MOTOGP 2020 : GROSSE INJECTION FINANCIÈRE DE DORNA PRÉVUE POUR LES ÉQUIPES PRIVÉES.

 

 

En l’absence de compétitions partout dans le monde pour cause de Coronavirus, cela va impacter sur les équipes en sports mécanique, privées de courses et naturellement de ressources …

Le problème des teams privés ou satellites sur les Grands Prix Motos, est qu’ils ne gagnent de l’argent, que quand ils courent.

Or tout le monde l’aura constaté, depuis le début théorique de la Saison au Qatar le 8 mars, on ne court pas. On ne court plus…

D’où des problèmes économiques pour les équipes, en tous cas en dehors des Factory -les Teams Usines-et encore, la crise économique qui navigue de conserve avec le virus, gêne aussi la bonne marche du business chez les sponsors, fussent-ils énormes…

 

CLAUDE MICHY PROMOTEUR DU GP. DE FRANCE

 

Or, si la Saison est censée commencer à Jerez début mai, Claude Michy nous le disait encore hier, c’est le virus qui va décider du début de Saison.

Tout en précisant à nos Confrères de l’Équipe, qu’il n’est pas question d’organiser au Bugatti au Mans, une course sans public, on dit à ‘huis clos’ pour imiter le vocabulaire juridique…

Donc quand cette ‘saloperie’ de pandémie va se décider à se ‘casser’, justement il risque d’y avoir eu de la casse… financière dans certains teams et Hervé Poncharal qui dirige l’équipe Tech3, a eu cette répartie très juste, si certains vont faire faillite… ils ne pourront pas prendre le départ du nouveau… départ du MotoGP !

 

HERVÉ PONCHARAL MONTE AU CRÉNEAU

 

Pour arriver à caser un nombre de GP. raisonnable sur une saison, on pense déjà – comme pour la F1 – à rouler durant la pause d’été, on imagine déjà rouler encore jusqu’à janvier 2021 dans les pays à température humaine, on pense évidemment à la Malaisie et la Thaïlande, mais en Australie par exemple, en janvier à Phillip Island, il fait entre 25 et 28 degrés, ce n’est pas la canicule mais ça roule.

 

SEPANG PEUT RECEVOIR TOUTE L’ANNÉE

 

Mais cela ne résout pas le problème financier des teams, Hervé Poncharal est le patron de l’IRTA., l’Association des Équipes, il est très au courant de la situation de son équipe et de celle des autres…

Et Dorna est aussi conscient que pour sauver la Saison, il va falloir mettre «la main au lazingue» comme l’écrivait très joliment, Auguste Le Breton.

Tout le monde est dans le coup, la FIM. bien sûr, mais on imagine qu’elle dispose de peu de fonds comparés aux besoins des teams, la MSMA., l’Association des Constructeurs, n’a pas non plus, de fonds universels …

 

EZPELETA ET DORNA CHERCHENT DES FONDS AUPRÈS DE LEURS ACTIONNAIRES

 

Ezpeleta a donc convié au club de sauvetage du MotoGP, les dirigeants de Bridgepoint Capital, la société financière propriétaire de Dorna…

Hervé Poncharal est très clair «Pour le moment, il n’y a pas de courses, donc nous ne recevons pas de subventions, pas d’argent sur les droits TV, pas de frais d’inscription, pas de bonus, pas de bourses de voyage, rien».

Dans les cas de crise, il n’y a pas beaucoup de solutions pour sauver les meubles, on l’a entendu cette semaine dans le discours du Président de la République Française, un homme politique présumé libéral, on entend par là que l’on veut une intervention minimale de l’État, qui prépare un plan de 300 milliards d’€ pour éviter que la pays s’effondre !

Bref, ceux qui ont encore des sous et du crédit, doivent payer pour ceux qui en manquent, sinon le bateau coule avec toute la cargaison…

L’Association des Teams est donc en train de calculer avec Dorna, les sommes minimales pour leur survie commune avant que les GP. puissent enfin démarrer, en sachant que certains sponsors seront eux aussi affaiblis sur le plan financier.

 

CERTAINS GROS SPONSORS ONT AUSSI DES DIFFICULTÉS

 

En principe, chaque pilote de ces teams privés ou satellites, reçoit 2,2 millions d’€ par an de la Dorna, le Promoteur du Moto GP.

Mais Dorna le peut parce que les royalties payées par les promoteurs des différents GP. et les TV. rapportent beaucoup d’argent et pour l’instant «nada»

Il va donc falloir puiser dans les réserves si l’on ne veut pas, à la reprise, se retrouver avec des grilles de départ faméliques…

Bon Dorna et sa société propriétaire vont gagner moins d’argent, les financiers détestent ça, comme tout le monde d’ailleurs, mais si le capital se barre, on perd tout.

Tout est donc une question de chiffres, pas sûr que nous le connaissions jamais, sauf si Dorna veut passer pour le sauveur de son empire…

Ceci, bien entendu vaut aussi pour le Superbike mondial, le WSBK..

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : MotoGP

 

Moto Moto2 Moto3 MotoGP Sport Superbike

About Author

gilles