CONVERGENCE ACO.-IMSA. : PLUS DE DÉTAILS.

 

 

 

IMSA-2020-DAYTONA-24 Janvier- JIM FRANCE et PIERRE FILLON

Décidément, la Catégorie Prototype voit se pencher sur elle
bien des fées pleines de bonne volonté…

 

Il y a quelques semaines, nous avions appris que l’IMSA. et l’ACO. avaient travaillé ensemble sur la création du règlement du LMDh ou Le Mans Daytona «h», une nouvelle définition pour les prototypes IMSA.

À AutoNewsInfo, nous en avions parlé en s’interrogeant malgré tout sur la coexistence qu’il pouvait y avoir entre les Le Mans Hypercar, les LMH et les LMDh.

Une nouvelle étape importante vient d’être franchie. Des modifications du Règlement LMH a été validé par la FIA., portant sur la puissance moteur, le poids de la voiture et les performances aérodynamiques, afin d’obtenir des caractéristiques communes entre ces deux catégories et également afin de réduire les coûts.

Pour cela, on assiste à une diminution de puissance passant de 585 kW à 500 kW autrement dit de 795 ch à 680 ch. Elle s’accompagne d’une réduction de poids de 1.100 kg à 1.030 kg.

Le rapport poids/puissance passe ainsi de 1,38 kg/ch (c’est-à-dire qu’il faut 1,38 ch pour chaque kg de la voiture) à 1,51 kg/ch pour la nouvelle définition, soit une faible perte de moins de 10%.

Comme les LMH seront des châssis spécifiques d’un constructeur (prototype ou provenant de la série) tandis que les LMDh disposeront d’un châssis de type LMP2 choisis parmi quatre artisans constructeurs (Ligier, Dallara, Riley et Oreca), les aérodynamiques seront forcément différentes.

Un contrôle des performances aérodynamique est prévu. Mais il n’est pas encore précisé sous quelle forme…

En passant par une BOP, telle qu’elle a été définie dans le LMH pour équilibrer les performances entre véhicules issus de la série et les prototypes ?

Ainsi, à la FIA., on a œuvré pour avoir la possibilité de trouver les LMH et LMDh, se confronter en Championnat du Monde d’Endurance WEC.

 

24 Heures du Mans 2019 – Pierre Fillon à droite et Richard Mille à gauche ont présenté la 8ème Saison WEC et le futur règlement Hypercar – Photo Patrick Martinoli

 

Richard Mille, explique :

« Nous devons tenir compte de l’évolution de l’environnement économique et adopter des mesures de réduction des coûts pour soutenir les efforts des constructeurs. Avec la présentation par l’ACO/IMSA des principes fondateurs de la plate-forme LMDh et la décision de la Commission Endurance de la FIA. de modifier les spécifications techniques de la catégorie Le Mans Hypercar, nous amorçons enfin la convergence. »

Et il poursuit et précise encore :

« Le fait que les deux plates-formes soient admissibles dans la future catégorie reine du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA. permettra une plus grande diversité des approches techniques et attirera ainsi davantage de concurrents. C’est une finalité à laquelle toutes les parties concernées – dont les constructeurs engagés dans la catégorie Le Mans Hypercar, la FIA. et l’ACO. – travaillent depuis le début. Il s’agit d’une étape importante pour l’avenir des courses d’Endurance. »

Mais l’inverse sera-t-il vrai ? Les LMH pourront ils courir en IMSA ?

Néanmoins on est bien moins inquiet sur l’avenir des Prototypes au Mans.

L’arrivée des marques US va permettre d’augmenter largement le nombre de participants possibles. Et même les européens se déclarent !

Tel Porsche qui a confirmé il y a quelques jours avoir lancé une pré-étude sur le LMDh répondant ainsi à une demande du Directoire de la marque de Zuffenhausen.

Peugeot a annoncé de son côté que la voiture répondrait au règlement qui sera le plus adapté à la marque. Comme Peugeot, suite à l’arrêt de son partenariat avec Rebellion (qui change de registre en se consacrant bizarrement au Dakar), peut effectivement choisir les deux catégories grâce aux liens établis avec Ligier (dont le châssis homologué en LMP2 en IMSA).

On peut donc se prendre à rêver à une formidable lutte au départ des 24 heures du Mans 2022, avec Toyota, Peugeot, Porsche, Ford et pourquoi pas Mazda, tous anciens vainqueurs dans la longue histoire du Mans, avec en plus Cadillac et Glickenhaus…

Alors l’arrêt d’Aston Martin déploré en début d’année sera vite oublié !

 

Entretien-de-Gilles-GAIGNAULT avec Pierre FILLON-  Photo: Bernard-BAKALIAN

 

Laissons volontiers le mot de conclusion à Pierre Fillon, le dynamique Président de l’ACO.  :

« Le futur de l’Endurance se construit activement. La convergence ACO. – IMSA, permettant aux concurrents de la catégorie reine de pouvoir courir en Championnat du Monde d’Endurance de la FIA. et en IMSA WeatherTech SportsCar Championship est désormais concrète et complète. En effet, LMDh (Le Mans Daytona “h”) et Le Mans Hypercar sont maintenant régis par des règlements convergents pour des performances similaires. Les équipes techniques de la FIA. et de l’ACO. ont travaillé sur une adaptation du règlement LMH, accueillie positivement par les constructeurs. Cette annonce est une nouvelle preuve de cette collaboration constructive, cruciale pour notre discipline. »

On ne peut qu’approuver et les en féliciter pour l’avenir de l’Endurance,
cette discipline qu’on adore à AutoNewsInfo…

 

Patrick MARTINOLI

Photos : Thierry COULIBALY – Bernard BAKALIAN – CONSTRUCTEURS 

 

About Author

gilles