FFSA. STORY : LA DÉMISSION PIROUETTE DE JACQUES RÉGIS… EN 2007 ! UNE ÉNIGME À… 1 MILLION DE DOLLARS ?

 

 

Suite de notre grande Enquête sur la FFSA.
avec ce onzième Épisode !

 

La démission de JR : Une énigme à 1 million de dollars ?

 

Le 21 mars 2007, alors que rien ne le laissait présager, Jacques Régis annonce sa démission de son poste de Président de la FFSA, précédée quelques jours plus tôt par sa démission de la Présidence de la Commission des Rallyes de la FIA, pour se retirer dans un paradis fiscal de l’océan Indien, l’Île Maurice.

Une décision aussi surprenante que soudaine car il aurait pu attendre la fin de son mandat à la FFSA en 2008.

Et pourquoi avoir également démissionné de la FIA ? Rien n’étant gratuit chez Jacques Régis, dans tous les sens du terme, il fallait donc tenter de résoudre l’énigme…

CURIEUSES COÏNCIDENCES

 

Comme souvent, plusieurs événements se produisent simultanément, sans qu’à priori un lien puisse être établi entre eux.

Revenons cependant à la FFSA, où une réunion du Comité Directeur se tient le 2 juillet 2007 au cours de laquelle il est évoqué un chèque émis par la FIA à l’ordre de la FFSA, dont le montant est soigneusement dissimulé, mais dont on finit par savoir qu’il se situe aux alentours du million de dollars…

S’en suit alors une explication alambiquée devant un Comité Directeur d’ailleurs curieusement fort peu curieux, Jacques Régis, lui, expliquant que cette somme ne revient pas à la FFSA (la FIA se serait-elle trompée de destinataire ?) mais lui revient personnellement, car résultant de négociations concernant son départ de la commission des Rallyes de la FIA, ainsi qu’à un audit du Championnat du Monde des Rallyes qui lui a été commandé par la FIA !

Plausible, mais alors comment expliquer la «bévue» de la FIA, qui se serait trompée de destinataire ?

Et comment expliquer une telle somme concernant une présidence de commission FIA bénévole qui a duré seulement 2 ans ?

Et quid de l’audit sur le Championnat du Monde des Rallyes ?

La discussion autour de la table du Comité Directeur est très vite évacuée par le Directeur Général de la Fédération, rappelons qu’il s’agit à l’époque d’un certain… Nicolas Deschaux !

Et la FIA, que nous avons sollicitée à de nombreuses reprises pour obtenir ce document qui aurait pu intéresser le monde du rallye, a fini par avouer qu’elle n’en avait aucune trace…

Bizarre, tout de même, non !

Et surtout, comment expliquer qu’une négociation personnelle, fasse l’objet d’une transaction directement entre la FIA et la FFSA ?

Pour des raisons de confidentialité évidentes ce genre de chose se traite toujours directement avec l’intéressé, et pas avec… son employeur.

LE MYSTÈRE DU GRAND PRIX DE FRANCE

 

C’est alors qu’une énorme déflagration se produit dans le milieu du sport automobile : la France, berceau historique de ce sport, organisatrice des premiers Grands Prix et des plus grandes épreuves depuis plus d’un siècle, pays de référence sportive et technique pour le monde entier, voit son Grand Prix de Formule 1 disparaître du calendrier du Championnat du Monde dès 2009 !

Causant un énorme cataclysme et un incroyable préjudice à notre pays, alors que des pays comme le simple petit Royaume de l’Île de Bahreïn, un exemple au hasard, sans histoire sportive automobile, conservent le leur.

C’est alors qu’un puzzle composé de pièces n’ayant à priori rien à voir, commence à se mettre en place…

En effet, à cette époque le Championnat du Monde de Formule 1, se déplace vers l’est, et quelques nouveaux Grands Prix, se profilent en filigrane dans des pays comme l’Inde, Singapour, les Emirats avec Abu Dhabi, etc.

Leur nombre étant limité, il faut donc naturellement faire de la place dans le calendrier du championnat…

Le calendrier 2008 est déjà acté par la FIA depuis début 2007, on ne peut pas y toucher.

Mais après ?

C’est là qu’une imagination débridée pourrait voir un scénario dont la réalité, comme souvent, dépasserait la fiction :

Supposons que le Président de la FFSA soit allé rencontrer le «grand maître» du calendrier pour lui proposer d’ «acheter» le créneau de la date française ainsi l’attribuer et la réserver à une autre épreuve ?

RÉALITÉ OU FICTION ?

 

Mais nous avons vérifié, et voilà, une telle réunion a bien eu lieu à Londres chez Bernie Ecclestone en 2007, en présence du regretté Jean-Paul Driot dans le rôle d’interprète, et le Grand Prix de France a disparu du calendrier après son édition de 2008.

Alors, peut-on imaginer qu’une «transaction» ait pu intervenir pour libérer la date de la France moyennant une somme de l’ordre d’un million de dollars, et que la somme en question ait pu échapper à la Fédération et atterrir dans un paradis fiscal, bien loin de la métropole, expliquant ainsi une démission… inexplicable ?

Faut-il avoir l’esprit particulièrement mal tourné pour l’imaginer ?

Chacun appréciera les faits eux bien réels !

Quoi qu’il en soit, une certitude absolue est apparue, documents  l’appui : l’ex-président ‘chef ‘, avec la complicité de son vassal ‘chef-chef ‘, s’est assuré un train de vie de nabab dans un paradis fiscal grâce à (sur le dos de?) notre fédération…cette ‘chère’ FFSA !

 

F1- Christian ESTROSI, le Président de la Région PACA, annonce au siège de l’ACF, le 5 décembre 2016, le grand retour du GRAND PRIX de FRANCE de FORMULE 1, au circuit PAUL-RICARD, à l’été 2018 et pour 5 ans –  Photo : Bernard BAKALIAN

 

NB : Le Grand Prix de France de F1, a finalement fait enfin son retour dans le calendrier du Championnat du Monde en 2018 après dix ans d’absence, mais ce grâce à l’initiative privée de Christian Estrosi, d’Hubert Falco et de Stéphane Clair, respectivement Présidents de la Région PACA, du Conseil Général du Var et du Circuit Varois du Paul Ricard, qui ont négocié le nouveau contrat directement avec la FIA et la FOM mais sans que la FFSA ait joué quelque rôle que ce soit…

Le ‘sieur’ Deschaux, redevenu un ‘simple citoyen’ de base, ne l’ayant découvert… pour éviter les fuites, que la veille de l’annonce officielle et de la Conférence de Presse, qui s’est déroulée d’ailleurs dans les Salons de l’ACF (Automobile Club de France) place de la Concorde à Pari !

Jean Paul CALMUS- Gilles GAIGNAULT-Yvon LEON*

*Yvon LEON  ex Secrétaire Général de la FIA et de la FISA, pendant 31 ans.

DEUX DES PREUVES À CONVICTION …

 

 

 

FFSA Sport

About Author

gilles