VICTOIRE DE LA SUZUKI N°2 DU SERT AU BOL D’OR 2019 SUR LE CIRCUIT PAUL RICARD.

 

 

ENDURANCE MOTO 2019 BOL D’OR – Le trio vainqueur de l’équipe du SERT SUZUKI avec MASSON BLACK et VINCENT PHILIPPE

 

Foudroyée en juillet dernier à 5 minutes du drapeau à damier par une casse moteur alors qu’elle filait vers le titre mondial aux 8 Heures de Suzuka, derniére manche du Championnat du Monde d’Endurance Moto 2018-2019, titre finalement obtenu par la Kawasaki SRC d’une autre équipe tricolore, que dirige Gilles Staffler, l’écurie Suzuki du SERT, a pris sa revanche ce week-end, à l’occasion du 83e Bol d’Or, en décrochant la victoire avec son trio de pilotes que forme le solide équipage composé de Vincent Philippe, d’Étienne Masson et de Greg Black.

Certes, l’accident survenu en début de matinée peu après 9 heures du matin, à la Kawasaki N°1 et à la Yamaha Autrichienne du YART, la N°7, toutes deux victimes d’une chute, suite à l’incident mécanique survenu à l’Honda N°5 qui a répandu une longue traînée d’huile, lui a bien servi…

Mais la Suzuki était derrière à l’affût ! Et ses pilotes ont su la mener vers une nouvelle victoire au Bol d’Or.

 


ENDURANCE-MOTO-2019-Samedi-21-septembre-en-fin-aprés-midi-la-piste-ressemble-a-une-patinoire.

SUZUKI S’IMPOSE POUR LA DERNIÈRE DE VINCENT PHILIPPE SUR LE CIRCUIT PAUL RICARD

 

Au terme d’une course marquée par la pluie, le SERT (Suzuki Endurance Racing Team) de Vincent Philippe, Gregg Black et Etienne Masson s’impose et offre une neuvième couronne sur le Bol d’Or à Vincent Philippe pour sa dernière participation.

Dans des conditions météorologiques dantesques et après plus de douze heures d’interruption, le SERT a sorti son épingle du jeu, devant 62 000 spectateurs.

En effet samedi à 17 H44, Patrick Coutant, le directeur de course du Bol d’Or prenait la sage décision de stopper l’épreuve au drapeau rouge, déclarant :

« Après plusieurs interventions de safety-car, de multiples analyses de la piste, nous avons pris la décision de suspendre la course pour une durée indéterminée. Nous espérons reprendre à 21 heures. Au plus tôt. »

Et il précisait :

« Les teams seront prévenus de la reprise une heure avant et repartiront dans l’ordre du classement lors de l’interruption. Ils entreront en course sous safety cars en deux groupes. »

Avant d’ajouter.

«  Il est toutefois possible si la mauvaise météo persiste de ne relancer le Bol que demain au petit matin à 6 Heures »

Une décision approuvée par les concurrents pilotes et Teams-manager!

 

ENDURANCE MOTO 2019 – La course reprend dimanche au petit matin

 

Ce 83ème Bol d’Or aura donc connu son lot de surprises et de rebondissements. Après plus de douze heures d’interruption dues aux fortes pluies, le SERT l’emporte au terme d’un final haletant. Avec une équipe nouvelle et pour la dernière participation de Vincent Philippe, il s’offre une victoire de prestige.

Pour Vincent Philippe, c’est la neuviéme victoire au Bol d’Or, le record absolu de succès pour un pilote dans cette course. C’est également la 16éme d’une Suzuki, marque 15 fois Championne du monde d’endurance, également récompensée du Trophée de la Combativité à l’issue de ce Bol d’Or :

Le désormais nonuple vainqueur du Bol d’Or déclarait :

« C’est un rêve de terminer cette course sur la plus haute marche du podium. Notre nouveau team s’est améliorée tout au long du week-end, et c’est ça qui a payé »  

Et il enchaînait:

«  Je ne savais pas que j’allais effectuer le dernier relais. Et j’ai beaucoup apprécié que Damien Saulnier qui a succédé à Dominique Méliand aux commandes de la nouvelle équipe du SERT me demande de le faire. Tout le monde s’est montré à la hauteur et a bien progressé, maintenant il va nous falloir continuer le travail dans le championnat du monde, sachant que j’ai décidé de mettre un terme à ma carrière de pilote professionnel en fin de saison ».

Du côté de ses coéquipiers, Gregg Black précisait : « Je pense que la direction de course a pris la bonne décision de suspendre la compétition au moment de la tempête ».

