PATRON DE FERRARI, LOUIS CAMILLERI SE MONTRE VISIBLEMENT OPTIMISTE POUR LA SUITE DE L’ANNÉE 2020…

 

 

 

 

Le PDG de Ferrari, Louis Camilleri, se félicite lors de la présentation de ses résultats financiers du premier trimestre 2020, à l’occasion d’une conférence téléphonique avec les investisseurs et il admet et reconnait en même temps, des pertes considérables et ce, en raison de la situation dans laquelle se trouve plongée la Formule 1.

Ferrari avait initialement prévu des ventes de l’ordre de 4,1 milliards d’€ pour l’année 2020, contre 3,6 milliards en 2019, mais Louis Camilleri doit bien évidemment corriger cette estimation et rectifier malheureusement vers une inévitable diminution et baisse de manière significative et ce naturellement en raison de lourdes et inattendues pertes provoquées par la soudaine crise du coronavirus COVID 19.

Lors d’une conférence téléphonique avec les investisseurs, le responsable de la firme de Maranello a donc reconnu et admis que les ventes représenteraient autour de 3,4 milliards d’€.

Et il table et suppose que le bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement passera de 1,4 milliard d’€  initialement prévu et dorénavant espéré à 1 à 1,2 milliard d’€.

Louis Camilleri indiquant :

« Moins de courses et de Grand Prix sans fans, cela entraînera bien sur des réductions drastiques des revenus provenant des montants en argent provenant de Liberty Media et de la FOM, et les revenus des sponsors diminueront également. Et ce sont nos deux sources de revenus les plus importantes en Formule 1. Nous avons également moins de revenus car nos magasins de vente et les musées de Modène et de Maranello ont dû être fermés par décision gouvernementale. »

Et d’expliquer :

« La Formule 1 aura c’est une évidence un impact majeur sur notre résultat 2020. Il est également très difficile de prévoir comment cela se développera. »

Avant de préciser :

«  Mais la bonne nouvelle est que nous pensons que nous n’aurons ces pertes qu’en 2020. »

Quant au prochain plafond budgétaire en F1, le PDG de Ferrari a ajouté :

« Nous constatons des progrès significatifs dans la réduction des coûts, à commencer par l’utilisation des voitures actuelles en 2021. Nous espérons également obtenir rapidement une solution de plafond budgétaire. Cette couverture rendra la Formule 1 économiquement plus durable, mais en même temps la Formule 1 reste la première classe et innovatrice pour les nouvelles technologies dans l’industrie automobile. »

Enfin, Louis Camilleri voit Ferrari, malgré la conjoncture à venir qui se présente et s’annonce surement fort compliquée et difficile, en bonne forme. se montrant visiblement plutôt optimiste.

Il enchaîne et conclut par des paroles qui se veulent apaisantes :

« Bien entendu, nous ne sommes pas non plus à l’abri d’une sérieuse crise économique mondiale. Mais nous sommes beaucoup plus résistants que la plupart des autres. Bien que nous ayons arrêté la production le 14 mars, nous n’avons pas eu à licencier ou à placer nos ouvriers en chômage partiel ! »

 

Peter SOWL

Photo : FERRARI

 

About Author

gilles