PEUGEOT ÉLECTRIFIE SA GAMME.

 

 

 

 

Les constructeurs automobiles, toutes marques confondues, se retrouvent dans l’obligation de se conformer aux normes d’émissions de CO 2 édictées par la Communauté Européenne, sous peine de lourdes amendes.

Un des moyens les plus simples pour y parvenir est d’électrifier leurs gammes et ce, soit par de la simple hybridation, soit par de l’hybridation de type plug-in (rechargeable), soit encore par l’électrification à 100%.

Pour Peugeot, le choix est fait, ce sera du Plug In et de l’électrique à 100%.

Nous avons eu la possibilité d’essayer la gamme complète aujourd’hui proposée par la marque Sochalienne, à savoir :

e-208 et e-2008 (100% électrique), 508 berline et SW Hybrid (Plug-in) et 3008 Hybrid4 (Plug-in).

 


PEUGEOT_e208_

 

Commençons par les e-208 et e-2008. Ces modèles, déjà essayés dans leurs versions « thermiques », nous avait alors convaincus par la qualité de présentation et par leur agrément de conduite, voire même le plaisir de conduire qu’ils procuraient.

De vraies Peugeot en somme. Et, autant le dire tout de suite, les versions électriques ont conservé toutes les qualités des modèles « pétrole » en y ajoutant l’extrême souplesse et douceur du moteur électrique.

Le comportement routier, le confort ressenti et le « toucher » de route ne sont en rien différents d’une motorisation à l’autre.

La boucle d’essai, trop courte pour un vrai test d’autonomie, nous a quand même permis de constater qu’en jouant le jeu de l’électrique, sur un parcours de petites routes plutôt typées rallye, il est possible de rouler à des vitesses relativement élevées, tout en préservant sa charge de batterie.

 

PEUGEOT e 2008

Nous avons pris la e-2008 avec une autonomie affichée de 180 km et après 53 km, nous l’avons rendue avec 150 km d’autonomie !

Jouer le jeu de l’électrique, c’est privilégier les phases de régénération lors des levers de pied, et au lieu de sauter sur les freins, on va plutôt laisser aller la voiture sur son élan. Cette conduite très souple se montre très efficace sur un plan énergétique, et également d’un point de vue confort et procure une conduite plus apaisée.

Mais n’empêche en aucun cas de prendre du plaisir au volant sur ces routes sinueuses.

Chez Peugeot, on pense très sérieusement que l’électrique à 100% sied parfaitement aux voitures du segment B et B/SUV, d’un usage plus urbain que les segments supérieurs, et dont les besoins en autonomie sont moins impérieux.

Avec 310 km d’autonomie (normes WLTP), disons plus de 250 km en usage normal, les e-208 et e-2008 répondent au cahier des charges. Très réussies, ces versions « e » des 208 et 2008 ont encore un argument à faire valoir, et non des moindres, elles ne ressemblent pas à des voitures électriques…

 

PEUGEOT 508SW HYBRID_

 

Place maintenant à la 508 Hybrid Plug-in. La 508 est une excellente voiture à la tenue de route irréprochable, notamment en raison d’un amortissement presque parfait, qui de surcroît, lui permet d’offrir un confort de très haut niveau.

Plaisir et précision de conduite caractérisent la 508

thermique. Qu’en sera-t-il avec la version Hybrid, qui embarque, en plus de son moteur thermique de 1,6 l développant 180 ch, un moteur électrique (situé dans la boite de vitesses) et un pack de batterie lui permettant de pouvoir faire environ 30 km en tout électrique, soit un surpoids de minimum 240 kg.

À bord, aucune différence, le volume de coffre est identique et le fameux I-cockpit, cher à Peugeot, est toujours aussi agréable à regarder et toujours aussi peu ergonomique.

Il nous faut toujours choisir entre position de conduite et vision des informations du tableau de bord : ce sera donc la position de conduite qui sera privilégiée, au détriment de la vision des instruments de bord… Pfff !

Trois modes de conduite, vous sont proposés, et peuvent même être gérés automatiquement en fonction de votre style de conduite. Le démarrage se fait généralement à l’électrique (jusqu’à 35 km d’autonomie), puis le moteur thermique prend le relai et les deux peuvent également fonctionner ensemble en cas de forte sollicitation.

Le mode 100% électrique se montre convaincant, apportant un réel dynamisme à la 508 en zone urbaine et péri-urbaine et permettant même d’atteindre les 135 km/h sur autoroute bien sûr et en pointe, car à ce rythme-là, l’autonomie fond comme neige au soleil…

Sur les routes Catalanes, sinueuses à souhait, on vient relativement vite à bout des batteries, malgré la régénération au lever de pied, on passe donc au moteur essence de 180 ch qui se montre moins brillant que sur le modèle « normal », en raison des 240 kg de poids supplémentaires.

 

PEUGEOT_508SW HYBRID_

 

La 508 se montre dans ce cas moins tonique, moins dynamique mais cela n’altère en rien ses qualités routières et de confort. Elle est simplement moins enthousiasmante. Mais ce n’est pas non plus sa vocation première.

Pour retrouver le dynamisme que l’on a connu sur les versions précédentes, il faut alors solliciter davantage l’accélérateur pour cumuler les puissances électriques et thermiques, mais au dépend de l’autonomie !

Le châssis de la 508 encaisse sans broncher ce surpoids de 240 kg, ces exceptionnelles qualités sont toujours présentes, mais on perd en dynamisme mécanique ce que l’on gagne émission de CO2.

 

PEUGEOT 3008 HYBRID

 

Après e-208, e-2008 et 508 Hybrid SW, nous avons pu prendre en mains la 3008 Hybrid4 qui dispose, en plus d’un moteur thermique 1,6 de 225 ch, d’un moteur électrique dans la boite de vitesses, d’un pack de batterie et d’un deuxième moteur électrique situé dans l’axe des roues arrière, pour une puissance cumulée de 300 ch et une transmission théorique sur les 4 roues.

Cette 3008 ainsi motorisée est de fait la Peugeot la plus puissante jamais produite, modèle de série évidemment.

Comme sur la 508, il est possible de choisir plusieurs modes de conduite avec en plus un mode 4X4 qui permettra de rouler en quatre roues motrices… s’il reste dans les batteries de quoi alimenter les moteurs électriques. Quand on accélère à fond, le 1,6 de 225 ch envoie la cavalerie à laquelle s’ajoutent les 80 ch délivrés par les moteurs électriques.

La poussée est forte, les accélérations franches et les vitesses atteintes sont rapidement hors la loi. Mais à quoi bon, un SUV, même chez Peugeot, restera toujours un SUV haut sur patte et ne sera jamais une sportive !

Dommage que cette motorisation Hybrid4 ne soit pas présente sur la 508, bien plus taillée pour exploiter cette puissance.

Les mystères du marketing… Les SUV sont à la mode, mais pour combien de temps ?

En se mettant à l’électricité, Peugeot a franchi un cap important pour affronter l’avenir immédiat de l’automobile. Les modèles 100% électriques sont réellement convaincants et les 508 hybrides vont pouvoir aller chercher la Passat GTE, seule concurrente vraiment déclarée.

Quant au 3008 Hybrid4, il répond surement à une demande, mais laquelle ?

 

Gilles VIRMOUX

Photos : CONSTRUCTEUR

 

Constructeurs Essais Peugeot

About Author

gilles