L’AUSTRALIEN LARRY PERKINS SOUFFLE 70 BOUGIES…

 

 

 

 

 

 

L’ancien pilote Australien, Larry PERKINS, souffle 70 bougies, après s’être forgé une carrière respectable à ‘’Down Under’’ l’expression courante anglo-saxone définissant l’Australie.

 

 

Né le 18 mars 1950 à Murrayville dans l’État de Cowangie Victoria, au pied du Bush Australien, en pleine région agricole dénommée ‘’The Mallee’’, où son père Jack, possédait une importante entreprise agricole, se destinait dès son adolescence, plutôt au métier de Farmer, que de se lancer un jour dans une carrière de sports mécaniques.

C’était à l’époque, où en sport automobile au pays des kangourous, un pilote faisait régulièrement ‘la Une’ de la Presse Australienne, par ses exploits à répétition dans les disciplines les plus diverses et particulièrement en monoplace.

Grâce à un certain Jack BRABHAM, originaire de Hurstville au sud-ouest de Sydney, à trois GP. de distance (1.000 Km) du lieu de résidence du jeune Larry PERKINS et qui entre 1955 et 1970, a marqué les esprits en Australie en devenant triple Champion du Monde de F1, dont sa dernière couronne en 1966 et pour la première fois dans l’histoire sur une voiture de marque éponyme.

Ce nom lié à tant d’exploits déclencha probablement chez lui, une envie avec une obstination inflexible pour embrasser une carrière de pilote automobile, plutôt que de courir tous les jours derrière son bétail !

Aussi à la fin des années ’60, il enfourcha une Formule VEE, petite monoplace qui à l’époque, était l’outil de compétition idéal, pour se faire la main en monoplace, ce qui lui permit de fêter un premier titre national, dans la discipline en 1970.

Un an plus tard, en passant à l’échelon supérieur, la Formule FORD 1600, Larry récidiva avant de remporter en 1962, le titre en F2, l’anti-chambre très prisé de la F1.

Fort de trois titres nationaux ‘’monoplace’’, le jeune Australien comme tous les pilotes des antipodes, décida alors de s’exiler en Angleterre et ce afin de participer à la Coupe d’Europe F3, portée sur les fonts baptismaux en 1975, sur une RALT RT1 du Team Australien COWANGIE.

 

CHAMPION DE HAUTE LUTTE EN 1975.

Larry PERKINS -BORO 01 en 1976-© Manfred GIET-

 

Pour cette nouvelle première Européenne disputée sur cinq épreuves à Monza (Italie)-Monaco-Nürburgring (Allemagne)-Djurslandring (Danemark) et Croix-en-Ternois (France), le jeune PERKINS s’imposa parfois de haute lutte face à des adversaires du calibre des meilleurs ‘locaux’, les BRANCATELLI-GHINZANI-SPERAFICO-ANDERSSON-NILSSON-SULLIVAN-ZORZI-BRISE-RIBEIRO-KEEGAN-NEVE ou encore KOTTULINSKY et se voir couronné ‘premier’ Champion d’Europe de la spécialité avec des victoires à MONZA et au DJURSLANDRING, tandis qu’au British Formula 3 Championship qu’il disputa en parallèle, il termina 5ème au classement final.

Un Championnat que disputa également son frère aîné, Terry et pour le même Team national mais qui nettement moins doué que son frère cadet, décida rapidement d’en rester là !

Une saison tellement fructueuse quelle lui vaudra de trouver un baquet en F1, au sein du Team HB-ENSIGN, rebaptisé BORO par la suite et après déjà avoir effectué une pige en 1974, au volant d’une AMON AF-101 en remplacement du propriétaire-pilote, le Néo-Zélandais, Chris AMON.

 

Larry-PERKINS-Surtees-1977-©-Manfred-GIET.

 

 

Au cours de cette première saison en F1, il enregistra son meilleur résultat lors du Grand Prix de Belgique, à Zolder, après une course solide durant laquelle il se permit même de prendre l’avantage sur Jean-Pierre JARIER et Tony PRYCE, les deux fers de lance du Team SHADOW, pour terminer 8ème à 1 tour du vainqueur Niki LAUDA.

La suite cependant fut nettement moins brillante puisque après une série d’abandons, un essai chez BRABHAM, en remplacement de Rolf STOMMELEN, il se retrouva en 1977 d’abord chez BRM qui avait un bon châssis PILBEAM, mais une fiabilité exécrable qui entraînera d’ailleurs le retrait définitif de ce Team emblématique en cours de saison, l’obligeant de trouver refuge ailleurs, soit chez SURTEES où sur une TS19 peu compétitive et une maigre 12ème place au GP de Belgique, plus deux non-qualifications aux GP de Suède et de France, il préféra déçu d’arrêter les frais.

 RETOUR CHEZ LES KANGOUROUS

Larry PERKINS © Manfred GIET

 

Il décida ensuite de retourner à l’autre bout du Monde dans son Australie natale, où il disputera toutes les séries imaginables faisant partie des épreuves en circuit en Australie et Nouvelle Zélande et remportera le titre de Champion d’Australie en Formula 5000 et en Rallycross en 1979.

Dans l’Hémisphère Sud, Larry restera une référence jusqu’à son retrait de la compétition en 2003, non sans avoir remporté de nombreuses épreuves en V8 SUPERCARS, sur les fameuses HOLDEN COMMODORE dont il est encore l’ambassadeur de la marque à ce jour.

SPORTS PROTOS ET ENDURANCE

Larry PERKINS 24 Heures du Mans 1988-Jaguar XJR 9-© Manfred GIET-

 

Entre deux, il participera aussi brièvement à quelques épreuves du Championnat du Monde des Marques en Endurance dont trois participations aux 24 Heures du MANS, successivement au volant d’une PORSCHE 911 RSR du Team IVEY RACING, d’une 956 du John FITZPATRICK Racing ainsi que sur une JAGUAR  XJR-9LM officielle de Tom WALKINSHAW, avec laquelle, PERKINS terminera 4ème, en compagnie de Derek DALY et de Kevin COGAN en 1988,  échouant à deux tours du podium.

Autre épreuve renommée d’endurance qu’il accrochera à son mur de trophées, les très réputées ‘BATHURST 1000’ disputées sur la distance de 1.000 Kms et qu’il remportera à six reprises, avant de se mettre en stand-by, en 2003, à 53 ans, non sans avoir monté son propre Team de compétition, pour voitures de Tourisme, le Team PERKINS ENGENEERING, qu’il créa avec son épouse Raelene en 1985, pour lequel son fils Jack défendit les couleurs, avant d’être atteint de diabète de stade 1, qui l’éloigna un moment des circuits mais qu’il a heureusement retrouvés entre-temps.

CHASSEUR DE TRÉSORS ET DE VESTIGES.

 

Depuis sa retraite sportive, Larry PERKINS profite néanmoins pleinement de loisirs, dont il n’a pas eu le temps de profiter durant sa carrière active.

Entretemps, il a parcouru quelques 90.000 Kms en sillonnant différents déserts d’Australie en quad ou autres véhicules tout-terrain, dont il ne se lasse pas et qui lui a valu de devenir célèbre dans son pays, à un autre niveau que celui du sport automobile.

En effet, il y a quelques années, il fut avec son frère Peter à la base d’une découverte incroyable et ce après de longues fouilles, en mettant la main sur des artéfacts ayant appartenu  à deux explorateurs anglais, dont le Capitaine de la Royal Navy, Henry Vere BARCLAY et son compagnon d’expédition, Mc PHERSON, disparus tous deux dans le désert Australien de Simpson.

Et cette découverte fut tout, sauf un effet du hasard puisque après avoir découvert un récit d’époque sur ces deux explorateurs dans un écrit d’époque, accompagné de son frère Peter, il entama de longues recherches qui finalement aboutirent et dont il est aussi fier que d’avoir remporté une victoire à Bathurst !

 

Happy Birthday Larry!

 

Manfred GIET

Photos : Publiracing Agency  

Glorieux Anciens

About Author

gilles