PASSAGE EN REVUE DE 70 ANS D’HISTOIRE EN F1.

 

 

F1-70-années-dans-le-rétro©-Manfred-GIET

 

 

Pendant que les écuries fourbissent leurs armes en vue de la future Saison 2020, les premiers tours de roues officiels débutant ce mercredi 19 février, avec la première des deux sessions de trois journées des tests collectifs, sur la piste du Circuit de Catalunya à Montmelò, au nord de BARCELONE, dernière année sous la réglementation actuelle, l’occasion était belle, de survoler et mettre en avant les étapes et points forts d’une discipline sportive qui n’a cessé d’évoluer au cours de ses 70 années d’existence!

Créé en 1950, le Championnat du Monde de F1, sort de sa 70ème édition et depuis il s’est érigé comme l’une des disciplines sportives majeures, les plus suivies et médiatisées de la planète.

 

Sept décennies de F1 représentant un fameux kaléidoscope©-Manfred-GIET

 

Au cours de ces sept décennies d’existence, cette discipline du sport automobile couramment qualifiée de catégorie ‘reine’ s’est tissée un impressionnant palmarès de données, statistiques, performances et records en tous genres mais aussi de drames et de faits peu communs qui en font finalement une fameuse encyclopédie.

À la vue des 1.018 GP disputés lors de ces sept décennies, soit entre l’épreuve d’ouverture le 13 mai 1950 à Silverstone (GB) et la récente manche de clôture de la 70ème édition 2019 à Abu Dhabi (Emirats), on constate que comme dans toutes les autres disciplines sportives, les statistiques  nourrissent finalement l’histoire d’un sport à travers les âges.

L’occasion de passer en revue quelques aspects marquants d’un sport où qualités individuelles et technologiques vont de pair.

 

CHIFFRES, CONCEPTS, SITES ET ORGANISATION

MOTEURS  

F1-moteur-BRM-H-16-de-1966-©-Manfred-GIET.

 

Pour ce qui est des unités de puissances utilisées jusqu’à présent en F1, c’est un peu la caverne d’Alibaba. On est ainsi passé au gré des changements de réglementations des moteurs 4, 6, 8 cylindres en ligne aux Boxer ou à plat F4, F8, F12 à des groupes propulseurs en V (V2, V6, V8, V10, V12), ou encore W12 et H16, jusqu’aux monstres suralimentés et Turbo-compressés gavés de Chevaux et actuellement aux Hybrides sans oublier le moteur Turbine à gaz Pratt & Whitney utilisé à trois reprises sur la LOTUS 56 B pilotée par Emerson FITTIPALDI, Reine WISSEL et Derek WALKER en 1971.

 

F1-Moteur-COVENTRY-CLIMAX-4-cylindres-en-ligne-2-Litres-©-Manfred-GIET-

 

De 1950 à 1960, il a été fait usage exclusivement de moteurs placés à l’avant des monoplaces et la dernière victoire revint à Phil HILL au GP d’Italie 1960 sur une FERRARI 256, avant que tous les constructeurs ne passent à des moteurs placés à l’arrière.

Au gré des décennies les puissances de ces sources d’énergie, ont sans cesse évolué pour en arriver à la conclusion, qu’à ce jour, on considère le moteur BMW V4 Turbo de 1988, évalué à 1.430 cv, comme le plus puissant de l’histoire.

 

F1-moteur-BMW-Turbo-V4-le-moteur-le-plus-puissant-utilisé-en-F-1-©-Manfred-GIET

 

Si le moteur FORD COSWORTH DFV est celui qui a enregistré le plus grand nombre de victoires consécutives avec 22 succès entre le GP d’Autriche 1972 et le GP d’Afrique du Sud 1974, la palme du plus performant revient à FERRARI avec 239 victoires devant MERCEDES 188 victoires et FORD avec 176 victoires.

 

F1-moteur-Renault-RS-01-V6-Turbo premier-moteur-Turbo-en-F-1-en-1977-©-Manfred-GIET

 

RENAULT a été le précurseur dans la motorisation Turbo des 1977. Allaient suivre FERRARI puis BMW. Le 1er juilllet 1979, le pilote Français Jean-Pierre JABOUILLE, offrait sa toute 1ére victoire au moteur RENAULT-Turbo, en triomphant, qui plus est, lors du .. Grand Prix de FRANCE sur le circuit de DIJON-PRENOIS.

Au total 64 motoristes ont équipé 130 écuries inscrites jusqu’à présent au Championnat du Monde de F1,soit sous leurs marques d’origines ou de moteurs re-badgés.

 

CHÂSSIS 

F1-LOTUS-25-de-Jim-Clarkpremier-châssis-monocoque-©-Manfred-GIET.

 

Au cours de sa première décennie d’existence la F1, n’a connu que des constructions de châssis tubulaires, voire multi-tubulaires, avant que le génial Colin CHAPMAN ne conçoive la fameuse LOTUS 25, première monoplace équipée d’un châssis monocoque en aluminium.

Autre nouveauté au cours de l’histoire de la F1, en 1976 le Team TYRRELL mit en service la TYRRELL P34, une monoplace à 6 roues avec 4 roues de 10 pouces (25,4cm) à l’avant qui devaient lui conférer une meilleure traction et optimiser les freinages.

 

F1-Patrick-DEPAILLER1977-Tyrell-P34-à-6-roues©-Manfred-GIET-

 

Un projet qui fut toutefois abandonné après deux saisons par manque de résultats et aussi parce que GOODYEAR n’était pas favorable à continuer de développer un pneu spécifique pour un seul concurrent alors que le reste du plateau utilisait des pneus avant de 13 pouces (33cm).

 

F1-Mc-LAREN-MP4-1981-Premier-châssis-carbone-de-l’histoire-©-Manfred-GIET.j

 

Quant à la première monocoque en carbone, on la doit à Ron DENNIS, qui en 1981 avec la McLAREN MP4-1 construite avec l’aide du constructeur géant Américain en aérospatiale, HERCULES Inc., faisait entrer la F1 dans une nouvelle ère.

La même année cependant Colin CHAPMAN équipa la LOTUS 88 d’un double châssis en carbone également et qui permettait de créer un effet de sol, mais qui suite à la vague de protestation de la concurrence à la suite des performances atteintes termina au Musée.

PNEUMATIQUES 

Pneus-et-jantes-ont-toujours-eu-leur-importance-en-F-1 encore-ne-faut-il-pas-les-perdre-©-Manfred-GIET-.

 

En ce qui concerne les manufacturiers, on relève neuf équipementiers qui se sont partagés le plateau, soit en concurrence ou comme fournisseur unique, ce qui a été le cas durant seize saisons et parmi lesquels on retrouve  : GOODYEAR-FIRESTONE-BRIDGESTONE-MICHELIN-DUNLOP-PIRELLI-CONTINENTAL-ENGLEBERT et AVON qui ont permis à l’armada d’écuries de mettre… la gomme !

DES F2 POUR FAIRE LE NOMBRE 

En 1952 et 1953 la F1 a dû faire face au désistement ou à la défection de constructeurs comme Alfa Romeo, Talbot-Lago, Simca-Gordini ou BRM, ce qui se répercutera sur des plateaux parfois faméliques avec comme conséquence, qu’au cours de ces deux années le Championnat du Monde de F1 se disputa sous réglementation F2,  avec des moteurs 2 litres afin de compléter les grilles de départ.

PILOTES 

F1-Michael-Schumacher-figure-de-proue-de-la-F-1-©-Manfred-GIET.

 

Parmi les 764 pilotes ayant disputé au moins 1 GP de F1 depuis 1950, on retrouve quelques célébrités comme le Prince Thaïlandais Birabongse Bhanudey Bhanubandh alias Prince BIRA, qui entre 1950 et 1954, disputa 19 GP.

En 1973 et 1974, un autre illustre personnage disputa 10 GP, le Lichtensteinois Rikky von OPEL, l’arrière-petit-fils, d’Adam OPEL, le fondateur de la marque automobile éponyme, qui au début de sa carrière roulait sous le pseudonyme ‘’Antonio BRONCO’’.

Sur les 33 pilotes couronnés Champions du Monde, Graham HILL (titré en 1962 et 1968) et Keke ROSBERG (titré en 1982), ont vu leurs fils respectifs Damon et Nico, leur succéder en 1996 et 2016, ce qui est unique en son genre, tandis que Jacques VILLENEUVE, sacré lui Champion du monde en 1997, a fait mieux que son illustre père Gilles, hélas tragiquement disparu en 1982 lors des essais qualificatifs du GP de Belgique sur le circuit de Zolder, alors que Jacques n’avait que 11 ans.

Entre 2010 et 2012, un certain Bruno SENNA-LALLI, a tenté de perpétuer un nom célèbre en tant que neveu du célèbre Ayrton SENNA, triple Champion du Monde disparu, lui aussi tragiquement en 1994, mais sans succès.

 

Ayrton SENNA restera à jamais gravé pour toujours dans l’histoire de la F1 © Manfred GIET-

 

Parmi la longue liste des 744 pilotes ayant roulé en F1, on retrouve cinq pilotes de la gente féminine :

Maria Teresa DE FILIPIS (Italie), la pionnière décédée en 2016, Lella LOMBARDI (Italie) décédée, elle, en 1992 et la première à avoir inscrit un demi-point en 1975, lors d’un sinistre GP d’Espagne, écourté et où elle avait terminé 6ème, de même que Désiré WILSON (Afrique du sud), Divina GALICA (GB) et Giovanna AMATI (Italie).

En 2016, la F1 a par ailleurs connu un cas unique de pratique religieuse avec le pilote Indonésien Rio HARYANTO, qui en musulman convaincu, ne souhaitait pas enfreindre les lois de l’islam durant la période de Ramadan, interdisant toute alimentation et boisson entre le lever et le coucher du soleil.

D’où un véritable dilemme durant deux  GP, l’équipe médicale de la FIA parvint néanmoins à le ramener à la raison, en lui conseillant fortement de s’équiper en eau, afin de pouvoir s’alimenter en suffisance au cours des deux GP concernés !

Autres cas peu recommandable, celui des pilotes latino-américains, Nelson PIQUET et Eliseo SALAZAR qui lors du GP d’Allemagne à Hockenheim en 1982, après s’être touchés et éliminés achevèrent le GP par une partie de poings et de pieds confondant Boxe et Boxes !

Quant au pilote Tchèque Tomas ENGE, son passage en F1 fut bref. Arrivé de la F3000 en fin de saison 2001, il disputa les trois derniers GP pour l’équipe PROST GP. Alors qu’il piochait pour retrouver un volant en F1 l’année suivante et qu’il avait dû se rabattre à nouveau sur la F3000, il fut contrôlé positif au cannabis signant du coup son arrêt de mort pour une poursuite éventuelle de sa carrière en F1.

Le dernier cas peu glorieux en date, concerne le septuple Champion du Monde Michaël SCHUMACHER, qui lors du dernier GP de la saison 1997, alors que le titre se jouait à Jerez en Espagne et sur le point d’être doublé par Jacques VILLENEUVE, tenta une manœuvre pour le moins indélicate, en empêchant son rival de prendre le leadership du GP et du coup contraint d’abandonner, lui céda le titre de Champion du Monde.

GP ET CIRCUITS 

Circuit de SPA FRANCORCHAMPS.

 

Depuis 1950, la F1 a visité 33 pays et 71 circuits différents éparpillés sur quatre continents et qui ont à ce jour accueilli au moins un GP.

Dans cette longue liste de circuits empruntés, les Etats Unis arrivent largement en tête, avec 37 GP disputés sur dix sites différents, alors que sur le continent européen, les deux seuls GP qui ont toujours fait partie de l’inventaire du calendrier depuis 1950, les GP d’Italie et d’Angleterre, sont les seuls à avoir été inscrits chaque année au calendrier international avec respectivement 69 éditions à Monza pour une à Imola tandis qu’en Angleterre, Silverstone a été le théâtre de son GP national à 53 reprises, pour 12 à Brands-Hatch et 5 à Aintree.

 

Siège de la FIA dans les locaux de l’ACF à PARIS-Photo-Bernard-BAKALIAN

FÉDÉRATIONS ET ADMINISTRATIONS.

 

Créé en 1922, bien avant le Championnat du Monde de F1, la Commission Sportive internationale (CSI) a longtemps régi le sport automobile de haut niveau.

1978 : La CSI se mue en Fédération Internationale du Sport Automobile (FISA) avec passage de flambeau entre le dernier Président  de la CSI, le Belge Pierre UGEUX et le nouveau et premier Président de la FISA, qui allait devenir FIA, le Français Jean-Marie BALESTRE.

Pour la partie commerciale, c’est Bernie ECCLESTONE, à l’époque propriétaire du Team BRABHAM racheté à Jack BRABHAM et Ron TAURANAC, qui en instaurant des sociétés satellites comme la FOCA (Association des constructeurs en F1), la FOM (Formula One Management) la FOA (Formula One Administration) et le FOG (Formula One Group) c’est-à-dire, un ensemble de sociétés chargées par la FIA de la promotion, de la gestion et de la diffusion des épreuves de F1 et qui au cours de quatre décennies, en a fait un rouleau compresseur commercial monstrueux, dont d’autres disciplines sportives, se sont par ailleurs depuis largement inspirées.

 

STATISTIQUES, ANECDOTES ET RECORD

GP LES PLUS LONGS DE L’HISTOIRE

En durée : GP du Canada 2011 avec une durée totale de 4 heures 04’39’’ dont environ 2 heures d’interruption en raison des conditions climatiques et du nombre d’intervention du Safety-Car.

En durée effective de course : Les 500 Miles d’Indianapolis qui jusqu’en 1960 comptaient pour le Championnat du Monde de F1 ? avec une durée de 3 Heures 57’38’’ en 1951.

Suit le GP d’Allemagne 1954 disputé sur la boucle nord du Nürburgring qui reçut le drapeau à damiers après 3 H 45’45’’ d’épreuve.

En kilométrage : 500 Miles d’Indianapolis, soit 804,672 Km, le GP de France 1951 à Reims : 601,808 Km et le GP de Belgique, de 1951 à 1956 à Francorchamps : 508,320 Km.

GP LE PLUS COURT DE l’HISTOIRE EN DURÉE

GP d’Australie 1991 arrêté après 24’34’’ au 14ème des 81 tours prévus de course, en raison de la pluie, soit après 14 des 81 tours prévus, qui représente une distance de 52,920 KM.

CIRCUITS

TRACÉS LES PLUS LONGS 

Pescara où s’est disputé le GP d’Italie en 1957 d’une longueur de 25,579 Km, le Nürburgring de 1967 à 1976 long de 22,835 Km et Francorchamps de 1950 à 1956 avec ses 22,810 Km.

TRACÉ LE PLUS COURT

Monaco entre 1955 et 1972, avec 3,145 Km

PLUS PETIT ÉCART À l’ARRIVÉE D’UN GP

GP d’Italie 1971 qui a vu la victoire de Peter GETHIN sur BRM devant Ronnie PETERSON sur MARCH avec 0,010 seconde d’avance, à une moyenne de 242,,615 Km/h et 25 changements de leaders avec 8 pilotes différents!

PLUS GRAND ÉCART À l’ARRIVÉE D’UN GP

GP d’Espagne 1969 où Jacky STEWART au volant de la Matra, remporta la victoire face à Bruce McLAREN qui pilotait une McLaren, avec 2 tours d’avanc

Idem au GP d’Australie en 1995 où Damon HILL (Williams) s’imposa face à Olivier PANIS (Ligier) également avec une avance de 2 tours.

GP LES PLUS TRAGIQUES

GP de Belgique 1960 à Francorchamps avec les accidents mortels des Britanniques BRISTOW et STACEY, ainsi que le GP de San Marino 1994 à Imola, où Roland RATZENBERGER et Ayrton SENNA, trouvèrent la mort.

PLUS GRANDE HÉCATOMBE LORS D’UN DÉPART DE GP

GP de Belgique 1998 où un ‘’strike’’ comme au Bowling élimina 12 des 13 voitures impliquées pour un second départ.

MOYENNES AU TOUR

La plus élevée 

Monza en 2004 lors du GP d’Italie où MONTOYA avec la Williams, a parcouru un tour à 262,242 Km/h de moyenne.

La plus basse 

Dallas en 1984, lors du GP des USA, où la Pole de MANSELL et la Lotus ne dépassa pas les 144,720 Km/h.

PLUS GRANDE VITESSE DE POINTE ATTEINTE EN F1

 378 Km/h par Valtteri BOTTAS avec sa Williams, à Bakou en 2016, lors du GP d’Azerbaïdjan, en profitant de l’aspiration de VERSTAPPEN, vitesse record relevée par la télémétrie du Team Williams.

POLE POSITION LA PLUS RAPIDE

Kimi RÄIKKÖNEN au volant de sa Ferrari, au GP d’Italie 2018, à Monza, à 263,588 Km/h de moyenne.

POLE POSITION LA PLUS LENTE

Juan-Manuel FANGIO et son Alfa Romeo, à Monaco en 1950, à 103,884 Km/h de moyenne.

GP AVEC LE PLUS GRAND NOMBRE DE TOURS

Si l’on excepte les 500 Miles d’Indianapolis repris au calendrier du Championnat du Monde de F1, entre 1950 et 1960 et qui se disputaient sur 220 tours, Watkins Glen à l’occasion des GP des USA disputés là-bas, de 1963 à 1965 affichait 110 tours, soit 407,164 Km.

GP AVEC LE PLUS PETIT NOMBRE DE TOURS

GP d’Allemagne 1971 au Nürburgring, avec seulement 12 tours à parcourir, soit 274,020 Km.

1er GP EN NOCTURNE

Le premier GP à avoir été disputé sous les néons est le GP de Singapour disputé le 28 09 2008.

Par contre le GP d’Abu Dhabi, est le seul qui débute de jour pour se terminer à la nuit tombée.

 LES NUMÉROS LES PLUS PERFORMANTS EN F1

Le numéro 1, est le numéro le plus performant avec 181 victoires suivi du numéro 5, avec 143 victoires et du numéro 2 et 83 victoires.

Quant au numéro 26, il reste celui le plus porté en étant le chiffre fétiche de Jacques LAFFITE qui chez LIGIER, l’a porté à 132 reprises avec un bilan de 6 victoires.

PLUS GRAND NOMBRE D’ABANDONS

Andrea de CESARIS, décédé suite à un accident de moto en 2014 et qui au cours de sa carrière entre 1980 et 1994, a disputé 208 GP sans aucune victoire et 148  abandons à son actif dont tout de même… 16 sur 16 en 1987.

PLUS PETITE GRILLE DE DÉPART

6 voitures au GP des USA à Indianapolis en 2005

PLUS IMPOSANTE GRILLE DE DÉPART

GP d’Allemagne au Nürburgring en 1953 : 34 partants.

NOMBRE DE VAINQUEURS

Sur les 1.018 GP que compte le Championnat du Monde de F1 à ce jour, 108 pilotes ont eu le bonheur de remporter au moins 1 Grand Prix.

VAINQUEURS DE GP LE PLUS JEUNE ET LE PLUS ÂGÉ

Le plus jeune est Max VERSTAPPEN vainqueur du GP d’Espagne 2016, à 18 ans, 7 mois et 15 jours.

Quant au plus âgé, il s’agit de Luigi FAGIOLI, victorieux, lui, du GP de France, en 1951, à 53 ans et 21 jours.

TEAM AYANT REMPORTÉ LE PLUS DE VICTOIRES EN UNE SAISON

Mc LAREN en 1988 avec 15 victoires en 16 GP

SAISON AVEC LE PLUS DE VAINQUEURS DIFFÉRENTS

1988 avec 11 vainqueurs différents sur 16 GP.

VAINQUEURS LORS DE LEURS 1er GP

1.Giuseppe FARINA au GP d’Angleterre 1950, le 1er de l’histoire- 1. Johnnie PARSONS aux 500 Miles d’Indianapolis en 1950 qui jusqu’en 1960 comptaient pour le Championnat du Monde- 3.Giancarlo BAGHETTI au GP France 1961

PITSTOP LE PLUS RAPIDE

A mettre à l’actif du Team RED BULL-HONDA qui au GP d’Allemagne 2019 a réussi un arrêt record incroyable en 1’88’’ secondes!

 LA POLE LA PLUS INSOLITE

Au GP de Jerez en Espagne en 1997, où dans l’ordre Jacques VILLENEUVE, Michael SCHUMACHER et Heinz Harald FRENTZEN, réalisèrent tous les trois … un temps identique au millième de seconde près ? en plaçant la barre à 1421’072’’, fait unique à ce jour en F1.

SAISON AVEC LE PLUS DE PARTICIPANTS

1953 avec un record de 71 pilotes au total.

DISQUALIFICATIONS CÉLÈBRES

L’attaque suicidaire de Michaël SCHUMACHER sur Jacques VILLENEUVE au GP d’Europe à Jerez en 1997. lorsque l’Allemand harponna délibérément la Williams du Canadien lors d’une manœuvre de dépassement de VILLENEUVE plus rapide que lui, avec comme conséquence l’abandon de l’auteur de cet acte antisportif qui du coup perdait toute chance de remporter le titre au détriment de son rival et à la clé une lourde sanction de la part de la FIA qui disqualifia SCHUMI pour l’ensemble de la saison en lui enlevant les 78 points marqués. Un cas unique à ce jour !

Autre cas sans exemple d’une disqualification mais pour un problème de lenteur en 1969 au GP du Canada lorsque le pilote Canadien Victor ‘’Al’’ PEASE sur une EAGLE CLIMAX fut contrait de se retirer après avoir été doublé à … 13 reprises par le leader et à mi-course!

Sans oublier et comme me le rappelait Gilles GAIGNAULT, celle de l’écurie TYRRELL, exclu du CHAMPIONNAT  du MONDE de F1 1984, pour avoir triché lors du GP de DÉTROIT, s’arrêtant  dans l’avant-dernier tour, pour un faux ravitaillement destiné en réalité à l’alourdir pour être légale à l’arrivée, faisant ainsi passer dans le réservoir une centaine de kilos de billes de plomb…dans la monoplace TYRRELL, seule à utiliser un moteur atmo face aux turbos!!!

DÉPASSEMENT ENTRÉ DANS L’HISTOIRE

Celui de Mikka HÄKKINEN avec sa Mc LAREN sur la FERRARI de Michaël SCHUMACHER au GP de Belgique à Spa-Francorchamps en 2000, avant la chicane des Combes.

PILOTE AYANT PARCOURU LA PLUS PETITE DISTANCE DANS SA CARRIÈRE EN GP 

l’Italien Marco APICELLA qui n’a pris part qu’à un seul GP, son GP national à Monza en 1993 sur une JORDAN-HART où il fut malheureusement impliqué dans un accrochage après 600 mètres et remplacé dès le GP suivant. Et son compatriote Ricardo PALETTI lors de son 1er GP du CANADA 1982, où au volant de sn OSELLA, il percuta au départ la FERRARI de Didier PIRONI qui avait calé, se tuant sur le coup…

PILOTE CHAMPION DU MONDE NÉ SOUS UNE AUTRE NATIONALITÉ QUE CELLE LORS DE SON TITRE

Jochen RINDT, Champion du Monde à titre posthume en 1970, qui orphelin était né à Mayence en Allemagne le 18 04 1942, était donc de nationalité Allemande avant d’opter plus tard pour une licence Autrichienne sous laquelle lui fut attribué le titre mondial.

PILOTES AYANT EFFECTUÉS LE PLUS DE CHANGEMENTS D’ÉCURIES

Maurice TRINTIGNANT (France) qui entre 1950 et 1964 changea 12 fois d’écuries tout comme Chris AMON (Nouvelle Zélande) qui entre 1963 et 1976, changea également 12 fois de Teams.

NOMBRE DE KILOMÈTRES PARCOURUS AU TOTAL

  1. ALONSO = 83.882 Km en 312 GP 2.RÄIKKÖNEN = 82.277 Km en 313 GP – 3.Michael SCHUMACHER = 80.863 Km en 307 GP. BARRICHELLO, recordman avec 323 GP a parcouru 80.607 Km.

KILOMÉTRÉS PARCOURUS EN LEADER DE GP  

  1. Michael SCHUMACHER= 24.148 Km – 2. Lewis HAMILTON = 22.738 Km – 3. Sebastian VETTEL= 18.129 Km

VICTOIRES : RECORDMAN ABSOLU

Michael SCHUMACHER : 91

RECORDMAN DU PLUS GRAND NOMBRE DE GP SANS AVOIR JAMAIS ÉTÉ CHAMPION DU MONDE

 Stirling MOSS : 16

PLUS LONGUE SÉRIE DE VICTOIRES

Alberto ASCARI et Sebastian VETTEL : chacun 9 succès à la suite.

PLUS DE VICTOIRES EN UNE SAISON 

Michael SCHUMACHER : 13 en 2004.

PLUS DE VICTOIRES POUR LA MÊME ÉCURIE

Michael SCHUMACHER : 72 chez FERRARI.

PLUS GRAND NOMBRE DE DOUBLÉS

31 entre Lewis HAMILTON et Nico ROSBERG chez MERCEDES.

TOP 10 DES PLUS BEAUX DUELS ET DÉPASSEMENTS

Outre celui déjà évoqué ci-avant entre HÄKINNEN et SCHUMACHER à Spa en 2000, dix autres dépassements ou duels épiques, ont marqué la F1, au cours des dernières décennies, avec dans l’ordre :

1979 : Arnoux-G.Villeneuve à Dijon. 1986 : Piquet-Senna à Budapest. 1991 : Mansell-Senna à Barcelone. 1993 : Prost-Hill-Schumacher-Wendlinger et Senna à Donington.

1996 : Villeneuve-Schumacher à Estoril et Alesi-Schumacherau Nürburgring.

1999 : Alesi-Barrichello-Wurz à Spa.

2006 : Schumacher-Alonso à Budapest.

2007: Massa-Alonso au Nürburgring et Räikkönen-Fisichella à Suzuka.

2011 : Webber-Alonso à Spa.

VICTOIRE LA PLUS INSOLITE

Jim CLARK au GP de Belgique 1964 qui a connu un final absolument cocasse. Dan GURNEY sur BRABHAM a mené souverainement l’épreuve pendant 28 des 32 tours, avant de tomber en panne sèche et ce à deux tours de l’arrivée, laissant alors le leadership à la BRM de Graham HILL qui ne s’en priva pas, avant à son tour … de tomber lui aussi à court d’essence. CLARK sur sa LOTUS connaissant des problèmes de surchauffe ravitaille en eau et en repart 4ème avant que Bruce McLAREN au volant de sa COOPER, n’hérite lui du leadership et d’être ensuite victime à son tour d’une panne d’alternateur, à quelques centaines de mètres seulement de l’arrivée, l’obligeant à se laisser aller en roue libre jusqu’à l’arrivée et que de ce fait du coup, la LOTUS de Jim CLARK, le passe finalement … à 50 mètres de la ligne fatidique, sans avoir vu le drapeau à damiers brandit et incroyable …de tomber à son tour en panne d’essence au même endroit que GURNEY deux tours avant lui, ce qui leur permit de disserter ensemble sur leurs malheurs respectifs, avant que finalement l’Ecossais n’apprenne que plus tard, qu’il était le vainqueur !

 

Barcelone-1991-Pré-qualifs-dès-potron-minet-aux-aurores-©-Manfred-GIET

ENNUYEUSES PRÉ-QUALIFICATIONS.

De 1988 à 1991, vu le nombre de voitures et de pilotes engagés il a fallu passer par des séances de pré-qualifications qui avaient lieu dès potron-minet entre 8 et 9 heures du matin et devant des gradins vides pour permettre à quatre concurrents de pouvoir accéder aux qualifications déterminantes pour établir la grille de départ limitée à 26 voitures.

 

Manfred GIET

Photos : Publiracing Agency

 

La-première-Ferrari-en-GP-était-en-fait-une-Alfa-Romeo-©-Manfred-GIET-

 

F1 Flash Info Monoplaces

About Author

gilles