MOTOGP 2019/2020 : MARC MARQUEZ OPÉRÉ DE L’ÉPAULE DROITE

MARC MARQUEZ VAINQUEUR MAIS BLESSÉ

En 2018, la même équipe de trois chirurgiens  avait opéré Marquez de l’épaule gauche durant trois heures et demie !

Il s’agissait d’une intervention très compliquée, l’épaule se déboîtant juste quand un de ses amis le félicitait d’une victoire ou d’une pole.

C’est l’hôpital Dexeus, celui où se font opérer quasiment tous les pilotes espagnols, qui a été choisi.

Et cette fois, c’est l’épaule droite qui a été opérée.

 

LA MÊME ÉQUIPE L’A OPÉRÉ EN 2018

Le fameux Dr Mir, que la famille Marquez voit souvent d’ailleurs, s’est occupé de la chirurgie classique, ouverte, consistant à bloquer l’os du bras pour l ’empêcher de sortir de sa cavité.

Les Dr Victor et Teresa Morlet se sont occupés de la partie arthroscopie, qui consiste à pénétrer sous la peau et les muscles et d’opérer grâce à un minuscule tube par lequel passent tous les instruments, c’est de la bijouterie.

Le bref communiqué de Repsol précise que l’opération a été moins agressive qu’en 2018, pour une raison simple, Marquez a beaucoup moins roulé blessé que l’an dernier, il s’est fait mal en deux fois, l’une au GP de Sepang, l’autre lors des essais d’automne de Jerez, au début de la semaine.

Il n’empêche, pendant que ses copains et leurs mannequins de copines vont aller batifoler sous les cocotiers, pour la deuxième fois en deux ans Marquez va passer ses vacances chez lui à Cervera en rééducation avec son coach.

 

RÉÉDUCATION DOULOUREUSE EN 2018/2019

 

On a beau se dire qu’avec ses millions il n’est pas malheureux, ce qui est vrai, j’avoue avoir autant d’admiration pour lui dans ce genre de situation que lorsqu’il gagne un GP.

Son objectif, comme en 2018/2019, être en pleine forme aux prochains essais de Sepang en février 2019.

Il passera donc l’hiver chez lui à Cervera, petit village catalan de 9000 habitants à 60 km au NW de Barcelone.

J’avoue être assez inquiet, la sécurité sur les circuits a été améliorée de façon gigantesque, mais la brutalité de ces motos de pas loin de 300 cv fait que les chutes éclaircissent les rangs.

 

AGOSTINI, UN HÉROS VIVANT

 

Certes, on se tue infiniment moins en GP que durant les années Continental Circus, mais Lorenzo, Pedrosa, Crutchlow (fin 2020) sont déjà hors circuit à cause de leurs blessures, cela fait deux fois que Marquez passe sérieusement sur le billard, ces blessures deviennent un peu le tendon d’Achille de ce sport.

Je n’ai pas envie de revivre cette époque du Circus où chaque lundi matin ou presque Philippe Michel, l’homme des GP à Moto Revue revenait le lundi matin au journal en nous annonçant qu’un pilote s’était tué…

Certes, je l’ai dit, on se tue beaucoup moins, mais on voit partir nos héros à cause de leurs blessures, Agostini m‘a dit il y a quelques années que si lui, Hailwood et Read étaient devenus des  héros, c’est d’abord qu’ils étaient restés vivants !  (Hailwood s’est tué en bagnole en allant chercher du Mc Do pour sa famille !)

Bon, c’était le coup de blues classique en novembre après la fin des GP, vivement février et Sepang !

Jean Louis BERNARDELLI 

Photos MotoGP et Yamaha racing

 

Moto MotoGP Sport

About Author

jeanlouis