’aubaine pouvant intéresser les 200.000 premiers acheteurs qui bénéficieront d’un bonus écologique passé de 6.000 à 7.000 € sur le prix d’une voiture électrique, plus une reprise à la casse de 5.000 € sur un ancien véhicule (essence d’avant 1997 ou Diesel d’avant 2001), soit une économie au total de 12.000 €.

Car au-delà de ces conditions alléchantes valables jusqu’au 31 décembre, les ventes risquent de replonger comme cela avait déjà été le cas lors des précédentes primes à la casse.

D’autant que cette fois-ci, des bémols limitent l’intérêt de cette carotte fiscale. Elle ne concerne que les Français ayant un revenu fiscal inférieur à 18.000 € par part et l’attribution de ce bonus écologique ne peut excéder 27 % du prix d’une voiture au minimum de 25.000 € (au-delà, de 45.000 € à 60.000 €, il reste à 3.000 €).

Vouloir «verdir» le parc automobile hexagonal à coup de primes à l’électricité d’un coût exorbitant ne changera pas forcément les comportements.

D’autant que dans le même temps, de plus en plus de grandes villes font tout pour décourager l’usage de l’Automobile.

 

La RENAULT ZOÉ devant LISBONNE – Photo : Jacques Le Corre – Nouvel Ouest.

LA ‘BAGNOLE’ ÉLECTRIQUE NE DÉCOLLE PAS !

 

Et sur le reste du territoire, les Français sont loin d’être devenus des fanas de l’écologie électrique (2% du marché) valable pour des voitures urbaines, mais pas pour des déplacements plus longs compte tenu de l’autonomie très limitée des véhicules électriques.

Il faut ouvrir les yeux, la ‘bagnole’ électrique ne se vend pas, n’intéresse pas et ne décolle pas !
C’est LA VÉRITÉ !

Et si toutes les marques se mettent à en fabriquer, c’est avant tout pour échapper aux lourdes pénalités ‘imposées’ par Bruxelles à ceux qui dépasseront les 95 g de CO2, sur leur l’ensemble de leur gamme.

En aparté, les patrons de constructeurs automobiles reconnaissent qu’on ‘les pousse’ à fabriquer des voitures dont la majorité gens ne veulent pas !

Excepté les hybrides (5,7% du marché) qui permettent de garder l’avantage de la plus grande autonomie des moteurs thermiques pour les longs trajets.

Une situation d’autant plus ubuesque que vouloir produire un million de voitures électrique par an en France d’ici 2025, et avancer d’un an l’installation de 100.000 bornes à horizon fin 2021, signifie une augmentation très forte de la consommation d’électricité au moment où l’on veut fermer des centrales nucléaires !

Ce qui a fait dire et fort intelligemment à Jean-Luc Mélanchon :

«Il ne faut pas fermer des centrales nucléaires mais bien au contraire en ouvrir une supplémentaire»

Des paroles logiques et pleines de bon sens !

À moins que, comme en Allemagne pour éviter une pénurie de courant, on ait recours aux centrales… à charbon qui dégage encore plus de CO2 qu’une centrale nucléaire.

Et polluent donc encore plus !

Les politiques nous étonneront toujours et marchent sur la tête …

Bonjour le bilan carbone !

 

STATION-SERVICE-BP-Les Pompes-Photo : Gilles-VITRY

 

Déjà passablement dégradé par le haro sur le Diesel (dégringolé de 60% à 34%) qui a provoqué un retournement des ventes vers les voitures Essence (58%)… dégageant plus de C02 que les Diesels !

Alors qu’on veut lutter contre le réchauffement climatique, les ‘ayatollahs’ de l’écologie provoquent l’inverse et sont en permanence en contradiction avec LA réalité.

Oui, on marche sur la tête. Et au milieu de ce ‘dogmatisme idéologique’ ambiant, certaines marques ont beau faire valoir que leurs derniers moteurs diesel dégagent autant, voire moins de particules fines (l’autre grief) que les moteurs essence. On est devenu inaudibles, constate Francois Roudier, porte parole du CCFA. (Comité des Constructeurs Français d’Automobiles). 

Et faire entendre ces arguments techniques prouvés ne sert qu’à déclencher des critiques de mauvaise foi.

Sans pour autant baisser les bras. À l’image du Patron du Groupe PSA- Peugeot-Citroën, Carlos Tavares qui estime que l’électrique ne constitue qu’une phase… transitoire et imposée par les politiques!

Et dangereuse par la dépendance de plus en plus forte des constructeurs européens aux fournisseurs de batterie et… en majorité Chinois !

 

STATION HYDROGÈNE du PONT DE L’ALMA À PARIS.

 

Alors que la vraie solution écologique en cours d’étude est ailleurs…

L’avenir ?

TOUS les ingénieurs, TOUS le répètent, c’est bel et bien ‘LA’ voiture hydrogène à pile à combustible, capable elle de rouler 1.000 kms et de se recharger… en 3 minutes, oui TROIS minutes (Voir photo ci-dessus) et ce sans des arrêts forcés de 1 à 7 heures, à une borne électrique pour pouvoir refaire seulement… 300 kms !

Pour relier Paris à Nice, Paris à Brest, Paris à Biarritz, comme me le souffle en rigolant, l’ami Gilles Gaignault, nous voilà revenu au temps des calèches et autres diligences qui stoppaient de relais de postes en relais de postes !

 

Philippe GENET

Photos : Gilles VITRY-Jacques LE CORRE-Jean Michel LEROY

 

 

About Author

gilles