RALLYE DU MAROC 2019 : UNE PREMIÈRE ÉTAPE DIFFICILE PROFITE À  AL-ATTIYAH ET QUINTANILLA.

 

 

RALLYE DU MAROC 2019 NASSER AL ATTIYAH

 

Après deux jours dédiés aux vérifications administratives et techniques à l’Hôtel Marriott de Fès, 153 véhicules de course ont pris ce samedi matin la direction de Aoufous, dans la région d’Erfoud, pour la première étape du Rallye du Maroc 2019.

Très montagneuse et technique, quelques fois rocailleuse dans sa première partie, la spéciale, longue de 226 kilomètres pour les autos et moto-quad, et de 204 kilomètres pour les SSV, Open et Enduro Cup, devenait plus roulante après le kilomètre 160.

Les concurrents autos et motos ont ensuite évolué dans quelques portions d’herbes à chameaux et de dunettes, alors que les catégories SSV, Enduro Cup et Open ont quitté le tracé pour se diriger directement vers l’arrivée de la spéciale située au bivouac.

Cette première étape a été l’occasion pour les concurrents d’expérimenter pour la première fois le nouveau road-book en couleurs.

RALLYE DU MAROC 2019 PABLO QUINTANILA –

 MOTO-QUAD : LA PREMIÈRE POUR QUINTANILLA

 

Pablo Quintanilla de l’équipe Rockstar Energy Husqvarna Factory Racing ne pouvait espérer mieux pour cette première étape du Rallye du Maroc 2019. Parti 18ème ce matin, le pilote Chilien a roulé sur un très bon rythme dans les premiers kilomètres, puis évité les nombreux pièges de navigation, pour finalement s’imposer à l’arrivée au bivouac. Le pilote Husqvarna devance la KTM de Sam Sunderland de 40’’ et Ricky Brabec le pilote Honda de 1’31’’.

Le pilote Américain termine troisième en prenant le soin de gérer sa course en prévision des prochains jours. Au classement général, le coefficient 4 appliqué au prologue d’hier permet à Sam Sunderland de prendre la tête, 28 secondes devant Pablo Quintanilla et 1’07’’ devant Ricky Brabec.

 

RALLYE DU MAROC 2019 SAM SUNDERLAND

 

Chez les quads, la victoire revient à Ignacio Casale. Le Français Alexandre Giroud échoue à 2’16’’ du pilote Chilien, alors que Rafal Sonik termine troisième à 4’42’’.

Axel Dutrie a lui perdu gros aujourd’hui. Handicapé par la casse de l’un de ses arbres de roue, le Français est rentré au bivouac à la sangle.

 

Pablo Quintanilla confiait :

« C’était une vraie dure première journée. Toute la spéciale était caillouteuse, piégeuse et technique. À la fin de l’étape, mes pneus n’étaient plus en très bon état et la moto était difficile à contrôler. Nous devions en plus nous adapter au nouveau système de road-book. Ce n’est pas facile au début, surtout quand on est habitué à sa propre méthodologie. Nous avons besoin de temps pour apprendre. C’est pour tout le monde pareil. Honnêtement, je ne me sentais pas très bien. J’ai encore mal à ma jambe quand j’attaque. J’ai préféré rester calme et ne pas prendre de risque. »

Sam Sunderland, lui précisait:

«  C’était le premier jour du nouveau road-book. Il a fallu rester vigilant. Mes pneus sont détruits et nous savions que ça allait arriver. Tout le monde était dans la même situation. Nous avons fait de notre mieux. »

Paulo Goncalves, indiquant :

« C’était une étape compliquée, avec des pierres et quelques portions de trial. Un début vraiment difficile. Mais je suis content d’être là sans avoir connu le moindre problème. L’Hero marche très bien. Je suis prêt pour demain. »

Quant à Ricky Brabec, lui, il indiquait :

« Je n’ai pas vraiment fait d’erreur aujourd’hui. J’ai roulé doucement en essayant d’être prudent. J’ai ralenti plusieurs fois pour ne pas faire d’erreur de navigation. La première moitié de la spéciale était très difficile pour moi, particulièrement avec le nouveau road-book. La seconde était plus à mon avantage avec beaucoup de rochers. J’adore ça. »

Adrien Van Beveren, le Français du clan Yamaha, lâchait :

« Je suis tombé malade ces derniers jours. Ca s’était calmé et puis c’est revenu ce matin. J’ai donné le maximum. C’était très dur et très long. Il y avait beaucoup de pierres. Je n’ai pas passé un super moment. »

Enfin, Joan Barreda, l’un des pilotes Honda ajoutait encore :

« Une étape très difficile avec beaucoup de portions de trial. J’ai passé beaucoup de temps en première vitesse. Nous nous attendions à une première étape rapide, alors que le rythme était finalement très lent. Ce genre d’étape n’est jamais facile. Je voulais juste finir. Seule la dernière partie était moins difficile avec des dunettes. »

 

RALLYE-DU-MAROC-2019-NASSER-AL-ATTIYAH.

EN AUTO : JOURNÉE CONTRASTÉE POUR TOYOTA

 

Nasser Al-Attiyah le leader de l’équipe Toyota Gazoo Racing, est décidément très à l’aise sur les pistes Marocaines. Victorieux de la première étape, le pilote Qatari n’a connu aucun souci majeur aujourd’hui, si ce n’est une roue crevée, vite changée avec l’aide de son coéquipier Mathieu Baumel.

Le jour de ses quarante ans, l’Azuréen Mathieu Serradori s’adjuge une très belle deuxième place, à 2’39’’ du quintuple vainqueur du Rallye du Maroc. Quant à Giniel De Villiers, autre pilote du Team Toyota Gazoo Racing, coéquipier du vainqueur du jour, le Sud-Africain complète le podium à 3’14’’.

 

RALLYE-DU-MAROC-2019-La-DREAM-TEAM-TOYOTA-avec-AL-ATTIYAH-BAUMEL-et-ALONSO-COMA

 

La journée n’a pas été parfaite pour l’équipe Sud-Africaine Toyota Gazoo Racing, puisque le ‘ rookie ‘ qui découvre le monde du rallye-raid, lui l‘ancien double Champion du monde de F1, double vainqueur des 24 Heures du Mans, Fernando Alonso a tapé une pierre après le CP3, puis est resté immobilisé une vingtaine de minutes avant de rejoindre le bivouac au ralenti.

L’addition est déjà corsée pour le Champion du Monde d’Endurance WEC en titre qui concède avec son guide son ‘ange gardien’  le trés expérimenté Marc Coma, près de 45  minutes…

 

RALLYE DU MAROC 2019 FERNANDO ALONSO, le visage fatigué

 

Du côté des Mini de l’équipe X-raid, Stéphane Peterhansel, en tête une bonne partie de la journée, termine quatrième à 5’14’’, alors que Carlos Sainz, a perdu plus d’un quart d’heure à cause de multiples crevaisons.

À l’arrivée, Nasser Al-Attiyah expliquait :

« La journée a été difficile. Piégeuse dès le début avec 100 kilomètres de montagne, puis tracé dans un désert ouvert avec beaucoup d’oueds. Nous avons crevé une fois, mais nous avons pu vite réparer. Mais je suis très content d’avoir ce niveau de performance et de remporter l’étape. »

Mathieu Serradori, son dauphin, poursuivait :

« Nous sommes partis 14ème ce matin au vu de notre numéro. David Castera nous avait prévenus que la spéciale était bosselée et sinueuse dès le début de la spéciale. Nous avons dû nous montrer patient car nous sommes vite arrivés dans la poussière des autres concurrents. Nous finissons peut-être avec encore trois ou quatre voitures devant nous. Notre rythme était très bon, mais nous sommes restés calmes et avons pris notre temps pour les doubler. Alonso, Garafulic, puis Van Loon .Pour mes 40 ans, nous avons réussi à éviter les crevaisons. Le terrain était plus favorable pour notre buggy à la fin de la spéciale. On a fait un très bon début.  Fabian a fait un super travail avec la navigation. »

Cependant que Stéphane Peterhansel, enchaînait :

« Je’ n’ai certes pas participé beaucoup de fois au Rallye du Maroc, mais je ne me souviens pas avoir roulé sur une étape aussi lente et montagneuse. Je pensais que nous allions perdre beaucoup de temps avec notre buggy sur ces pistes très étroites où les roues patinent. Finalement, on ne s’en sort pas mal. Les pneus ont beaucoup souffert jusqu’à la fin. La spéciale était piégeuse mais agréable, tant que tu évites les rochers. Tout s’est bien passé avec Andrea, elle n’a pas fait d’erreur. Elle était un peu stressée ce matin après avoir vu le road-book et les notes tous les cent mètres et les nombreux trous. Mais tout s’est bien passé. »

 

RALLYE DU MAROC 2019 – Fernando ALONSO et son ‘ange gardien’ Marc COMA

 

Très attendu, évidemment trés entouré comme on l’imagine, Fernando Alonso qui prend ses marques au sein du Toyota Gazoo Racing , confiait avant le départ de la 1e étape ce samedi 5 octobre 2019 :

«  Le Rallye du Maroc est mon premier rallye international. C’est un grand plaisir de travailler avec l’équipe Toyota Gazoo Racing et de pouvoir bénéficier de son expérience. Mon objectif est de faire des kilomètres sans avoir de problèmes pour arriver dans la meilleure condition possible au Dakar.  Je vais profiter de chaque instant sur ce rallye »

 

RALLYE DU MAROC 2019  – Le TOYOTA Hilux d’ALONSO et COMA

 

Plus tard en fin d’étape au bivouac, il indiquait :

«  La journée reste positive. Nous avons crevé trois fois, avec seulement deux roues de secours, alors nous avons dû attendre une autre voiture pour être dépanné. Nous avons appris beaucoup aujourd’hui et roulé beaucoup de kilomètres. Nous espérons vivre une meilleure étape demain. »

RALLYE DU MAROC 2019 CHRISTIAN LAVIEILLE

ENDURO CUP/ SS / AUTO OPEN / CAMION OPEN : FLICK, CURRIE, LAVIEILLE ET VALTR, PREMIERS LEADERS

 

Dans la catégorie Enduro Cup, Xavier Flick remporte l’étape du jour. Le pilote Sherco participe à son premier Rallye du Maroc 2019 après avoir gagné sa place lors du Casteu Trophy. Il devance Damien Miquel-Orlandi de 13’21’’ et Vincent Padrona de 39’28’’.

Le surprenant Néerlandais Tom Van Der Valk termine devant l’Américain Casey Currie pour 1’43’’dans la catégorie SSV, et l’équipage Portugais mené par Serpa Rui de 5’18’’.

Le succès est total pour le Team Land Cruiser Toyota Auto Body dans la catégorie Auto Open puisqu’il place ses deux voitures aux deux premières places, Christian Lavieille devant Philippe Gache. Jean-Antoine Sabatier termine troisième à 32’17’’ de Christian Lavieille.

Toujours chez les Open, mais chez les camions, le Tchèque Jaroslav Valtr au volant de son Iveco Powerstar Torpedo, remporte la première étape devant son coéquipier Martin Macik.

Xavier Flick :

«  C’est une belle journée dans l’ensemble, avec beaucoup de poussières car nous sommes partis derrière les voitures et SSV. J’ai doublé des SSV et des voitures. Cela peut-être dangereux mais j’ai pris mon temps pour passer sans prendre de risques. »

RALLYE du MAROC 2019 – Le parcours

ÉTAPE 2 – DIMANCHE 6 OCTOBRE : AOUFOUS – AOUFOUS

 

La première boucle autour de Aoufous est variée, équilibrée, difficile avec plusieurs franchissements de dunes dont le fameux Erg Chebbi. Les pistes deviendront trialisantes sur la fin de l’étape.

Les voitures devront éviter les crevaisons pour espérer un bon classement. Les concurrents auront 45 kilomètres de liaison, suivis de 386 kilomètres de secteur chronométré. Les motos Enduro Cup ainsi que les autos, SSV et camion Open partageront la liaison avant de se lancer dans une spéciale de 282 kilomètres, puis 65 kilomètres de goudron pour revenir au bivouac.

 

RALLYE DU MAROC 2019 le BIVOUAC

CAP SUR…  LE BIVOUAC DU RALLYE DU MAROC 2019 !

 

Les concurrents et les équipes d’assistance ont pris aujourd’hui leurs quartiers au bivouac du rallye à Aoufous, dans les environs d’Erfoud.

David Castera et les équipes d’ODC Events ont souhaité revenir aux fondamentaux des rallyes tout-terrain.

L’organisation a donc installé un bivouac de 70 000 m2 au beau milieu du désert où 500 couchages sont disponibles !

Authentique et confortable, il possède les services les plus communs, comme un espace restauration, des douches et des sanitaires, ou les plus étonnants comme un espace massage et détente… et même quelques babyfoots !

Une tente médicale avec une équipe de 24 personnes est également à disposition et ouverte à tous.

Et des concerts  seront organisés tous les soirs sur la « Place Principale » du bivouac.

 

François LEROUX

Photos : TEAMS – DPPI

Rallye-Raid

About Author

gilles