MARDI 28 JANVIER, LE RALLYE NEIGE ET GLACE 2020 SE DOPE À LA BLANCHE !

 

ARRIVÉE BRUTALE DU GRÉSIL

 

… Elle est arrivée insidieusement mais brutalement !

Au grand bonheur de tous d’ailleurs, qu’il s’agisse des concurrents de ce rallye Neige et Glace et venus pour ça, pour la glisse ou des habitants du Doubs, du Jura et de l’Ain que nous avons rencontré sur le parcours.

 

JOURNÉE RUDE MAIS JOURNÉE PLAISIR

 

Le début de journée avait été terrible, avec mon ami Raymond Guinchard, ancien pilote de rallye, à bord du très confortable et très efficace SUV Peugeot 3008 que le constructeur nous a invités à essayer, j’ai le moral dans les chaussettes, la neige annoncée n’est pas là, car une pluie glaciale tombe sur Malbuisson!!!

Je m’apprête évidemment à titrer mon papier «Jurassic Dark» puisque les routes sont au noir (ouaf !).

 

ÉPAISSE LA NEIGE, COMME ON AIME

 

Nous passons Mouthe, ville officiellement la plus froide de France et à la sortie du village, ça commence par un très gros orage de grêle, puis une nuée de grésil voletant partout à cause d’un vent démentiel, la route est blanche, on est en mode blizzard puis elle arrive enfin… la neige !

Waaah!

Tout de suite épaisse, même sur les routes de liaison, où en moins d’une demi-heure nous croisons dix chasse-neiges énormes à la lame monstrueuse, qui rejettent sur les côtés de la route d’énormes quantités de flocons tout de suite durcis comme du béton…

 

SOUVENIRS-SOUVENIRS !

 

Quand elle arrive ici, la neige, aux confins du Doubs et du Jura, ça ne fait pas semblant !

Et grand bonheur, notre 3008 va s’y révéler génial en motricité, bien fait l’engin…

Les concurrents s’en donnent à cœur joie eux, un peu trop peut-être, car la Cooper S, de la paire Rolland et Saives, part en tonneaux fort heureusement sans bobos pur l’équipage, tout comme la BMW du tandem, Badoz et Charmoille, victime de la même punition et du même motif !

Un autre équipage se goure dans le blizzard, qui n’a pas duré très longtemps mais a vraiment été colossal, façon Canada.

La spéciale fait un très grand arc de cercle, la voiture prend tout droit, se retrouve sur une piste de ski de fond (encore inutilisée puisque la neige arrive juste) et… retrouve la spéciale, son mouchard GPS a immédiatement communiqué l’erreur et ils prennent bien sûr une valise de points…

 

MAUVAIS CHOIX DE PNEUS POUR YVES DEFLANDRE

 

Bien des concurrents changent de pneus trop tard, c’est interdit en spéciale, les assistances ne peuvent stationner qu’en liaisons, et cela va coûter très cher au grandissime favori , l’inoxydable Belge, Yves Deflandre, on rappelle qu’il est quatre fois vainqueur de ce Rallye Neige et Glace…

En plus, il va casser un câble d’embrayage et perdre encore de gros points!

Bilan ? …  80 points perdus au général, du coup pour la famille Sanseigne et son neveu, le doublé se pointe à l’horizon…

 

JOËL ET CORINNE SANSEIGNE EN TÊTE

 

Joël qui lâche à l’arrivée : « Corinne et moi prenons beaucoup de plaisir depuis le début de ce rallye. La bagarre avec les jeunes est très amusante. Nous ne gérons pas cet avantage. Nous ne calculons pas. Nous regardons notre propre course, sans regarder ce qui se passe derrière nous… »

Yves Deflandre est conscient qu’il a probablement perdu la course…

« Ce midi, je savais que nous ne pourrions pas reprendre les points perdus ce matin suite à notre mauvaise stratégie au niveau de pneumatiques. Devant, les Sanseigne sont impressionnants. Ils ne commettent pas la moindre erreur. Ils sont chez eux ! S’ils roulaient à Spa, ce serait peut-être différent. Le bris du câble d’embrayage cet après-midi, nous coûte encore quelques points. Pour nous il s’agit maintenant surtout de sauver notre troisième place sur le podium. »

Autrement dit, Yves Deflandre, lance un défi, si je ne m’abuse…

 

LE NEVEU SANSEIGNE VERS UN DOUBLE FAMILIAL

 

Et puis, un peu plus loin, on est alors dans l’Ain, pas très loin d’Oyonnax (on prononce Oyonna) dans une de ces forêts de conifères typiques de la région, énorme, noire, haute, dense, un décor magique idéal pour un décor de science fiction…

Ou une attaque de courrier postal au temps de l’Ancien régime, bref, on se croit au milieu de nulle part mais il y a une très belle épingle glacée que je repère sur le road-book, nous nous enfonçons donc dans la forêt magique !

Et là surprise… il y a un monde fou, des habitants de la région qui se sont débrouillés pour savoir ou passe le rallye, des gens adorables, qui nous parlent d’autos, ce sont des experts ou de leur région, ce sont de magnifiques hôtes.

Il tombe quelque chose du ciel qui est selon le vent, une pluie très fine, ou une neige délicate comme du caviar.

Une dame est là, attendant impatiemment les concurrents…

Elle me propose une place, un petit coin de parapluie (un p’tit coin d’paradis aurait ajouté Brassens) et me dit qu’elle a couru le Rallye Neige et Glace à l’époque où il était le rallye de vitesse considéré comme la revanche du Monte Carlo.

Elle était l’équipière de Claudine Trautmann, sur une Lancia Fulvia, elles ont gagné la Coupe des Dames en 1961 ! Elle s’appelle donc… Françoise Vallier !

Elle me parle de ses potes d’alors, les Bob Neyret et autres Jean Claude Andruet, c’est hallucinant cette inattendue rencontre!

Rencontrer des gens aussi exceptionnels dans des endroits tout aussi exceptionnels, c’est juste un signe du destin, j’aime décidément ce métier et ce milieu…

Dans cette épingle, on voit passer en triomphe, avec appel-contre-appel s’il vous plait, la famille Sanseigne sur son Abarth Autobianchi A112, dans la descente on entend les régimes monter très haut, cette auto est réglée comme un bonheur…

Leur neveu, Romuald Sanseigne, qui lui pilote une Fiat Cinquecento Sporting est derrière eux, Joël me dit que la veille le neveu lui a demandé s’il devait s’arrêter si son oncle était sur le toit…

Quelle jeunesse !

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : Richard BORD

Résultats file:///C:/Users/Bernardelli%20JL/Downloads/NG2020_Historic_MARDI_leg.pdf

 

Auto Historique Neige et glace Sport

About Author

gilles