MOTOGP 2020 : (RE) MARIAGE A L’ITALIENNE POUR YAMAHA ET LORENZO (GAZZETTA DELLO SPORT)

LORENZO LE GRAND RETOUR EN BLEU

 

J’ai publié ici même il y a 24 heures une photo mise en ligne par Lorenzo lui-même, visitant l’arbre de Noël géant de la Piazza del Duomo à Milan.

J’avais largement envisagé qu’il y ait derrière ce cliché un message secret, à savoir non pas « vous avez vu les mecs comme ma fiancée est belle ? » mais un truc du genre « Je vous donne un indice je suis à Milan pour Noël… »

 

L’INDICE

Pourquoi Milan serait un indice ?

Parce que cette ville est à 30 km de Lesmo, le GQG de Yamaha MotoGP en Europe.

Et pourquoi est-ce important que le mariage avec Yamaha soit annoncé par « La Gazzetta dello sport » ?

Parce que Milan est la base historique de ce journal très fana de sports mécaniques (et forcément de foot, en Italie !) et qu’il eût été très étonnant qu’un journaliste de la rédaction ne soit pas allé voir Lorenzo… en discutant par exemple autour d’un café dans cet endroit connu dans le monde entier qu’est la Piazza del Duomo à Milan.

Parce qu’il serait très étonnant que les spécialistes de sport mécanique de ce journal n’aient pas un ou deux numéros de téléphone importants au siège de Yamaha GP tout proche…

Bon bref, pour nos confrères en rose, la couleur historique de ce journal historique de sport en Italie, le (re) mariage avec Yamaha c’est fait…

 

ON NE REVERRA CELA QU’EN ESSAIS MAIS …

 

J’ai oublié dans mon papier hier sur la question un fait capital…

Le silence absolu de mon réseau Yamaha sur ce coup.

Or depuis Moto Verte (il y a un peu plus de trente piges) Gilles Mallet mon premier red-chef, génial créateur de ce journal, m’a appris qu’un silence est toujours en soi une information…

Chose largement vérifiée depuis dans tous les domaines, pas seulement en sports… (Suivez mon regard…)

Bref tout le reste je l’ai dit, Lorenzo s’emmerdait à Bali comme le berger de Francis Blanche, revenir faire de la Yamaha une arme fatale en compète, défi raté par Rossi et Vinales était en revanche un objectif exaltant après trois années non de misère (25 millions de dollars chez Ducati…) mais d’humiliation.

 

ANNÉES ROUGES MAIS ANNÉES NOIRES POUR LORENZO

Et puis si en cours d’année un des pilotes Yamaha a une faiblesse, « just for fun » bien sûr, ça pourrait le démanger Lorenzo de se remémorer ce qu’est un départ de GP…

Mais il en a marre de se faire mal, comme Pedrosa, comme Crutchlow, comme Doohan il y a quelques années, donc pas sûr que ça le re-démange, mais si on lui en donne l’ordre ?

Ah oui, le nerf de la guerre, j’ai nommé l’artiche, le jonc, les boules des joueurs de casino, l’auber des chourineurs de Paris, la dot dans les grands mariages bourgeois…

C’est Albert Valera, l’agent de Lorenzo qui s’occupe de ses affaires (et prend 25% au passage).

Valera est sublime quand il parle à des gens qui ont un besoin criant de ses poulains, ce qui est le cas de Yamaha, qui va donc devoir sérieusement écorner son budget MotoGP…

Réponse officielle tardive comme d’hab, attendue dans les jours à venir, le contrat de Lorenzo chez Honda s’arrête (probablement) le 31 décembre.

Sûr alors ?

Non, mais c’est tellement bon le doute… dans un monde où les certitudes servent d’armes de guerre…

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos MotoGP / Yamaha 

 

 

Moto MotoGP Sport

About Author

jeanlouis