AFRICA RACE 2020 : LA COURSE À LA MER ! QUADRUPLÉ SSV MAIS LA VICTOIRE EST POUR MARTIN, BOTTURI (YAMAHA) GAGNE EN MOTOS

 

 

BASTON DANS LE SSV

C’est donc la dernière étape en Mauritanie.

 

L’ÉTAPE 11 EN COUPE

 

On part de Nemi vers le nord est, on tourne le dos à la mer puis à mi parcours en change complètement de cap et on revient vers Nouakchott, capitale de la Mauritanie.

 

ST LOUIS DU SÉNÉGAL (Photo Tourisme sénégalais)

 

On nous promet une course rapide avec cependant quelques cordons de dunes, arrivée 187 km plus loin et ce sera un gros bout de liaison, de 300 bornes vers cette ville magique qu’est St Louis du Sénégal, à cheval sur le delta du fleuve et en bordure de mer, l’étape favorite des pionniers de la compagnie Latécoère, l’hôtel où résidaient Mermoz et St Ex, existe toujours.

 

LA CARTE DE L’ÉTAPE

MOTOS : LUCCI LA SPÉCIALE, BOTTURI LA VICTOIRE

 

ENCORE UNE VICTOIRE D’ÉTAPE POUR LUCCI !

 

Premier départ à 7 h 45 local time,  pour Gritti qui a gagné la spéciale la veille. Le premier Way Point est au km 45 et Lyndon Poskitt, l’Anglais toujours heureux d’être là et qui le manifeste partout à grands coups de gaz et de roue arrière, passe premier, devant Lucci 42 secondes) les Polonais Dabrowski et Czachor, l’Australien Sutherland.

En fait, Lyndon a raté sa spéciale la veille et est parti de loin avec de magnifiques traces à suivre, le rallye raid, c’est d’ailleurs parfois exaspérant, a gardé cette habitude du premier arrivé premier parti.

Il serait beaucoup plus juste de demander aux dix premiers à quelle place ils veulent démarrer le lendemain…

Botturi a manifestement envie de donner le coup de grâce à cette course qu’il a menée de bout en bout mais rarement avec plus de quatre minutes d’avance au général sur le Norvégien Ullevalseter.

Il est cinq à 2’21 du leader, mais ce qu’il veut et réalise, c’est être devant son adversaire favori et c’est le cas, il roule 2’10 devant le Norvégien.

On est parti lentement, on est même tombé dans le groupe des six, plus loin a l’est le terrain s’aplatit et on envoie un petit 100 km/h. On virera de bord en passant le CP1, au km 88.

 

MAGNIFIQUE SUTHERLAND !

 

À ce CP 1, c’est Sutherland qui vire en tête, une sorte de «holeshot» à la taille du pays, sur plus de 80 bornes avant le premier virage ! Il précède Poskitt de 1’32, derrière Botturi (sixième) est toujours deux minutes devant Ullevalseter, à 100 km du bout, ça sent la course bouclée…

Ce retour vers l’ouest et la mer se fait dans le sens général des dunes, modelé par les vents dominants. On peut donc en éviter plein en roulant sur les plaques plates qui sont au pied de ces  dunes.

Au km 130 Lucci mène la troupe mais la course se joue derrière, il est neuf secondes derrière Czachor en temps réel et c’est toujours Sutherland qui est en tête au chrono, 1’44 devant Poskitt.

 

BOTTURI VAINQUEUR DE L’AFRICA RACE 2020

 

Lucci coupe le premier la banderole d’arrivée, 13 secondes devant Sutherland, Czachor et Poskitt, Botturi est cinq 1’13 devant Ullevalseter.

Au général, la Yamaha italienne de Botturi devance la KTM d’Ullevalseter de 3’59, Lucci est à 40’32, voilà le podium demain dimanche de l’Africa Race 2020 !

L’étape finale d’arrivée à Dakar ne compte que 22 km de spéciale (sur 229 km au total) Ces résultats sont à considérer comme définitifs, l’arrivée est purement mais hautement symbolique demain dimanche sur la  plage de Dakar.

 

AUTOS : INCROYABLE QUADRUPLÉ SSV POUR LA SPÉCIALE,
LA VICTOIRE POUR LE BUGGY DE MARTIN

 

MARTIN VAINQUEUR DE L'AFRICA RACE 2020ADRICA RACE

MARTIN VAINQUEUR DE L’AFRICA RACE 2020

 

Fromont, vainqueur de la veille est parti le premier, à 9 h 07 local time.

Mais c’est le SSV de Patrice Etienne qui se sent des ailes en ce dernier matin mauritanien, enfin des ailes lourdes parce qu’il roule dans des tas de sable à 37 km/h, frustrant un début de spéciale aussi lent…

Puis c’est une baston générale SSV  qui roule devant dans a catégorie autos/camions, logique dans un terrain où la légèreté est primordiale. Ensuite il y a de belles plaques plates où l’on envoie du 130 km/h avec bonheur.

Patrick et Lucas Martin roulent dans le groupe de tête mais prudemment, il a une heure d’avance au général devant le camion de Kowacs et il faut juste faire gaffe à ne pas avoir de pépins, ce doit être terrifiant le stress d’entendre le moindre bruit suspect du côté du moteur ou des roues, il y a souvent des pierres mélangées au sable et pour les crevaisons c’est royal…

 

LE SCANIA DE KOWACS, DEUXIÈME AU GÉNÉRAL

 

C’est le Polaris de Noel de Burlin qui passe en tête au WP1, l’homme handicapé et navigateur en solitaire du désert démarre en force, c’est juste magnifique.

Un SSV donc devant un autre, celui de Van der Valk, puis vient Kowacs et son camion Scania,  Martin est à 1’30 derrière, prudent, comme il l’a annoncé.

Au km 88 Noel de Burlin est encore en tête, mais il perd énormément de temps, 40 minutes, avant le contrôle suivant, km 130, où un autre SSV, celui de Van der Valk, prend le relais. C’est la journée des SSV !

Le camion de Kowacs son Scania essaie de suivre mais le début de spéciale, très torturé, lui a fait perdre du temps, il est troisième dans le classement autos/camions, plus de huit minutes de retard, à 50 km de l’arrivée.

Le buggy Mercedes de Martin est derrière, il n’a concédé que six minutes à Kowacs son seul adversaire pour la victoire finale.

 

LE CANAM DE VAN DER VALK

 

Et c’est l’arrivée, il semble que Van der Valk ait gagné la spéciale mais les chronos officiels ne tombent pas, pas plus qu’en moto d’ailleurs.

Alors on attend et on fait bien car les chronos de CP et WP se sont gourés, c’est une boîte particulière qui le fait, c’est bien mais c’est aussi crédible qu’une promesse politique…(Jacques Chirac disait très raisonnablement qu’une promesse n’engage que ceux qui y croient…)

 

PATRICE ÉTIENNE GAGNE LA SPÉCIALE

 

Il y a un quadruplé SSV Canam, gagné par celui de Patrice Étienne et Jean Pierre Saint Martin… Van der Valk est à 4’49 du premier… ce sont là les chronos officiels dirigés par une autre boîte qui elle, met parfois le temps mais fait du bon boulot.

Le Scania de Kowacs est septième à 8’52, Martin est douzième, à 3’08 du camion mais cela lui suffit largement pour gagner l’épreuve.

Au général, il pointe une heure six minutes devant Kowacs, quatre heures quarante trois devant l’autre Scania, celui de Fazekas.

C’est l’équipage Fretin/Duplé qui gagne la catégorie SSV et Kowacs la catégorie camions…

 

FRETIN/ DUPLÉ GAGNENT LA CATÉGORIE SSV

 

Demain, la plage, «Thalassa» ! (La Mer ! Cri des soldats d’Alexandre le Grand découvrant… l’Océan Indien où ils étaient arrivés à pieds ou à cheval depuis la Macédoine !)

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : Alain ROSSIGNOL  et Jorge CUNHA/Captain Nowhere

 

Résultats et Classements

https://www.africarace.com/fr/course/2020/home

 

Africa Race Rallye-Raid

About Author

jeanlouis