F1 : LATIFI VA REMPLACER KUBICA CHEZ WILLIAMS

 

 

 

Williams vient de dévoiler son line-up 2020 : George Russell et Nicholas Latifi. Le Canadien va ainsi remplacer Robert Kubica. Ce sera d’ailleurs le seul changement de la grille de F1 2020, par rapport à la finale de ce week-end.

 

Nicholas Latifi chez Williams, en 2020, c’est la confirmation d’un bruit de couloirs qui durait depuis des mois. A un moment, il était même question que Latifi débute, dès cette année, à Monaco !

C’est aussi la fin du rêve pour Robert Kubica. Retrouver la fin, huit ans après son grave accident, c’était un exploit. Didier Pironi ou Alessandro Nannini n’ont pas eu de deuxième chance. Reste qu’une fois en piste, le Polonais fut vite en porte-à-faux chez Williams. Sportivement et physiquement, il n’était pas au point.

En prime, PKN Orlen, son sponsor, aurait traîné sur les versements. Kubica a réussi à inscrire un point en Allemagne. Pour autant, son préavis chez Williams avait déjà débuté. Le Polonais prospecta chez Haas, qui préféra prolonger Romain Grosjean et Kevin Magnussen. Tous les pilotes présents ce week-end à Yas Marina, seront à Melbourne, en mars prochain, sous les mêmes couleurs… Tous, sauf Nico Hulkenberg et Kubica !

Pour remplacer le Polonais, Williams avait une short list. Nikita Mazepin, passa par Mercedes-Benz GP, pour se faire recommander. Néanmoins, en tant que 17e du championnat de F2, le vice-champion du GP3 2018 manque cruellement de points de superlicence. « Beau-frère » de George Russell, l’autre pilote Williams, Nyck de Vries connait bien la maison. Et en tant que champion de F2 2019, il possède son quota de points de superlicence.

Pour autant, le Néerlandais a préféré signer avec Mercedes-Benz EQ en Formule e. Restait donc Nicholas Latifi. Ce week-end, il devrait finir sur le podium final de la F2 et décrocher les 40 points de superlicence. Enfin, Latifi est le fils de Michael Latifi, PDG du groupe d’agro-alimentaire Sofina.

Le logo de Sofina est bien en évidence sur le casque du fiston et bien sûr, il sera bien en évidence sur les pontons des Williams. Troisième pilote de Williams en 2019, il a intensifié son programme d’essais dès que sa titularisation en 2020 devenait officielle.

En terme de parcours, Latifi n’a jamais été un pilote très prometteur. Bien que Canadien, il a presque toujours couru en Europe. Il débuta ainsi, en 2012, dans ce qui fut la dernière saison de F3 Italia, avec BVM. Pour l’anecdote il y pilotait non pas une Dallara, mais une Mygale. British F3, F3 Européenne, FR 3.5…

Le Canadien passa d’une discipline à l’autre, changeant d’équipe à chaque fois, mais n’obtenant qu’un ou deux succès par an. En 2016, il signa avec DAMS en GP2. En parallèle, il fut pilote d’essai de Renault. En 2017, le GP2 devint F2, Latifi poursuivit avec l’équipe Française et décrocha une première victoire. En 2018, les résultats plafonnèrent. Devenu cobaye de Force India, il participa à plusieurs « vendredi ». 2019 fut une toute autre affaire.

Le Canadien connu un début de saison tonitruant, enchainant les podiums. C’est à ce moment-là que sa cote grimpa en flèche chez Williams… Les séances d’essais F1 se multiplièrent. Latifi s’est-il vu trop beau ? Il enchaina les contre-performances en F2. Son rival de Vries le rattrapa au classement, puis il fut titré à trois manches du but.

A Yas Marina, Latifi tentera de contrer Luca Ghiotto, pour la place de dauphin… Et il devra surveiller Sergio Sette Camara. Le Brésilien possède une mince chance de finir 3e et s’il déloge Latifi du podium, ce dernier ne pourra plus aller en F1 !

Latifi s’est toujours défendu d’être un fils à papa. Pour autant, difficile de croire que Williams l’a recruté uniquement sur son CV. Qu’elle est loin, l’époque où les champions du monde -et ceux qui aspiraient à la devenir- se battaient pour aller chez Williams. Désormais l’équipe navigue en queue de peloton et elle se contente de novices quasi gratuits et de pilotes à budget.

 

Joest Jonathan OUAKNINE

Photos : NICHOLAS LATIFI

 

Nicholas Latifi sous la pluie, à Interlagos. Copyright : NICHOLAS LATIFI

F1 Monoplaces

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE