CLAIRE WILLIAMS TRÈS INQUIÈTE POUR LA SURVIE DU ‘TEAM WILLIAMS F1’.

 

 

F1- CLAIRE WILLIAMS

 

Dans une interview qu’elle vient d’accorder à la Chaîne ‘Sky News’, Claire Williams, la fille du créateur de l’écurie éponyme, qu’elle dirige depuis 2013, se montre extrêmement inquiète quant à l’avenir qui attend le Team Williams :

« C’est une période sérieusement difficile pour le Monde de la F1 en ce moment. C’est ce qui explique la raison pour laquelle, nous tous ensemble, les directeurs d’écuries avons passé énormément de temps, ces dernières semaines, confinés, à échanger lors d’innombrables réunions pour évoquer et discuter de l’avenir des GP, afin de nous assurer de ressortir tous indemnes de cette crise du Covid-19. Et pour avoir la garantie et l’assurance d’y arriver, il faut absolument que les GP reprennent. C’est vital surtout pour une écurie comme la nôtre. Nous ne disposons pas des soutiens financiers et techniques de la majorité de nos concurrents. Pour nous, courir et reprendre la compétition est indispensable. Mais bien sûr, seulement lorsqu’il sera possible pour ce qui concerne la santé, de relancer les GP. »

Et Claire poursuit :

« Je suis convaincue que nous allons survivre à cette crise. Il est vrai que je suis d’une nature éternelle optimiste »

Avant d’ajouter :

« La situation actuelle est vraiment extrêmement inquiétante car elle ne cesse d’évoluer en permanence. Rien n’est sûr, rien n’est décidé, on est dans le noir, dans le vague. Nous ne savons pas, si nous pourrons n’avoir aucune épreuve, huit ou quinze GP. Nous espérons naturellement qu’il y en aura le plus possible. »

Et, Claire Williams, précise :

« Je n’envie pas Chase Carey – l’homme qui a en charge pour ‘Liberty Media’ l’organisation des GP-  en ce moment. Cela ne doit pas être simple de tenter chaque jour d’essayer de finaliser un nouveau calendrier avec tous les incertitudes gouvernementales. Nous ne savons pas quand le confinement va être levé, et de toute façon, les dates seront c’est une évidence, sûrement très certainement bien différentes, selon les pays. »

Et elle indique encore :

«  Comment fera-t-on pour transporter tout le paddock, avec le nombre de personnes concernés, d’un pays à un autre dans ces conditions ? »

Enfin, Claire Williams, conclut très sagement avec des propos pleins de bon sens, en lâchant :

« Il existe maintenant une belle opportunité de changer les choses. J’estime et considère que notre modèle actuel du fonctionnement des GP, prouve et démontre avec cette crise qu’il n’était pas efficace. Il faut faire en sorte que si jamais une autre crise de cette ampleur arrive dans le futur, nous ayons les moyens de mieux nous protéger. Et j’ai l’impression que tout le monde travaille dans le même sens. Les grandes équipes ont enfin compris qu’il fallait changer le système en vigueur actuellement pour assurer la survie des plus petits teams qui restent indispensables. Et bien sûr, nous comprenons l’effort que cela représente pour elles. Si le nouveau règlement prévu pour 2021 avec la limitation du budget, avait été mis en place il y a deux ans, nous ne serions pas aussi inquiets que nous le sommes aujourd’hui.»

Outre Claire Williams, des échos qui nous parviennent, les responsables des équipes Sauber-Alfa Romeo et Haas-Ferrari, pensent la même chose.

Quant à Renault, il se murmure dans les milieux financiers en France et à la City aussi à Londres, que le Conseil d‘Administration du généraliste automobile Français, opterait très prochainement carrément pour un retrait de la F1 !

 

John ROWBERG

Photos : Georges DECOSTER et TEAM

 

About Author

gilles