RALLYE DAKAR : LE TEMPS DES CHINOIS ?

 

 

 

Les Chinois étaient présents en force à ce Dakar 2020.

Vous n’en avez pas entendu parler ?

C’est ça le problème…

 

L’une des caractéristiques de ce Dakar 2020, c’était la forte présence Chinoise. Le Pays du Milieu a égalé son record de 2012 de pilotes au départ, avec cinq représentants en auto… Et à l’arrivée, deux semaines plus tard, ils étaient toujours cinq. Han Wei terminant à une belle dixième, avec un Buggy SMG aux couleurs de Geely, le meilleur résultat d’un Chinois au Dakar. Côté motos, les trois Chinois présents ont également rallié l’arrivée.

Le Dakar et la Chine, c’est une vieille histoire. Xu Lang ouvrit le bal, en 2004, avec un Nissan Dessoude. Il revint en 2006, terminant dix-neuvième. Zhengzhou-Nissan, le partenaire Chinois de Nissan, créa une « équipe bis », en 2008, avec Lang et Zhou Yong.

Hélas, le Dakar fut annulé et le vétéran se tua lors de la Transorientale… Sa mort créa néanmoins un engouement autour du Dakar, en Chine. Les constructeurs Geely et Great Wall voulurent se lancer. Carlos Sousa termina six, en 2013, avec un Haval Great Wall SMG. Avec le même 4×4, Zhou Yong finit treize, en 2015. Zhou était bien le seul à viser une carrière professionnelle.

Les autres étaient des gentlemen-drivers, qui souhaitaient juste venir une fois pour le plaisir. En 2016, Guo Meiling était bien incapable de maîtriser sa MINI X-Raid. Elle perdit le contrôle, lors du prologue et fonça dans les spectateurs, faisant un carnage.

Une troisième génération de pilotes Chinois apparu alors. He Zitao, coaché par Zhou Yong, a disputé deux Dakar. Quant à Han Wei, vingt-septième en 2019, il réussit donc un exploit, en 2020.

Barrière de la langue et de la culture oblige, ASO et la « colonie Chinoise » (surnom qu’elle s’est elle-même trouvé) se regardent en chien de faïence. Ils se plaignent d’un mépris mutuel. Sur le bivouac, les Chinois mangent entre eux et ne parlent qu’à leurs médias. De son côté, ASO évite de citer les Chinois dans les communiqués officiels ou de les prendre en photo.

Reste qu’ASO a eu du mal à trouver des volontaires pour son Dakar en Arabie Saoudite. Or, la Chine possède un Championnat de Rallye-Raid très dynamique et pour beaucoup de pilotes, le Dakar représente le Graal ultime. Certains atterrissent à Paris, le casque sous le bras, en tentant de dégoter un baquet d’un claquement de doigts !

Le potentiel est là. Charge à ASO de faire preuve d’ouverture et de pédagogie, tout en écartant les touristes…

 

Joest Jonathan OUAKNINE

Photos : DAKAR

 

L’improbable Hong Qi de Li Haidong. Copyright : DAKAR

Dakar

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE