UNE AUSTIN SEVEN À L’ASSAUT D’UN RECORD DATANT DE 1928, BIENTÔT À MONTLHÉRY.

 

 

Une Austin Seven et un record ! 13 juin 1928 – 3 avril 2020

Autodrome de Linas- Montlhéry

 

Cpt. C.K. Chase , H.P. Parker et H. D. Bland réalisent l’exploit de parcourir 2.549 km au volant de Mr Jo-Jo, une Austin Seven de 750 cm3. Le 3 avril prochain, 4 passionnés vont rendre hommage à cet exploit.

 

On les dirait tout droit sortis d’un album des Pieds nickelés

 

Igor Biétry, Jean-Claude Amilhat, Thierry Dubois et pour la circonstance, Jean Jacques Lesage, n’en sont pas à leur coup d’essai, en matière d’idée folle…

C’est ce quatuor qui en 2018, avait emmené « Joséphine » la Juvaquatre sur le circuit de Linas-Montlhéry pour commémorer le record réalisé 80 ans plus tôt par Renault !

Fort du formidable succès de cette opération, les idées ont fusé et les quatre compères sont partis avec la Peugeot 202 de 1938 « Félicie » pour un tour de la France en six jours et 3300 km.

« Trois mecs en tobec » – sur les traces de Georges Monneret et ses fils, était dans la même veine en février dernier et ils ont parcouru 670 km de Paris à l’Alpe-d’Huez en Motobécane D45…

 

Célébrer des exploits oubliés !

Le but du jeu n’est en aucun cas de se mesurer au record réalisé en 1928, mais uniquement de le célébrer, de mettre en avant ces performances oubliées, qui ont elles aussi contribué à la grande Histoire de l’Automobile.

Les quatre conducteurs, (on n’ose pas parler de pilotes) vont tenter de tenir un rythme qui leur permettrait d’atteindre 2.000 km en 24 heures, soit 549 km de moins que les héros de l’époque, mais 800 tours du fameux anneau Essonnien, tout de même !

Les quatre conducteurs sont épaulés par une équipe de passionnés au rang desquels, on retrouve celui que l’on surnomme «le Sorcier» de St Amand de Boixe en Charente, grand spécialiste de voitures d’avant-guerre aidé par Vianney Deschatrettes, ils ont intégralement restauré la voiture et seront aidés sur le circuit par Renaud Delannoy et Philippe Dorme.

Mention spéciale pour Stéphane Lacellerie qui a réalisé un gros travail de préparation en vue de cette célébration.

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : TEAM

 

UN PEU D’HISTOIRE…

 

Dans la nuit du 12 juin 1928 une bande de joyeux drilles a débarqué à Boulogne-sur-Mer du ferry en provenance de Folkestone.

Ils forment un étrange cortège composé d’un camion-plateau décrépi et d’un gros tourer Bentley immatriculée YO 3595. Sur le plateau du camion est sanglée une petite Austin Seven Gordon England Cup « Special » habillée d’une carrosserie minimaliste : ni pare-brise, ni phares, ni garde-boue et un cul pointu recouvert d’un entoilage comme on entoilait les avions.

Ils vont mettre plus de 15 heures pour rejoindre le circuit de Monthléry. Le fameux « anneau » a été inauguré quatre ans auparavant.

Ceux-là, l’ont « loué » afin d’y tenter d’établir un record de vitesse sur longue distance : 24heures !

Pourquoi à Montlhéry ?

Tout simplement parce que l’anneau de Brooklands en Grande Bretagne, est contraint par une réglementation limitant le bruit, ce qui rend impossible ce genre de tentative !

Le « boss » de l’équipe, c’est le Capitaine C.K. CHASE, il a embrigadé deux copilotes : H.B. PARKER et H.D. BLAND.

Le chauffeur du vieux camion, c’est S. MELLISH. Il assure également le rôle de mécanicien du record.

MELLISH a préparé minutieusement le moteur de l’Austin…

Démontage, équilibrage de toutes les pièces, remontage avec pose d’un vilebrequin Laystall et d’un carburateur Solex, échappement libre…

L’auto n’est pas neuve loin s’en faut. CHASE l’a rachetée à BOYD-CARPENTER qui avait auparavant déjà tenté quelques records avec cette Austin Seven, c’est probablement un modèle 1926, ou 1927.

Malgré l’été qui approche, il fait un temps de chien à Montlhéry le 13 juin 1928. Et à l’approche de 16 heures ce sont de gros nuages sombres et une pluie tournant à la grêle qui inquiètent les pilotes. Qu’importe… CHASE prendra le premier relais, et c’est parti pour le tour d’horloge !

Trois heures de ronde ininterrompue plus tard, la moyenne qui s’affiche est de 108,4 km/h (67,5 m/ph). Et c’est BLAND qui prend le volant pour les trois heures suivantes.

CHASE relaye le premier à la tombée de la nuit. Il pleut toujours et ce sont des lanternes rouges placées en bordure de piste qui le guident. La pluie battante et l’éclat des lanternes finit par affecter sa vision, il doit rentrer et s’allonger pour récupérer. BLAND reprend le relais pour achever les premières 12 heures.

A l’aube, la pluie n’a toujours pas cessé quand PARKER s’assied dans le baquet, et les relais s’enchaîneront encore toutes les trois heures…

Déjà à 7h30, ils ont battu le record existant dans la catégorie des cyclecars de 747 cm3 !

CHASE accomplira la dernière relève, il bouclera même les quelques derniers tours à plus de 128 km/h (80 mp/h). Et le moteur de l’Austin aura tourné sans discontinuer durant les 24 heures.

Les préparations que MELLISH a apportées à l’auto en vue de la tentative de record, comportent un réservoir auxiliaire d’essence de plus de 12 litres placé à coté du conducteur (on refait le plein de carburant à chaque relais), ainsi qu’un second de 4 litres d’huile, raccordé directement au moteur et débitant en « goutte-à-goutte ».

Il faut s’imaginer aujourd’hui l’exploit de ces véritables « centaures », un rien fêlés, à peine protégés dans leur vêtements rudimentaires, pantalon de velours ou overall et ceinture de cuir, casquette à visière retournée, juste enserrée par la sangle des « goggles »…

Ils viennent d’établir un nouveau record de classe (voitures de moteur 747cm3) dont les résultats sont époustouflants…. 109,20 km/h de moyenne (68 mp/h) sur 24 heures, soit 2549 km parcourus dans ces conditions dantesques.

Ils n’auront même pas eut à refaire le plein en huile et ne devront changer qu’un seul pneu (par précaution) du a une usure prématurée sans doute d’avoir trop « mordu » sur la corde de l’anneau.

Après le passage fatidique de 16 heures, on remballe !

Juste une photo-souvenir du team et une brassée de lys pour immortaliser l’exploit, et voilà le tout rechargé sur le plateau du vieux camion, pour entamer le long chemin du retour vers Brooklands.

Durant le retour en Angleterre, le camion tombera en panne sèche dans la banlieue de Boulogne et ce n’est que grâce à un siphonnage du reste de carburant demeuré dans les réservoirs de l’Austin qu’ils finiront finalement par rejoindre le ferry!

 

Luc WYNEN

 

Les partenaires : AXA collection, Paris auto Events, Barnstormer TS, Publineige, Atelier La Belle Epoque, Multiplast imprimeur, Paris sud Batterie, Pineau Roussille, La Crémerie Parisienne, Coq Cola.

 

Auto Historique Evenements

About Author

gilles