DS9, ENFIN UNE BERLINE DE LUXE POUR LA MARQUE DS !

 

 

 

Elle n’a pu jouer les vedettes pour sa présentation au Salon de Genève annulée en raison du coronavirus. Mais la DS9 (elle aussi venue de Chine où elle est fabriquée !) sera bien mise en vente au deuxième semestre.

Après les SUV DS 3 Crossback et DS 7, la marque DS va donc enfin disposé d’une berline de luxe haut de gamme.

Mais celle qui veut rivaliser avec les Audi A6, BMW Série 5 ou Mercedes Classe E, n’aura pas une ligne révolutionnaire unique en son genre comme l’illustre modèle culte sorti en 1955. En 2010, rationalisation des coûts oblige, la DS 9 a un petit air de famille avec la nouvelle 508, surtout de profil.

 

 

Et pour cause, elle partage la même plateforme. Mais se différencie néanmoins de la Peugeot par une calandre complètement différente qui reprend le style caractéristique de la DS7 et avec un capot marqué au milieu sur sa longueur par une baguette chromée, une malle tricorps et non un hayon comme sur la 508, et un clin d’œil au passé avec des feux de chaque côté du haut de la lucarne arrière comme les clignotants de la DS d’antan.

Mais la grosse différence, qui ne saute pas aux yeux tout de suite, réside dans le rallongement de la carrosserie de 10 cm qui lui donne un air beaucoup plus statutaire avec 4,93 m de long, et profite aux passagers arrières. D’abord pour entrer dans la voiture : l’échancrure de l’ouverture étant plus reculée, les grands gabarits ne s’y cognent plus la tête comme sur la 508.

Et ensuite, une fois assis les passagers y gagnent en confort avec un espace pour les jambes beaucoup plus important que sur la Peugeot, et un accoudoir central high tech pourvu de prises USB et de multiples commandes.

 

 

Luxe et confort sont précisément les plus que veut s’attribuer la DS 9 face à ses rivales teutonnes : planche de bord garnie de cuir, sièges moelleux, chauffants, massants et ventilés recouverts des fameuses selleries en cuir bracelet.

Et la déjà fameuse « DS active scan suspension » qui fonctionne grâce à une caméra, située en haut du pare-brise et plusieurs capteurs, pour scanner en temps réels les imperfections de la route. Et transmette en quelques millisecondes ces données à un calculateur, qui agit indépendamment sur chacune des roues pour assurer un confort optimal à cette voiture haut de gamme au toucher de route très soft.

 

 

Et à l’équipement high tech dernier cri : conduite autonome rang 2 avec guidage automatique jusqu’à 180 km/h dans une voie, vision nocturne de la route affichée sur écran, systèmes anti collision, détection de somnolence, éclairage led matriciel, déverrouillage à distance via application smartphone,…

Sous le capot, la DS9 sera proposée en 225 ch essence, et avec 2 motorisations hybrides rechargeables E-Tense de 225 et 250 ch.
Ultérieurement arrivera une version hybride 4 roues motrices.

La plus punchy des DS9 avec 360 ch. Celle qui pourra vraiment tenir tête sans complexe à ses puissantes rivales allemandes.

 

Philippe GENET

Photos : CONSTRUCTEUR

 

 

Constructeurs DS Économie Evenements

About Author

gilles