LE CIRCUIT D’ORDOS EN CHINE… ROUVRE !

 

 

 

SI LA CHINE ROUVRE UN CIRCUIT… C’EST UN SIGNE D’AMÉLIORATION POSITIF

En ces temps de coronavirus, les seules nouvelles sont des annulations de courses. Voici enfin une bonne nouvelle : après sept ans d’inactivité, le Circuit d’Ordos, en Chine, va de nouveau accueillir une compétition. En l’occurrence, du TCR China.

 

Commençons par un peu de géopolitique. Depuis le XVIIIe siècle, la Chine connait un exode rural. Des flots continues de « migrants internes » viennent tenter leur chance à Pékin et Shanghai. Les dirigeants successifs ont tenté d’enrayer cette tendance par divers moyens, allant de l’interdiction de s’établir dans les grandes villes, jusqu’aux tentatives pour détourner le flux vers d’autres villes. La fermeture des petites mines de charbons du centre créa un nouveau stress démographique. En 2003, les autorités projetèrent d’attirer les migrants vers la ville nouvelle de Kangbashi, près d’Ordos, en Mongolie Intérieure.

Parmi les projets censés dynamiser Kangbashi, il y a eu la création d’un circuit. En 2010, l’Ordos International Circuit ouvrit ses portes. Après une manche de Scirocco R-Cup China, Ordos reçu la Superleague Formula. Malheureusement, la discipline mit la clef sous la porte quelques mois plus tard.

En 2011, c’était cette fois le Super GT qui débarqua à Ordos. En parallèle, Ordos se tourna vers les Coupes nationales : CTCC (tourisme), CFGP (monoplace), Formula Pilota China (Formula Abarth), etc. C’est ici qu’en 2012, Sean Gelael décrocha son unique succès en automobile.

En 2013, Ordos devait recevoir l’Asian Le Mans Series. Le CTCC traîna des pieds. La Mongolie Intérieure était très enclavée et il fallait trois semaines aux camions du CTCC pour rallier Ordos (les autres manches ayant lieu le long de la cote.) Surtout, Kangbashi est une ville-fantôme. Le projet initial prévoyait un million d’habitants, dans la seule ville nouvelle, à l’horizon 2012 (à comparer aux 500.000 habitants du centre-ville d’Ordos.)

En 2010, faute de volontaires, les travaux furent arrêtés, alors qu’il y avait de quoi loger 300.000 habitants. Le compteur resta bloqué à 30.000 et encore, les promoteurs durent solder les appartements… Les photographes adoraient immortaliser Kangbashi, avec ses structures cyclopéennes complètement vides. En attendant, ça n’amusait pas le CTCC de faire 3 semaines de route pour rouler devant des tribunes vides… Après une ultime manche de CFGP, en juillet, Ordos ferma ses portes.

Depuis, la ville de Kangbashi a trouvé son rythme de croisière. La Chine veut intensifier ses échanges avec son voisin (et ex-province) Mongol. La ligne de chemin de fer entre les deux pays fut transformée en ligne à grande vitesse et Ordos de recevoir une gare flambant neuve, en 2016. De plus, dans le cadre de la « nouvelle Route de la Soie » deux autoroutes nord-est-nord-ouest et nord-sud furent prolongées ; elles se croisent à Ordos. Kangbashi n’est donc plus une ville-fantôme, ni une enclave au milieu de nul part.

Les promoteurs du circuit ont tiré parti de cette nouvelle donne. La piste (en forme de cheval au galop) a reçu une nouvelle homologation et le 30 août prochain, elle recevra le TCR China. Sa première grande compétition depuis le CFGP, sept ans plus tôt…

 

Joest Jonathan OUAKNINE

Photos : TCR China

 

L’ex-pilote de F3 Li Zhi Cong, bien entouré. Copyright : TCR CHINA

Circuits TCR Tourisme

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE