UN PEU D’HISTOIRE SUR LE PASSÉ ET CELUI DE L’ÉCURIE MERCEDES DE F1, NÉE… TYRRELL !

 

PAUL RICARD-Podium 100% tricolore au GP de France 1982 avec ARNOUX-PROST- PIRONI- Photo : Bernard ASSET

 

Alors qu’une nouvelle saison va bientôt démarrer, le dimanche 15 mars à Melbourne, avec le GP d’Australie, retour en arrière pour évoquer un peu d’histoire !

Si de nos jours, on ne compte plus que dix équipes en Grand Prix, il fut un temps, une époque que j’ai bien connu, celle des années 80, où on dénombra jusqu’à 20 écuries en F1 !

Et, une petite dizaine de pilotes Français la même saison : Arnoux, Jabouille, Depailler, Laffite, Prost, Tambay, Jarier, Pironi, Alliot et François Hesnault.

Naturellement avec le temps, les plus petites ont disparues… Mais pas que, car de grandes et prestigieuses ont elles aussi sombré, déserté et quitté l’univers des GP…

Petit rappel depuis 1980, d’abord de celles qui ne sont plus en piste… 55 en tout ! Dont une poignée a simplement changé de nom ! Comme Tyrrell.

Avec des noms mondialement connus, comme BRM, Brabham, Alfa Romeo, Ligier, Lotus, Matra, Arrows, Shadow, Toyota, BMW, Jordan, Honda, March, BAR, Jaguar, Minardi, Osella, Lola, AGS, Martini, Penske, Prost, Stewart, Surtees et tant d’autres moins célèbres, telles que ATS, Coloni, Zakspeed, Pacific, Hesketh, Larrousse, Fondmetal, Rial, Onyx, Copersucar, Ensign, Moneytron, Eifeland, Footwork, Andrea Moda, Beatrice Haas, Wolf , Virgin, Spyker, Symtek, Midland, Tolema, Embassy, Forti, RAM, Theodore, Super Aguri,  et autres HRT…

Sans oublier les plus récentes, telle Marussia devenue Manor.

Impressionnant, non ?

À l’époque au début des années 90, j’ai assisté à des séances de pré-qualifications, très tôt le matin parfois dès 7 Heures avec une quinzaine de monoplaces pour seulement quatre places afin de rejoindre les 26 voitures des grandes équipes pour les vraies qualifs.

J’ai même souvenir d’un Warm-Up, organisé à 7 heures du matin où Jacques Laffite s’était présenté dans le stand Williams, écurie pour laquelle il pilotait cette saison là, en râlant.

C’était le 8 juillet 1984, au Texas, à Dallas !

 

MERCEDES EST NÉ… TYRRELL !

Patrick Depailler au GP Angleterre 1978 avec la TYRRELL. Photo: Manou ZURINI ArchivELF

 

Venons-en maintenant à l’identité des teams. Ainsi, avant de s’appeler Mercedes, cette structure a démarré en … 1966 sous l’appellation de… Tyrrell !

Une équipe lancée par un marchand de bois du nom de Ken Tyrrell – il est décédé, le 25 août 2001, à 77 ans –  installé au sud ouest de Londres, à Oakam Woking.

Cette formation, rapidement associé au Pétrolier Français ELF, au tout début du sponsoring, a permis à plusieurs générations de pilotes tricolores de débuter et de rouler en Grand Prix !

 

François-CEVERT et Jacky STEWART- Team-TYRRELL en 1973 Photo : ArchivELF

 

Le premier d’entre eux, reste le regretté et inoubliable pour ma génération, François Cevert, victorieux du GP des USA à Watkins Glen, le dimanche 3 octobre 1971. Circuit, où curieusement et malheureusement deux ans plus tard, le samedi 6 octobre 1973, il allait se tuer, au cours de la séance des qualifications, entraînant sur le champ, l’arrêt de la formidable carrière de son partenaire, le triple Champion du Monde, l’Écossais Jacky Stewart, plus tard, anobli par la Reine Elisabeth.

Après Cevert, allaient piloter pour la très prestigieuse équipe ELF Tyrrell, plusieurs espoirs Français soutenus par François Guiter, le Patron du marketing chez ELF et dans l’ordre, Patrick Depailler, Didier Pironi, Philippe Streiff, Olivier Grouillard, Jean Alesi.

 

F1-KEN-TYRRELL- Photo : ArchivELF

 

Tyrrell revendit alors son Team, à BAR, soutenu par le Cigarettier British American Tobaco – d’ou son nom Britsh American Racing- qui la céda ensuite à Honda. La marque Japonaise, lassée des mauvaises performances qui s’accumulent, stoppant soudainement à la fin de la Saison 2008 !

Le Team est alors repris par l’ingénieur Ross Brawn, qui la baptise, lui, de son nom Brawn GP, et en fait dans la foulée, des la saison suivante, avec le pilote Britannique, Jenson Button, incroyablement une équipe… double Championne du Monde, fin 2009 !

 

La F1 BRAWN GP sacrée CHAMPIONNE du Monde en 2009 avec Jenson BUTTON

 

En une seule saison de Championnat du Monde et dix-sept Grands Prix, l’écurie Brawn, réussit la performance inouïe et incroyable pour un Team débutant de remporter les titres de Champions du Monde des Pilotes et des Constructeurs, d’obtenir huit victoires, quinze podiums, cinq pole positions et quatre meilleurs tours en course.

Quelques jours avant le Grand Prix d’Abou Dhabi, dans un des salons de réception du Circuit de Yas Marina, Ross Brawn – qui fut son brillant ingénieur chez Ferrari – et Norbert Haug, le vice-Président de Mercedes-Benz Motorsport, abordent Michael Schumacher, sur le ton de la plaisanterie :

« Alors, c’est bon ? Tu reviens en Formule 1 ? Au volant d’une troisième Ferrari ? Non ? Et si tu revenais dans une Mercedes ? ».

 

ROSS BRAWN – Photo PubliRacing

 

Le soir même, le Champion Allemand confie à son Attachée de Presse, Sabine Kehm qu’elle redevient sa ‘managing director’ car il a le sentiment que Brawn tient plus que tout à ce qu’il pilote pour lui en 2010.

Et ce sera non pas dans le baquet d’une Brawn mais au volant d’une… Mercedes !

Car bien que doublement sacré, Brawn GP, change à nouveau de main, le 16 novembre 2009, où Mercedes Benz, son motoriste, et Aabar Investments acquièrent 75,1 % des parts de l’écurie 45,1 % pour Daimler, la maison mère du constructeur Mercedes, et 30 % pour Aabar.

L’écurie, née Tyrrell, est rebaptisée Mercedes Grand Prix et reprend le fil d’une histoire interrompue en 1955, et ce après le retrait de toutes compétitions, suite au drame des 24 Heures du Mans et l’accident mortel de Pierre Levegh…
Les 24,9 % restants sont acquis en février 2011, Daimler possédant 60 % du capital de l’équipe et Aabar 40 %.

 

MERCEDES-Michael-Schumacher de retour en F1 et chez-Mercedes en 2010-©-Manfred-GIET-

 

Michael Schumacher accepte donc de sortir de sa retraite pour piloter – lui, l’Allemand –  la nouvelle Mercedes. Après une série de tests au volant d’une monoplace de GP2 Series puis un essai à bord d’une monoplace de Formule 1, l’Allemand signe un contrat de trois ans (2010-2011-2012).

Schumi indiquant alors :

« Je reviens en Formule 1 avec la marque de mes débuts – en Endurance au Mans – c’est un aboutissement formidable. Ne me demandez pas mon objectif, il est évident. Je dispose de trois ans pour offrir le titre à Mercedes ».

La conséquence immédiate de ce recrutement est le départ de Jenson Button vers McLaren Racing, le Britannique ne souhaitant pas avoir Schumacher comme coéquipier. Nico Rosberg, qui pensait piloter pour Brawn GP aux côtés de Button, devient du coup de ce fait, le coéquipier de Michael Schumacher chez Mercedes !

Il lâche alors :

« Dans un premier temps, j’ai été un peu perturbé, surtout connaissant les excellentes relations qu’entretiennent Michael et Ross Brawn et tout ce qu’ils ont réalisé ensemble… »

 

ROSBERG- Nico, portrait devant l’Étoile Mercedes. Photo : Bernard BAKALIAN

 

Mercedes Grand Prix, va cependant mettre beaucoup  plus de temps que Brawn GP, pour gravir les échelons menant aux triomphes en GP!

En 2010, le meilleur résultat obtenu n’étant que trois modestes podiums décrochés par Nico Rosberg, qui termine troisième des Grands Prix de Malaisie, de Chine et de Grande-Bretagne.

La première pole position de l’équipe Mercedes, après son retour dans la discipline, viendra en 2012, à Shanghai en Chine, toujours avec Nico Rosberg, qui obtiendra ensuite également la première victoire.

 

F1-2016-ABOU-DHABI-La joie du nouveau CHAMPION du MONDE-Nico ROSBERG.

 

Il faudra patienter jusqu’en 2014, pour que Mercedes remporte le titre de Champion du Monde des Constructeurs avec Nico Rosberg et Lewis Hamilton, le Britannique remportant, ‘cerise sur le gâteau’, le titre de Champion du Monde des Pilotes.

Depuis, Mercedes AMG Petronas, enquille et les victoires et les succès aux Championnats du Monde des Pilotes avec son tandem, d’abord la paire, Rosberg-Hamilton, puis désormais, le duo, Hamilton-Bottas !

 

HAMILTON ÉVIDEMMENT UNE DES RAISONS DU SUCCÈS DE SILVERSTONE

 

Nico rejoignant en 2016, sur les tablettes de la FIA, son illustre père, Keke Rosberg couronné Champion du Monde en 1982.
Depuis Hamilton déjà sacré en 2014 et 2015 a glané, lui, tous les titres depuis 2017!

Rappelons que Lewis avait auparavant lorsqu’il pilotait chez McLaren… Mercedes, obtenu son premier titre mondial en 2008.

 

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Bernard ASSET – Bernard BAKALIAN – Manfred GIET – Manou ZURINI/ELF – TEAMS-PIRELLI

F1-Michael-Schumacher: 7-titres-Lewis- Hamilton : 6-titres- Juan-Manuel Fangio : 5-titres-©-Manfred-GIET-

 

 

F1 Monoplaces Sport

About Author

gilles