FORMULE e : L’ÉCURIE NIO, PRÊTE JUSTE À TEMPS POUR LES 1ers ESSAIS D’AVANT-SAISON !

 

 

 

L’équipe NIO vient de dévoiler sa nouvelle monoplace et ses pilotes pour la Saison 2019-2020.
Il était temps car la saison débute cette semaine à Valencia en Espagne, avec le test collectif  d’avant-saison.

 

NIO a toujours été une équipe avare en communiqués.

Pour autant, l’inter-saison fut visiblement longue pour l’équipe Chinoise. Comme les autres indépendants, elle souffre face à la présence toujours plus prégnante des constructeurs. Dernière du dernier Championnat avec seulement… sept petits points décrochés au compteur et tous inscrits par Oliver Turvey, l’équipe a cherché mécènes et moteur.

Le sauveur s’appelle …Shanghai Lisheng Racing! Cette société organise la série TCR China et possède l’équipe 333. Cette dernière prépare et engage des Volkswagen dans le Championnat Chinois de tourisme et des Škoda en Championnat Chinois de Rallye.

Du coup, NIO s’appelle désormais « NIO 333 Formula e Team ». Et, l’équipe pourrait déménager à Shanghai, fief de 333 et de Shanghai Lisheng Racing.

En attendant, NIO s’offre des moteurs Penske, c’est-à-dire ceux du Dragon Racing.

Côté pilotes, le Britannique Oliver Turvey rempile. Dans une autre vie… Turvey fut vainqueur du McLaren Autosport Awards, en 2006. Il fut même brièvement pilote d’essai de Woking en F1. En Formule e, mis à part un unique podium à Mexico, en 2018, Turvey n’a guère marqué les esprits. D’ailleurs, il est le pilote ayant disputé le plus d’ePrix sans s’imposer !

Conseil d’administration Chinois oblige, l’autre pilote, le Français Tom Dillmann a été remercié au profit d’un pilote du Pays du Milieu. En l’occurence, Ma Qing Hua.

William Li, le patron de NIO, le connait bien. En 2010, Li fit rouler Ma en Superleague Formula (sous le banière du Team China) et à la fin de la saison 2017-2018, il fit des apparitions chez NIO. Ma fut surtout célèbre pour son rôle de richissime naïf chez HRT, puis Caterham F1, où il épongea les deux dettes des deux équipes contre la promesse d’un baquet.

On le vit ensuite triompher avec Citroën en Championnat du monde des voitures de tourisme du WTCC. Pilote honnête de tourisme, il s’est aussi imposé en WTCR, cette année, avec une Alfa Romeo privée.

Seulement voilà, Ma reste persuadé qu’il est un grand pilote de monoplace ! Il a disputé un total de neuf ePrix, dont deux avec NIO mais sans marquer le moindre point.

Difficile de croire que dans une NIO sous-financée, avec un Penske asthmatique dans le dos, il parviendra à ouvrir son palmarès…

 

Joest Jonathan OUAKNINE

Photos : NIO

Copyright : NIO

Formule E Monoplaces

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE