FFSA. STORY : LE RALLYE DE FRANCE EST-IL RETOURNÉ EN CORSE… POUR MOURIR ?

 

 

Suite de notre grande Enquête sur la FFSA. avec ce septième épisode !

 

 

 

 

Dix ans après avoir abandonné son Grand Prix de F1, récupéré depuis par la Région PACA et son dynamique Président Christian Estrosi, la France a perdu l’an dernier ‘SON’ Rallye du Championnat du Monde WRC., rayé du Calendrier 2020 par la FIA.

Le Promoteur du Mondial WRC. a préféré déserter le Tour de Corse, pour ajouter au Championnat du Monde, le Rallye du Japon.

La FFSA. saura-t-elle rebondir et faire renaître le Rallye WRC. de France ? Là et si l’on en croit ce qui se raconte, rien n’est moins sur et l’affaire franchement mal engagée… Au niveau FIA. quand on lâche sa place !

Prétendant cependant à nouveau organiser, ce qu’il ne pouvait pas empêcher, Nicolas Deschaux a, à l’époque, alors expliqué :

« C’est la Fédération Française du Sport Automobile (FFSA.) qui a souhaité faire une pause assumée d’une saison et ce pour construire de façon plus durable. Je me suis rapproché de la FIA. et nous avons obtenu un vote sur l’inscription du Rallye de France pour 2021 et 2022 ».

Et d’ajouter :

« Il sera en Corse ou ailleurs. La France est une terre de Rallye et la Corse a une signature très forte »

 

1er Tour de Corse en 1956 et la victoire de Gilberte-THIRION. Photo JUNIOR/M. LOUCHE

 

Il est vrai que depuis sa création en 1956, le « Rallye des 10.000 Virages » est un très haut lieu où s’est écrite l’histoire du sport automobile de la main des plus grands Champions, tels Bernard Darniche et Didier Auriol, tous deux sextuples vainqueurs, suivis de Sébastien Loeb et de ses quatre victoires, obtenues de 2005 à 2008.

Cependant, le particularisme insulaire ne se pliait pas aisément au format imposé par le WRC., pas plus que le fier sentiment régional corse à la nécessaire mais parfois pesante ingérence de la FFSA. et des «Hommes du Président» dans l’organisation.

C’est pourquoi Jacques Régis, qui n’était pas en odeur de sainteté sur l’Île de Beauté, proposa un jour au Comité Directeur que le Rallye de France change d’air.

Et coup de bol, le meilleur pilote du monde, déjà titré à plusieurs reprises, l’Alsacien Sébastien Loeb était l’homme providentiel !

 

WRC en ALSACE avec le soutien de la Loebmania à Haguenau

LOEBMANIA EN ALSACE

 

Suite à l’appel d’offres auprès des ligues régionales, c’est naturellement bien évidemment…  l’Alsace qui fut désignée pour servir de cadre au Rallye de France WRC 2010, sur la base d’un projet de Jacky Jung, incluant déjà itinéraires, villes étapes et surtout engagements de partenariats publics et privés, cumulant un budget colossale encore jamais atteint.

Poussé par le vent de la «Loebmania» qui soufflait alors à plein, le Rallye de France-Alsace connut un énorme engouement, massant sur les routes et dans les villes-étapes, une foule de 400.000 personnes jusqu’à sa dernière participation en 2013.

L’absence du nonuple Champion du Monde Alsacien, réduisit ensuite un peu l’empressement des fans de rallye locaux, et bien plus encore, comme on l’imagine, le soutien financier des collectivités locales et territoriales.

 

WRC en ALSACE oui certes mais à cause de la LOEBMANIA

 

Leur interlocuteur local de longue date et très bien introduit car disposant de toutes les relations, l’Alsacien de pure souche Jacky Jung, ne pouvait d’ailleurs plus plaider le dossier, ayant été incroyablement vite dégagé et éjecté de l’organisation qui le trouvait trop ‘régionaliste’ et surtout pas assez soumis… à Paris, si bien que le budget prévisionnel du Rallye de France-Alsace 2015, était en impasse de 670.000 €.

Le dernier argument de la FFSA. «retenez moi ou je vais ailleurs» n’ayant pas suffi à l’équilibrer, le retour en Corse était la seule issue et porte de sortie pour sauver le Rallye… et la face !

 

WRC 2019 – TOUR de CORSE – Sébastien OGIER

DIX MILLE ET UN VIRAGES

 

Ce retour fut en fait une découverte pour le Directeur du Rallye de France, Dominique Sirieys  arrivé à la FFSA. en 2010 et son équipe, pas encore à la FFSA. en 2008, lors du dernier Rallye WRC. en Corse.

Nicolas Deschaux s’était en effet séparé entre-temps de plusieurs collaborateurs compétents mais pas assez soumis eux aussi, à ses vues…

Au moins le budget du Rallye en Corse était-il a priori moins élevé qu’en Alsace, la circulation moins dense et les spectateurs moins nombreux, réduisant du coup nettement les besoins en balisage, fléchage et postes de commissaires de route.

Il a pourtant fallu en faire venir du Grand Est, un certain nombre, porteurs de licences internationales et déjà rodés aux nouvelles procédures du WRC..

 

FFSA-Dominique-SERIEYS

 

L’osmose n’a pas été immédiate entre la structure fédérale et les ASA. locales, qui se sentaient un peu dépossédées de leur Rallye et ne comprenaient pas le «verrouillage» des parcs concurrents, qu’elles jugeaient néfaste.

Cela ne facilita pas la mise en place des infrastructures et la logistique du Rallye, sans parler de la course aux chambres d’hôtels et de l’envolée des tarifs subséquente.

Pour abonder le budget du Rallye de France WRC., la FFSA. avait imaginé en 2015, une épreuve de doublure pour amateurs de belles voitures, avides de rouler dans les traces des Pros.

 

José-ANDRÉANI, le Président de la ligue Corse… mais pour combien de temps ?

 

Or ce rallye des 10.000 virages se transforma bientôt en épreuve pour voitures historiques, ce que José Andréani, Président de la Ligue Corse, aurait pu voir comme un empiétement dans son domaine d’organisateur… du Tour de Corse historique.

Andreani qui n’est depuis plus dans les petits papiers de la FFSA., Deschaux souhaitant le remplacer à la tête de la Ligue Corse par son bras droit, le délégué, le sieur Pierre Boï, totalement asservi au Quai de New York, lui !

 

Après une première édition minée par les pluies diluviennes de l’automne 2015, Dominique Serieys n’eut pas trop des deux suivantes pour maîtriser tous les rouages de l’épreuve !

C’est alors que les relations s’aigrirent entre la FFSA. et le promoteur du WRC..

« Ce qu’il fait ne nous convient pas » disait Dominique Serieys à propos de l’impact médias en 2018, alors qu’Oliver Ciesla, pointait lui, le manque d’infrastructures et de spectateurs en Corse.

UN SACRÉ DÉFI À RELEVER EN 2021

FFSA- TOUR de CORSE-2019 ou la dernière année au calendrier mondial ?

 

Face au Japon et au Kenya, candidats au WRC., on ne donnait pas la France gagnante devant la commission des Rallyes de la FIA. pour le WRC. 2020

« On s’attendait à la décision mais c’est difficile à accepter » avouait Christian Leca le Président de l’ASACC., club fondateur du Tour de Corse, qui s’accrochait à l’espoir d’un retour en 2021 ou 2022, lequel laisse totalement sceptiques la plupart des proches du dossier…

 

TOUR-DE-CORSE- Christian-LECA, le Président de l’ASACC.

 

« On va s’attacher à travailler de concert pour revenir en WRC. avec le Tour de Corse » a pourtant promis Nicolas Deschaux et ce tout en indiquant qu’il pourrait aussi renaître ailleurs…

…En clair, ce serait là où le Rallye de France trouverait assez de bénévoles pour œuvrer et de soutiens financiers pour boucler son budget, sachant que la défaillance d’un partenaire majeur (Rebel Spirit), a laissé dans celui du Tour de Corse 2019, un trou béant, malgré le soutien de l’autre sponsor sérieux, lui, Corsica Linea (on parle de 500 K€) qui risque de finir en pertes et profits pour la FFSA..

 

FFSA.-David-SERIEYS-l’homme-de-l’ombre.

 

Il faudra aussi reconstituer la ‘task force’ d’organisation, après la démission de ses leaders, Dominique Serieys et son frère David. qui ont quittés la FFSA. !

Dominique étant depuis le 2 septembre 2019, le Président Directeur Général de l’une des plus grandes salle de spectacle en Europe, Paris La Défense Arena, créé par Jacky Lorenzetti et où joue également son club de Rugby du Racing 92!

Si le Rallye de France est aujourd’hui grillé en Alsace et en Corse, et qu’il doit éviter les routes du Monte-Carlo, le seul terrain de jeu digne du WRC. serait la région Rhône-Alpes, assez vaste et accidentée, où la culture du Rallye est vive.

Reste à trouver un parcours, les financements et la main d’œuvre.

Un défi à la mesure de l’ambitieux Gilles Mondésir, ancien Co-Pilote de Rallye devenu Président de la Ligue Rhône-Alpes et… dévoué partisan de Nicolas Deschaux !

Mais il faudra dénicher les Indispensables soutiens financiers car les finances de la FFSA., ne sont plus aussi florissantes… avec année après année, la chute du nombre des licenciés !

Vu les tarifs pratiqués, ils sont effectivement de plus en plus nombreux, pilotes et teams, à nous avoir confié… prendre ce sésame, auprès de pays étrangers, car bien plus abordables !

 

Jean Paul CALMUS et Gilles GAIGNAULT

Photos : Jeff THIRY – DR

RAPPELS DES SIX ARTICLES PRÉCÉDENTS SUR NOTRE ENQUÊTE AU CŒUR DE LA FFSA.

http://www.autonewsinfo.com/2020/03/09/ffsa-story-rebellion-et-repression-a-la-reunion-322444.html

 http://www.autonewsinfo.com/2020/03/02/ffsa-story-un-regime-feodal-sous-un-vernis-republicain-321841.html

http://www.autonewsinfo.com/2020/02/24/ffsa-story-petits-arrangements-ou-les-secrets-bien-gardes-sous-les-cocotiers-320992.html

http://www.autonewsinfo.com/2020/02/17/la-fusion-karting-ffsa-le-hold-up-du-siecle-320518.html

http://www.autonewsinfo.com/2020/02/10/ffsa-sous-le-regime-de-la-dictature-319812.html

http://www.autonewsinfo.com/2020/02/03/nicolas-deschaux-le-chevalier-du-declin-de-la-ffsa-319066.html

Evenements FFSA Flash Info Rallye WRC

About Author

gilles