LES ÉLECTIONS FÉDÉRALES RETARDÉES ET PRÉVUES JUSQU’AU 30 AVRIL 2021. UNE CHANCE INOUÏE POUR ASSAINIR LA FFSA.

 

 

Les mandats à la tête des Fédérations sont théoriquement d’une durée de quatre ans. Mais la pandémie due au coronavirus devrait conduire à repousser les élections jusque fin avril 2021.

Les dirigeants fédéraux étant élus pour 4 ans et l’élection devant se tenir entre la clôture des JO. (Jeux Olympiques) et la fin de l’année, le report l’été prochain des jeux prévus cette année au Japon à Tokyo rendait ces deux clauses statutaires impossibles à être respectées et contradictoires.

Les juristes du sport ont donc du coup ouvert la porte à un allongement logique et inévitable du délai !

 

 

Dès l’annonce du report des JO. de Tokyo, le CNOSF. (Comité National Olympique et Sportif Français) a tout naturellement demandé l’avis des juristes du CDES. de Limoges (dont est issu le Président de la FFSA. Nicolas Deschaux).

Leur rapport souligne que le report des JO. n’a aucune conséquence automatique sur la date des élections fédérales et que «le fonctionnement démocratique repose fortement sur le mandat d’une durée de 4 ans, auquel seul un intérêt général fort peut permettre de déroger»

Le CDES. est donc d’avis que «les fédérations ayant tenu leur élection en automne 2016 devraient renouveler leurs instances à l’automne 2020»

Cependant, si en raison de la crise actuelle, il était impossible de «tenir l’élection dans des conditions démocratiques satisfaisantes» le délai pourrait être reporté jusqu’au 30 avril 2021.

Les options vont naturellement sans doute différer selon les Fédérations et surtout leurs Présidents, selon leur volonté ou perspectives de réélection.

 

FFSA. – Nicolas-Deschaux

 

Pour ce qui concerne la FFSA., rappelons que Nicolas Deschaux s’était, lui, incroyablement, curieusement empressé de se faire réélire… et ce dès la clôture des Jeux en plein été… le lendemain des JO. de 2016 !

Organisant sans raison en plein mois d’août… et à peine 24 Heures après la Cérémonie de Clôture des Jeux, l’assemblée des 21 ligues régionales !

Il avait ainsi volontairement coupé court –au passage on appréciera la belle démocratie qui règne à la direction de la FFSA.- à tout débat rendu d’ailleurs bien difficile depuis la réforme des statuts actée juste avant l’été.

Aucune liste d’opposition –officiellement à ce jour– ne s’étant encore manifestée, Nicolas Deschaux pourrait être tenté… d’expédier à nouveau sa réélection, assuré qu’il est du soutien de son comité muselé et qui savoure les yeux fermés, les honneurs et strapontins, et donc dès l’été prochain.

Mais la réalité pourrait bien être tout autre, avant d’avoir la certitude de prolonger son mandat, devant obéir et respecter le consignes d’État et patienter jusque 2021.

Décision logique de retarder l’élection, eu égard à la situation actuelle malsaine qui règne au sein de la Fédération Française de Sport Auto en plein remous, suite à nos révélations récentes sur les pratiques scandaleuses  (voir lien) et qui ont secoués et révoltés bon nombre de Licenciés et d’ASA. qui comptent bien demander –justement des comptes-  à leurs Présidents de ligues… dont certains évidemment en secret, annoncent et claironnent déjà qu’ils ne sont pas au courant et concernés … Ben voyons !

 

 

Retarder cette habituelle et scandaleuse élection à la ‘Ceausescu’ étant d’une logique implacable, le temps de remettre  le sport automobile Français sur la bonne trajectoire et d’écouter la base qui gronde et risque une mutinerie générale et nationale au sein des Ligues, actuellement complètement à la solde du Président ‘dictateur’ et de son mentor, planqué dans la lointaine Île Maurice, d’où il tire les ficelles, imposant ses vues et choix, à son successeur ‘auto désigné’, lui le ‘fantoche’ –qui en réalité n’a aucune légitimité – de la FFSA, et qui n’a jamais auparavant été membre d’une ASA. ou ligue, l’un étant désigné comme ‘CHEF-CHEF‘, son vassal, n’étant considéré en coulisses dans les bureaux du Quai de New York, au siège de la ‘Fédé’ à Paris, bien sûr, que comme le simple ptit CHEF… qui exécute le ordres venus de l’Océan Indien !

Retarder l’élection comme le souhaitent les dirigeants sportifs du CNOSF., permettra après une saison 2020 de tous les dangers, de voir revenir ptit CHEF, devant ses électeurs, une fois le ménage fait et se retrouvant devant une solide et sérieuse nouvelle équipe, face à lui !

 

Jean Paul CALMUS et Gilles GAIGNAULT

Photos : Jacky FOULATIERTino CACOPARDO et Gilles VITRY

 

Jean Pierre DESCHAMPS, celui qui a eu le courage de s’opposer et de se retirer et Ptit CHEF… alias DESCHAUX- Photo-KART-MAG

NOTRE ARTICLE SUR LES VIREMENTS FRAUDULEUX VERS L’ÎLE MAURICE, LA PLANQUE DE CHEF CHEF

 

FFSA. STORY : PETITS ARRANGEMENTS… OU LES SECRETS BIEN GARDÉS SOUS LES COCOTIERS… !

Evenements FFSA Flash Info

About Author

gilles