PRÈSENTATION DU FILM OFFICIEL DES 24 HEURES DU MANS 2019

 

 

 

Monsieur Pierre FILLON, Président de l’A C O accompagné de son speaker favori, j’ai naturellement nommé l’ami Bruno VANDESTICK, a officiellement présenté le film rétrospectif de l’édition 2019 des 24 Heures du Mans autos.

Dans trois salles combles au cinéma C G R, les spectateurs ont eu la +chance de découvrir en avant-première un fabuleux reportage de ces 24 Heures qui comme elles en ont parfois le secret, nous ont offert un rebondissement digne d’un film Hollywoodien…

 

 

Monsieur-Pierre-FIOOLN-Président-de l’ACO en compagnie de Bruno-Vandestick, maître de Cérémonie-Présentation du film ur Le-MANS-2019-Photo-Thierry-COULIBALY.

 

Les images proposées sont belles, colorées, pertinentes, les prises de vues originales, elles vous plongent au cœur de l’action, vous êtes le mécanicien dans les stands, le team manager qui donne des indications au pilote, vous êtes derrière le volant en aspiration à plus de 300 km/h à quelques centimètres de l’auto qui vous précède et enfin vous retenez votre respiration tant vous êtes immergé au cœur de la plus belle et plus prestigieuse course au monde !

La mélodie des moteurs vous enchante, les communications radios vous informent, les émotions vous envahissent et vous submergent, vous êtes de l’inimité d’une course  mythique, vous découvrez l’invisible, ce que vous spectateur ne pouvez déceler du haut de vos gradins mais qui construisent la course.

 


Présentation-du-film-sur-Le-MANS-2019-Photo-Thierry-COULIBALY

 

Vous ressentez les sentiments des équipes, l’impressionnante charge émotionnelle des pilotes, des mécaniciens, les angoisses, les interrogations, les peines et les joies, jamais les certitudes.

La magie du Mans se déroule sans fard, brute, même parfois brutale, vous découvrez l’importance de la prise de décision rapide au sein de la Commissionde Courses,  l’indispensable sécurité active et passive, l’organisation gigantesque nécessité pour un tel événement.

Ce sont cette authenticité, cette passion qui émane des images, les coulisses de cette course unique au monde qui font que lorsque les moteurs se taisent enfin à l’issue des deux tours d’horloge, vous n’avez qu’une envie… celle de revenir la vivre l’année suivante.

 


Pascal VASSELON et José-Maria LOPEZ, lors de la Présentation du film sur Le-MANS-2019-Photo-Thierry-COULIBALY.

 

A la suite de la projection de ce film, Pascal VASSELON Team Manager de l’équipe TOYOTA GAZOO RACING, et le pilote de la TOYOTA N°7, l’Argentin José-Maria LOPEZ, ont expliqué les raisons des arrêts intempestifs ayant occasionnés la perte de la première place de la voiture de tête, en toute fin de course alors que la victoire lui semblait acquise… et ce au profit de lz voiture-sœur, la N°8 !

Il explique :

« Sur nos voitures, nous avons différents capteurs, notamment au niveau des roues, pour être informé si toutefois il y avait une perte de pression au niveau des pneumatiques. Sur la voiture de tête la N°7, à une demi-heure de l’arrivée, nous avons soudainement constaté qu’il y avait une importante baisse de pression du pneumatique avant droit. »

 

24 H du Mans 2019 – Inattendu changement de pneus de la TOYOTA N°7 – Photo : Thierry COULIBALY

 

Avant d’enchaîner et de nous préciser :

« Nous avons donc rappelé l’auto au stand pour effectuer le changement de la roue avant droite. L’opération effectuée, José-Maria LOPEZ alors au volant, indique que le voyant est toujours allumé, l’ingénieur en charge de l’incident lui précise que c’est normal, que le voyant va peut-être mettre une minute avant de s’éteindre, le temps qu’il se reparamètre, mais il reste pourtant allumé ! »

Et de nous lâcher :

« L’ingénieur comprend rapidement d’où vient le problème, il y a eu une inversion entre le capteur avant et arrière droit, le pneu changé n’était pas le pneu défectueux. Le pilote doit donc à nouveau rejoindre notre stand et renter au ralenti… Là, où il devrait dépasser les 300 km/h, il roule au maximum à 160 km/h pour respecter les consignes et ne pas endommager l’auto. Revenu au stand, le pneu arrière droit est changé, mais la N°8 est passée et la N°7 ne pourra jamais combler l’écart et la repasser à la régulière si proche de l’arrivée. »

Une question se pose, pourquoi ne pas avoir changé les quatre pneus lors du premier arrêt puisque cela ne changeait rien en termes de temps passé au stand ?

Pascal Vasselon réplique :

« Nous avions utilisé notre cota de pneumatiques, il ne nous restait que des pneus usés, nous avons donc pris la bonne décision de ne changerque le pneu jugé  déficient. Et si c’était à refaire, nous referions la même chose, parce dans 80% des cas, c’est ce qu’il faut faire. »

 

24-HEURES du MANS-2019-Arrivée victorieuse pour la TOYOTA-N°8-d’ALONSO-BUEMI-NAKAJIMA Photo: Thierry COULIBALY

 

Il ajoute et conclut :

« Vous pourriez d’ailleurs m’interroger en me disant ‘Pourquoi ne pas avoir repositionné la N°7 devant la N°8 ?  La réponse là aussi est simple, parce que nous faisons de la course automobile, et que nous ne pouvions pénaliser l’équipage de la N°8 parce qu’un élément extérieur à l’équipe a commis une erreur, les pilotes, les mécaniciens de la N°8 ont œuvré, de leur mieux pour ces 24 Heures, il aurait été injuste de les pénaliser. La N°7 était plus rapide, mais le sort en a décidé autrement, ce ne fut nullement une volonté de notre part de vouloir faire gagner un équipage plutôt qu’un autre. Vous remarquerez que tous les pilotes de la N°8 Sébastien BUEMI, Kazuki NAKAJIMA et Fernando ALONSO ont rendu hommage aux pilotes de la N°7 Mike CONWAY, Kamui KOBAYASHI et José-Maria LOPEZ qui restent pour eux les vrais vainqueurs de ces 24 Heures du Mans 2019. »

Mais comme le rappelait Gilles GAIGNAULT, on ne se souvient que du nom des vainqueurs !!!!

 

Pierre-RAGUES-et-Vincent-Capillaire-signent-des-autographes-à-la-Présentation-du-film-sur-Le-MANS-2019-Photo-Thierry-COULIBALY

 

Vincent CAPILLAIRE, Pierre RAGUES, et Julien CANAL se sont aussi exprimé sur leur engouement pour les 24 Heures du Mans et les difficultés liées à cette course.

Enfin les pilotes du KESSEL RACING comprenant l’équipage 100% féminin Michelle GATTING, Rahel FREY qui avait déjà piloté au Mans eu 2010 sur une FORD GT et Manuella GOSTNER ont expliqué leur adaptation assez facile à la FERRARI 488 GTE!

 

Rahel-FREY-Manuella-GOSTNER-et-Michelle-GATTING-lors-de-la-Présentation-du-film-sur-Le-MANS-2019-Photo-Thierry-COULIBALY.


Sergio-PIANEZZOLA-Andréa-PICCINI-et-Claudio-SCHIAVONI-.pilotes-de-la-FERRARI-488-GTEà-la-présentation-du-film-des-24-Heures-du-Mans-2019.

 

Et les garçons de la seconde FERRARI F488 du Team SUISSE, le trio Sergio PIANEZZOLA, Andréa PICCINI et Claudio SCHIAVONI, qui 46ème sous le damier, ont été devancé par les filles classées elles, 39ème, Sergio, a précisé qu’il était le seul responsable des deux sorties de routes, fort heureusement sans grandes conséquences…

Si vous êtes un adepte des 24 Heures du Mans, ne le ratez pas, ce grand moment d’émotions résumé en une heure trente, vous vous le repasserez certainement plusieurs fois, ne serait-ce pour faire découvrir à vos amis la plus belle course du monde !!!

 

Texte et photos : Thierry COULIBALY

 

Bureau-de-vente-de-lA-C-O-lors-de-la-Présentation-du-film-sur-Le-MANS-2019-Photo-Thierry-COULIBALY


24-HEURES du MANS-2019-FERNANDO-ALONSO entre dans l’histoire: Double Champion du monde de F1 et double vainqueur des 24 Heures du Mans !

 

24 Heures du Mans Endurance

About Author

gilles