F1 : ROY NISSANY PILOTE D’ESSAI WILLIAMS

 

 

 

De passage à Tel Aviv, Claire Williams a intronisé Roy Nissany comme pilote d’essai. L’Israélien devrait piloter la F1 lors de trois « vendredi ».

 

Difficile de ne pas ricaner en regardant les écuyers de Williams. Qu’elle est loin, l’époque où les meilleurs espoirs faisaient le pied de grue à Grove… Les années où le Team de Sir Franck alignait les victoires en GP et enquillait les titres mondiaux !!!

Désormais, l’équipe Williams n’est plus que l’ombre de cette grande écurie qui faisait rêver… et du coup, elle doit faitre appel à des seconds couteaux argentés ou solodement soutenus par de généreux sponsors!

Nicholas Latifi, le nouveau titulaire, sort de quatre années et demi de F2/GP2, sans avoir jamais vraiment marqué les esprits. La jeun e Britannique Jamie Chadwick reste pilote de développement, alors qu’à la voir fermer la marche en F3 Asian, on l’imagine mal accumuler un jour suffisamment de points de super licence.

Williams récupère également Dan Ticktum, dont Red Bull ne veut plus et qui s’est fâché avec beaucoup de monde depuis ses débuts en sport auto… Ticktum sera pilote de réserve l’écurie.

Aujourd’hui, le kilométrage en F1 est très limité. Terminé le temps où les écuries disposait d’une vraie « équipe B » destinée aux seuls essais. Pourtant, Williams a cependant désigné un troisième pilote : Roy Nissany!

C’est une demi-surprise, car l’Israélien avait déjà participé aux tests de fin de saison, à Yas Marina. A Tel Aviv, Claire Williams a détaillé son programme : trois « vendredi », une journée lors du rookie test day et du simulateur.

Le seul pilote d’essai Israélien, à ce jour, fut Chanoch Nissany. Il n’est autre que le père de Roy. En 2004, à 41 ans, Nissany Sr avait décidé qu’il ferait pilote de F1 et il s’offrit deux journées d’essai avec Jordan.

En 2005, il signa avec Minardi et il participa aux essais libres du Grand Prix de Hongrie. Nissany Sr était persuadé d’avoir le niveau et il devait être titularisé en 2006. Le chronomètre contredit l’Israélien et d’aucuns se moquèrent de ce monsieur Jourdain de la F1. Peu après, Red Bull acheta Minardi, qui devint Toro Rosso et l’on oublia l’épisode Nissany.

Nissany Jr est heureusement beaucoup plus véloce et beaucoup plus professionnel que son père. Pour autant, le compte n’y est toujours pas. En 2012, il s’imposa sur le Red Bull Ring, en ADAC Formel Masters. En 2013, il poursuivit au sein de son équipe, Mücke, en F3. Là, il fut incapable de décrocher un top 5.

Il fila alors vers la FR 3.5, avec Tech 1, où il décrocha un podium. La FR 3.5 devint F 3.5 V8, en 2016, et Nissany d’obtenir trois victoires avec Charouz. En 2017, il fut néanmoins incapable de confirmer. Il remporta une victoire avec RP Motorsport, avant de terminer dans le ventre mou du classement, malgré un plateau clairsemé.

Enfin, en 2018, il passa en F2, avec Campos. L’Israélien obtint un unique point, avant de tomber à court de budget. Ensuite, il disparu des écrans de radar jusqu’au test avec Williams, un an plus tard.

 

Joest Jonathan OUAKNINE

Photos : WILLIAMS

Roy Nissany et Claire Williams. Copyright : WILLIAMS

F1 Monoplaces

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE