MICHEL HOMMELL… L’HISTOIRE DU PARCOURS D’UNE LÉGENDE VIVANTE DE L’AUTOMOBILE EN FRANCE.

 

 

 

 

Alors qu’il vient de vendre son titre amiral Auto Hebdo et de fêter ses 76 printemps, étant né le 20 février 1944 à Nancy, l’éditeur de la Presse automobile Michel Hommell, mérite en ces temps de confinements et où les fans ont bien du temps libre, qu’on s’attarde sur son incroyable histoire et raconte son cheminement, qui l’a mené en 50 ans, au titre d’éditeur N°1 de la presse automobile Française (Auto Hebdo-Échappement-Berlinette-Mille Miles- Gazoline-Super VW-Auto Passion- Speedster-Nitro-Auto Modélisme) pour ne citer que les plus connus.

Sans parler de la création son sensationnel Musée automobile de Lohéac en Bretagne, le merveilleux et exceptionnel Manoir de l’Automobile ! Lequel dispose de sa piste de roulage privé !

Michel Hommell ? Tout simplement un homme passionné, brillantissime, attachant, simple, assurément … une légende vivante ! Et un sacré bosseur aussi et surtout qui a démarré chez lui en Lorraine avec…  trois francs, six sous en poche…

 

UN PEU D’HISTOIRE…

 

Né dans une famille tout à la fois, de pharmacien-son grand-père paternel-et d’agriculteur-son père- Michel a donc été élevé dans la ferme familiale, située à Tomblaine aux portes de Nancy, où se trouve le célèbre Stade Marcel Picot du club de l’ASNL, qui a vu débuter un certain Michel Platini.

Avec le bac en poche et son service militaire effectué, il se lance en 1965 dans la vie professionnelle et ouvre en compagnie de Michel Hublet, une petite imprimerie à Nancy, Impregraph. Il rencontre alors et épouse une jolie blonde, Marie José Marx qui deviendra ensuite la belle-sœur de Jean Ragnotti, Jeannot épousant, lui, sa sœur Elisabeth !

Ses débuts dans le sport automobile remontent à cette même année 1965, où il débute au Rallye du Printemps avec son copain Patrick Diehl, épreuve qu’ils disputent au volant d’une Renault Dauphine 1093. Un modèle très prisé à l’époque !

Un an plus tard, le jeune Lorrain qui a pris gout à cette discipline qu’est la compétition, apprend et découvre la création de la célèbre série pour toute sa génération, celle de l’inoubliable ‘Coupe R8 Gordini’, que lancent conjointement, Bob Sicot, le responsable du service course de Renault  et ce, avec l’aide d’un jeune journaliste, Alain Bertaut de la revue l’Action Automobile, propriété de l’éditeur Paul Dupuy.

Il s’y engage après avoir acquis une ‘Gord’ accidentée qu’il retape, restaure, prépare et repeint en… blanc et ce alors qu’elles sont toutes ‘ bleu de France’ !  Explication que fournit dans l’excellent bouquin qu’il lui a consacré notre confrère, Christian Courtel :

« Tout simplement parce que Michel avait déniché un lot de peinture blanche, bon marché… »

Il dispute donc les deux saisons 1966 et 1967. Sa toute 1e se déroulant à la veille du GP. de France à Reims, sur le Circuit de Gueux le 3 juillet 1966, remporté par l’Australien Jack Brabham. Seul pilote Français au départ Guy Ligier, se classant  9e au volant d’une Cooper-Maserati.

Avant qu’une semaine plus tard, Hommell découvre le tracé des Essarts à Rouen. Deux premières expériences qui se soldent malheureusement par deux abandons ! Ainsi va la vie… des débuts hélas contrariés! Mais qu’importe, la passion est la et bien là !

Michel Hommell finira par obtenir très vite lors de l’épreuve suivante son tout premier podium – une 3e place- sur le petit tracé Nivernais de Magny Cours, qu’avait créé en 1961, l’éleveur Jean Bernigaud, au cœur des pâturages de ses Charolais…

Un an plus tard, en 1967, il signera et décrochera avec sa Gordini, LA seule et unique victoire de sa jeune et courte carrière, sur le circuit Paul Armagnac de Nogaro, dans le Gers.

Fin 1968 et après trois saisons, il se décide de se retirer avec à son jeune palmarès, un succès et dix podiums, retrait décidé pour se consacrer au lancement de son magazine automobile, qu’il nomme ÉCHAPPEMENT.

 

LA RENCONTRE AVEC JARIER ET LA NAISSANCE D’ÉCHAPPEMENT.

 

A l’époque, les magazines consacrés à la compétition automobile (Sport Auto-l’Automobile-Virages et Champion) évoquent pas ou peu, les courses nationales.

Seuls, l’Action Auto et Moteurs, deux titres du groupe Excelsior de Paul Dupuy qui la soutiennent, parlent naturellement de la Coupe Gordini !

Du coup, aux côtés des prospectus et autres cartes de visite, la petite imprimerie de la Rue des Fabriques à Nancy, sort le 1er février 1968 ‘ÉCHAPPEMENT. Magazine faisant la part belle au tourisme, aux loisirs et bien sûr… au sport auto !

 

 

 

ÉCHAPPEMENT-Numéro  1- Février 1968.  Photo: Jean Claude LAMORLETTE

 

Un jeune horloger qui au fil des ans deviendra LE photographe incontournable sur les circuits Français, Adolphe Conrath, rejoint la bande de potes, où se trouvent maintenant le publicitaire Gérard Lips, Dany Hindenoch -futur Attaché de Presse de l’écurie Ligier – et Jean Pierre Jarier, futur grand pilote, lui, croisé sur les paddocks de la ‘Gord’ et qui parviendra à briller, devenant Champion d’Europe de F2, et parvenant au sommet et à courir en GP F1… Et qui en cette année 68, devient le ‘Rédac-Chef !

Michel explique dans le livre de Courtel :

« Lancer ÉCHAPPEMENT, fut quand même une aventure téméraire. »

 

AUTO HEBDO N°1

 

Voilà, vous connaissez désormais le parcours et le cheminement du Groupe de Presse Michel HOMMELL. Lequel lancera plus tard en 1976,  l’hebdomadaire de la compétition automobile internationale, parlant de toutes les disciplines et qu’il nommera tout simplement… ‘Auto Hebdo’, fort logiquement.

Suivront ensuite au début des années 80, un magazine 100% consacré à la Formule 1 et qu’il lance en partenariat avec son ami l’autre Michel, le regretté Michel Köenig. Le Mag ‘Grand Prix’.

À titre personnel et après avoir organisé avec mon compère Philippe Debarle, la toute première course de dragsters en France à l’automne 80, sur la ligne droite des stands du Circuit du Mans, avant de récidiver au Paul Ricard, à Albi, puis ensuite à Monza, avec l’ami Hommell, nous lancerons ensemble en mai 1981, le magazine Nitro !

Ensuite, Michel Hommell deviendra tout simplement… constructeur  automobile dans une ancienne laiterie industrielle de Lohéac, en créant avec Gilles Dupré, sa berlinette qu’ils nomment tout naturellement…HOMMELL !

Depuis après avoir quitté sa chère Lorraine natale et s’être installé à Paris d’abord Rue de Lille dans le très chic quartier de St Germain des Près, le Groupe de Presse Hommell, à ensuite tellement grandi, qu’il a émigré dans de vastes locaux à St Cloud avant de se retrouver tout récemment à quelques encablures à Suresnes.

Michel entre-temps a refait sa vie avec Axelle qui lui a donné deux autres enfants – après Manuel et Félicia de son premier mariage avec Marie José – Alexandre et Caroline.

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Emmanuel LEROUX -Jean Claude LAMORLETTE et AutoNewsInfo

 

PS :  Le 1er Rédacteur en Chef a été François Davy (N°1 à 5) puis Michel Hommell (N°6). Les N°7 à 9, il y a eu des éditions régionales et  Jean Pierre Jarier apparaît comme le rédacteur (simple) de l’Edition Paris-Nord.

A partir du n°10 (Juin 69) le Rédacteur en Chef est Jean Claude Marinho qui avait crée Scratch, dans le midi, que Michel Hommell avait racheté.

C’est à partir du N°6 qu’Échappement est devenu une revue 100 % Sport Automobile. Auparavant c’était Échappement au sens… échappez vous avec des loisirs, du théâtre, du ski, de la gastronomie…

 

Au Concours d’Élegance de CHANTILLY en septembre 2017, MICHEL HOMMELL avec AXELLE et leurs deux plus jeunes enfants, ALEXANDRE et CAROLINE – Photo AutoNewsInfo

LOHEAC Vue aérienne du sublime MANOIR de l’AUTOMOBILE cher à Michel HOMMELL

BERLINETTE-HOMMELL.

 

 

Personnalités Sport

About Author

gilles