GIANFRANCO BRANCATELLI SOUFFLE 70 BOUGIES.

 

 

 

Né le 18 janvier 1950, le pilote Italien Gianfranco BRANCATELLI, franchi le cap des soixante-dix ans.

Originaire de Turin, capitale Italienne de l’industrie automobile transalpine et comme tout Italien qui se respecte, dès son plus jeune âge, il a vite attrapé la fibre des belles voitures ce qui par déduction, l’a automatiquement mis sur la voie de la compétition.

 

À 22 ans il débuta par la formule de promotion en vogue chez les transalpins à cette époque, la FORMULA ITALIA, une formule monoplace idéale pour faire ses premières armes et qui lui permettra de remporter son premier titre national, deux ans plus tard.

En 1975, il décide de passer au stade suivant, la F3, série où il réussira également à laisser son empreinte, en terminant troisième au classement final du très relevé Championnat d’Europe 1976 de la spécialité.

Ce qui lui donna des ailes pour tenter sa chance en F2, l’anti-chambre de la F1, qu’il espérait à l’époque, un jour atteindre.

Durant deux saisons, il tentera de se forger un palmarès au sein des écuries EVEREST ou SALESBURY RACING qui ne lui permirent jamais, faute de matériel valable, de pouvoir étaler son pilotage au grand jour et avec en fin du compte, un bilan famélique de 3 petits points en 47 manches !

Néanmoins pour 1979, il pensait avoir atteint le Graal en étant désigné pour remplacer au pied levé, le Belge Patrick NÈVE en F1, au volant d’une KAUHSEN WK, mise en chantier par le pilote de sports-protos Allemand, Willy KAUHSEN.

Toutefois ce que Gianfranco BRANCATELLI sous l’effet de l’euphorie de ce qui lui arrivait ignorait c’est que  le commanditaire important que NÈVE amenait dans ses bagages avait décidé de se désolidariser de ce projet considéré comme foireux…

Relégué à plus de 5 et … 13 secondes aux qualifications des Grands Prix d’Espagne et de Belgique, BRANCATELLI, dut alors se rendre à l’évidence que la KAUHSEN ne finirait jamais mieux qu’à une place dans un Musée !

Dans la foulée, il tenta encore une tentative dans le Team privé d’Arturo MERZARIO mais à nouveau hélas,  sans succès ce qui l’amena finalement à décider d’orienter sa carrière vers d’autres disciplines que la monoplace.

 

Brancatelli-24 Heres de Spa 1985-© Manfred GIET

 

On le vit alors successivement participer aux Championnats du Monde et d’Europe des Voitures de Tourisme (WTCC et ETCC) ou en endurance en Groupe C.

Si son meilleur résultat dans cette dernière discipline dans laquelle il fut actif entre 1986 et 1990 sur JAGUAR XJR-6, PORSCHE 962, SAUBER C9 et NISSAN R90CK, fut une deuxième place aux 24 HEURES DU MANS au volant d’une SAUBER C9 en 1989, dans les Championnats Tourisme, il devint une pointure.

 

Brancatelli-24 Heures du Mans 1986-© Manfred GIET

BRANCATELLI-Sauber C9 2ème aux 24 Heures du Mans 1989-© Manfred GIET

Brancatelli-Nissan-Dijon 1990 © Manfred GIET

 

Entre 1980 et 1989, il fut engagé par des Teams de pointe, tels BMW Cibiemme, BMW Italia, BMW Motorsport, le Team LUIGI (Alfa Romeo), JOLLY CLUB (Alfa Romeo), ROVER TWR (Rover Vitesse) ou EGGENBERGER (BMW-Ford Sierra et Volvo 240).

 

BRANCATELLI-ETCC-1982-Alfa-Romeo-Luigi-©Manfred-GIET

BRANCATELLI-ETCC 1984-BMW 635 Eggenberger-© Manfred GIET


Brancatelli-24-Heures-de-Spa-1989-vainqueur-©-Manfred-GIET

 

Outre un titre de Champion Tourisme en Italie et celui de Champion d’Europe ETCC en 1985, sa plus belle victoire, reste manifestement celle remportée sur une FORD Sierra Cosworth aux 24 HEURES de SPA-FRANCORCHAMPS, en 1989.

Fin des années ’90, il participera également deux fois aux 24 HEURES de DAYTONA avec une FERRARI 333 SP ainsi qu’une PORSCHE 911 et avec comme meilleur résultat, un 8ème rang final en 1995 sur la FERRARI.

Puis, il se lancera comme journaliste consultant pour un magazine spécialisé Italien, tout en participant encore occasionnellement à des épreuves historiques avant de profiter maintenant d’un repos bien mérité après une carrière bien remplie de presque trois décennies.

 

Buon Compleanno-Happy Birthday Gianfranco !

 

Manfred GIET

Photos: Publiracing Agency

Brancatelli à 70 ans jette un regard sur une carrière de presque 30 ans© Manfred GIET-

 

Glorieux Anciens

About Author

gilles