MOTOCROSS DES NATIONS À ASSEN : « RAIN AND TEARS »…VICTOIRE HOLLANDAISE LOGIQUE, LA FRANCE 5 !

 

COLDENHOFF, LE BOURREAU D’ASSEN

 

Les photos qui illustrent ce papier ont été faites jeudi par temps sec, c’est plus joli.

Le titre ne raconte sûrement pas grand-chose à beaucoup d’entre vous, c’est une chanson du groupe « Aphrodite’s Child » qui a été un slow torride à la fin des sixties.

Mais il résume bien la situation glauquissime de ce Motocross des Nations 2019 sur le circuit d’Assen aux Pays Bas.

De la pluie pour le circuit et les spectateurs, des larmes de joie pour les pilotes hollandais et un public ultra courageux, se foutant comme d’un verre de lait d’une pluie tenace…

Et aussi quelques larmes de tristesse pour l’équipe de France, à vrai dire battue avant la course par la blessure de son pilote No1 et par la rigidité de son sponsor Red Bull empêchant notre pilote No2 de courir.

On est sur une sorte de sable très foncé qui est déjà une horreur quand le temps est sec, mais qui devient un enfer quand il pleut, et il a plu tout le temps !

Ce qui est moins grave que sur une piste en terre, car entre les manches, une machine lisseuse (un peu comme sur les matches de hockey sur glace) parvient à effacer la plupart des ornières.

 

TIM JAJSER, CHAMPION DU MONDE MXGP 2019, A GAGNÉ UNE MANCHE

 

Les pilotes hollandais, qui ont appris à rouler là-dedans à l’age de 5 ans, étaient ultra favoris, tout peut arriver dans une course à l’aveugle où les pilotes deviennent des statues de boue dès le deuxième tour, où même les caméras de TV sont aveugles, recouvertes de pluie, de buée et de boue mais quand même la Hollande est à priori imbattable. …

Au Motocross des Nations, on ne compte pas les points comme d’habitude mais on donne un point au premier, deux au deuxième etc…

C’est donc l’équipe qui a le plus petit nombre de points qui l’emporte à l’issue des trois courses.

Il ya trois pilotes par équipe nationale, un par cylindrée, chacun d’entre eux va donc courir deux fois dans la journée, puisque les cylindrées sont regroupées deux par deux pour les courses.

Or, pour la victoire, c’était cuit quasiment dès le début, dans la première manche,  qui regroupait les MXGP contre les MX2, gagnée par le champion du monde MXGP Tim Gajser (Honda), peu dangereux au général car ses deux coéquipiers ne sont pas au niveau, mais Herlings (KTM), le Hollandais volant est deux, son coéquipier Vlandereen (Honda) est dix, la Hollande est donc déjà en tête dès la première course.

La France s’en sort bien, Paulin (Yamaha) est 5 et Renaux (Yamaha) 18, on est donc à égalité de points avec les Suisses, en deuxième place au général mais avec 11 points de retard sur les bataves.

 

L’ÉQUIPE DE FRANCE A D’ABORD SAUVÉ LES MEUBLES AVANT DE SOMBRER

 

Deuxième course, qui oppose les cylindrées MX2 et Open, le Hollandais Coldenhoff (KTM) mène de bout en bout, la foule, nombreuse, hurle de bonheur, les caméras s’y paument un peu, le perdant par moments, normal, dans le viseur tous les pilotes se ressemblent car justement ils ne ressemblent à rien…

L’autre Hollandais, Vlaanderen (Honda) est dix, onze tous petits points pour l’équipe, qui devient imbattable sauf désastre dans la dernière course.

Pour la France, Tixier (KTM) est six, Renaux (Yamaha) a longtemps roulé en dix septième place mais se rate sur la fin et termine trentième.

C’est le principe des courses par équipe, il ne faut jamais perdre un concurrent…

La France est quand même deuxième au général, derrière la Hollande (23 points contre 59 aux Français) et un point devant la Belgique, cette deuxième marche sur le podium est à garder quand la troisième course démarre.

Ce sont donc les cylindrées MXGP et Open qui s’affrontent.

Et c’est réglé dès le début.

Le Hollandais Coldenhoff (KTM) part en tête, Herlings (KTM) est neuf, dix points au total, ce n’est plus une victoire c’est un triomphe.

Prévisible et prévu certes, mais triomphe.

 

VAN HOREBEEK

 

Mais plus grave le Belge Van Horebeek (Honda) est deuxième, quand le premier Français, Paulin (Yamaha)  n’est que douze et Tixier (KTM) est trente, il s’est carrément loupé.

La deuxième place sur le podium est fichue, « Rain and tears »…

Ils remontent les Français, Paulin est dix, Tixier vingt et un, mais les deux pilotes belges sont devant eux.

En même temps, que les Belges soient deux sur le sable est logique.

En Flandre, toutes les pistes sont en sable et les pilotes belges du sud s’y entraînent régulièrement.

Les Belges qui reculent d’ailleurs, mais pas assez pour laisser la deuxième marche du podium à leurs cousins d’Outre Quiévrain (nous).

Van Horebeek (Honda) termine six, Strijbos (Yamaha) est onzième.

Côté français, Tixier (KTM) termine seize et désastre, Paulin se rate et termine 23 !

Du coup, la France loupe totalement sa dernière course et termine cinq, derrière la Hollande, la Belgique, la Grande Bretagne et l’Estonie !

Là c’est  pluie et pluie de larmes…  Rain of tears! 

Voilà, belle épreuve, bel endroit, pluie insupportable, public magnifique, Hollande qui gagne les trois courses, à domicile, intouchable.

Et revanche à prendre en 2020 !

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : MXGP et FFM

 

Résultats et classements MXDN 2019

https://results.mxgp.com/mxgp/standings.aspx

 

Moto Sport Tout terrain

About Author

jeanlouis