LA CAUSE DE LA MORT D’AYRTON SENNA RESTE TOUJOURS MYSTÉRIEUSE.  

 

 

Même 26 ans plus tard les causes exactes de la mort d’Ayrton SENNA
restent inexpliquées.

Ayrton SENNA son aura planera pour toujours sur la F-1-© Manfred GIET

 

L’enquête menée après le drame de Tamburello, après que l’épave de la voiture de l’infortuné Champion Brésilien, ait été saisie et scellée par le Parquet de Bologne dans un box du Circuit d’Imola et ce pendant 8 ans, n’a apparemment jamais vraiment dévoilé la cause exacte de la sortie de piste d’Ayrton SENNA, lors du 7ème tour dans cette courbe de Tamburello à 14 Heures 17  ce 1er mai 1994 et à une vitesse de 212 Km/h, au moment de l’impact avec le mur de protection.

Dès le départ, des suspicions sur un bris de la colonne de direction de la Williams portant le N°2, se sont dégagées mais rumeur infirmée par l’écurie Britannique, prétextant qu’effectivement la colonne de direction était bien brisée non pas à cause d’un défaut de matériau, mais bien suite à l’impact dans le mur.

La direction était en effet bien brisée à l’endroit d’une soudure effectuée peu de temps avant et effectuée à la demande d’Ayrton SENNA qui se plaignant auprès de ses ingénieurs, Patrick HEAD et Adrian NEWEY, de ne pas pouvoir visualiser son tableau de bord correctement telle que la direction et le volant étaient disposés dans son cockpit.

À la suite d’un procès interminable, Sir Frank WILLIAMS, le Patron de l’Écurie, son adjoint Patrick HEAD et le designer Adrian NEWEY, furent poursuivis pour homicides involontaires, avant d’être finalement acquittés une première fois le 16 décembre 1997, puis à nouveau inculpés, à la suite d’un nouveau procès, qui a duré deux ans et où une Cour de Justice de Bologne confirmait le premier verdict :

Un acquittement des trois inculpés du Team WILLIAMS.

Cependant et malgré cette dernière décision, suite aux appels qui ont suivi, la saga d’un procès interminable a perduré jusqu’en… avril 2002, lorsque la police d’Imola a enfin rendu l’épave de la WILLIAMS dans un état de délabrement tel et… au bout de huit années, qu’il était devenu impossible d’analyser plus en profondeur le châssis, tombé à l’état de ruine, après être resté renfermé dans un Box du Circuit pas tout à fait étanche.

D’où le verdict final en 2005, avec un acquittement de Frank WILLIAMS, tel que prononcé déjà à son encontre en décembre 1997 et pour Adrian NEWEY, tandis que Patrick HEAD, était jugé coupable, lui, suite au bris de direction probablement du à une soudure mal effectuée sur la colonne de direction avant le Grand Prix et ce afin d’optimiser le confort d’Ayrton.

Adrian NEWEY a d’ailleurs par la suite déclaré à plusieurs reprises que cet accident le hantait encore régulièrement.

Le Belge Pierre VANGINNEKEN, qui travaillait pour le fournisseur de casques de la marque BELL, était chargé du design, montage et de l’agencement du casque d’Ayrton SENNA, nous montra une photo prise lorsque le fabricant BELL a récupéré le casque du malheureux Ayrton SENNA auprès de la Justice Italienne.

Et là, on pouvait bien voir l’impact à hauteur de l’arcade droite où le bras de suspension de la roue avant droite de la WILLIAMS, avait perforé le casque pour se loger dans le cerveau d’Ayrton, comme un coup de sabre… naturellement mortel !

Avec un angle un peu plus ouvert, cette pièce aurait probablement glissé sur le côté droit du casque, sans faire les ravages que l’on connaît.

Comme quoi cette sortie de piste d’Ayrton, a eu des suites fatales parce que la fatalité en a décidé autrement.

Tout comme l’épave de la WILLIAMS, le casque a aussi été détruit ensuite.

 

Manfred GIET-

Photos : Publiracing Agency

 

La F1 Brésilienne, plus orpheline que jamais d’Ayrton SENNA

Evenements Nécrologie Personnalités

About Author

gilles