Quant à Etienne Masson, il notait : « Les conditions de reprise de la course au petit matin étaient particulières pour une « 24 heures »… Nous sommes allés nous coucher à 21h et j’ai repris le guidon au lever du jour. J’étais vraiment impatient de reprendre la piste, et j’ai facilement retrouvé le rythme ».

UNE LONGUE INTERRUPTION DE 17H44 A … 6 HEURES DU MATIN!

 

Après 2 heures 44 de compétition, la direction décidait de suspendre la course. En cause, les fortes pluies et vents qui s’abattaient sur le plateau du Castellet. La course ne reprendra finalement que douze heures plus tard, à 6 heures du matin  ce dimanche.

 

ENDURANCE MOTO 2019 – BOL D’OR – La YAMAHA de l’équipe YART —

 

C’est à ce moment-là, que deux des prétendus favoris, la YART Yamaha et le FCC TSR Honda France, se livrent une bataille intense en tête.

… Mais à 9h02, coup de théâtre, la FCC TSR Honda France, alors en tête, aux mains de Mike Di Meglio, casse son moteur et répand de l’huile sur la piste, provoquant successivement les chutes et abandons de la SRC Kawasaki, Championne du monde en titre, pilotée par Erwan Nigon, ainsi que de Loris Baz au guidon de la YART Yamaha.

Les deux pilotes en sortent indemnes, malgré un impressionnant incendie de leurs deux motos !!!

Mike Di Meglio expliquait sa casse moteur sur la Honda FCC-TSR Honda France: « J’ai perçu un bruit bizarre, et la roue arrière s’est bloquée à l’entrée du Beausset… C’est vraiment dommage car nous étions devant et nous avions aussi l’avantage d’avoir à ravitailler moins souvent avant l’arrivée… »

Dans les secondes qui suivent, la Kawasaki Championne du monde de l’équipe Webike-SRC-Kawasaki France alors pilotée par Erwan Nigon, arrive sur les lieux et part en glisse sur la traînée d’huile : « Sur le coup, j’ai cru que j’allais y rester et brûler vif ! Avant ma chute, je venais de voir la Honda fumer un peu… Je suis tombé, j’ai glissé et percuté le mur… Ma seule pensée était de reprendre la piste. J’ai coupé le contact et me suis apprêter à attendre dix secondes pour la redémarrer… Au bout de trois secondes Loris (Baz) chute aussi et sa moto me tape dans la jambe… et puis une boule de feu… J’ai de la chance d’être entier… Mais la moto est irrécupérable… »

Loris Baz a eu, lui aussi, la peur de sa vie: « Je suis surtout content qu’Erwan Nigon, soit vivant car l’impact a été énorme et il était entre les deux motos lorsque l’explosion a eu lieu…

« J’étais en train de doubler mon relais et ça se passait bien… J’ai vu les drapeaux de changement d’adhérence… Mike (Di Meglio) a dû casser au bout de la ligne droite (celle du Mistral, 1,8km à fond absolu jusqu’à 340km/h) et il y avait de l’huile un peu partout mais il était difficile de voir les traces à cause de l’humidité encore présentes. J’ai vraiment cru que j’allais percuter Erwan de plein fouet… C’était un Bol d’Or de dingue ! »

La surprise du week-end vient alors du Wòjcik Racing Team de Gino Rea, Christoffer Bergman et Axel Maurin au guidon d’une Yamaha YZF-R1, qui a joué les troubles fêtes, parmi les favoris tout au long de l’épreuve.

Le Britannique Gino Rea, très à l’aise sur le mouillé comme sur le sec, confiait :

« C’est une très belle deuxième place pour l’équipe, les conditions du début de course nous ont permis de pouvoir prendre de l’avance sur nos poursuivants et je me sentais en confiance »  

Le suspens pour la troisième place aura tenu en haleine le public jusqu’au bout avec une sacrée bataille dans les derniers tours, entre les deux BMW, celle du Motorrad World Endurance Racing Team et celle du Team ERC Endurance, qui finalement s’impose avec Julien Da Costa, Louis Rossi et Mathieu Ginès, auteur du meilleur tour en course.

BOL D’OR : CLASSEMENT MODIFIÉ

 
Suite aux vérifications techniques effectuées sur les motos après l’arrivée du Bol d’Or, le jury de la FIM (Fédération Internationale de Motocyclisme) a déclassé la BMW du Team ERC Endurance, arrivée troisième, pour non-conformité de la capacité de son réservoir d’essence. Cette équipe cède donc sa place sur la troisième marche du podium au BMW Motorrad World Endurance Team pilotée par Ilya Mikhalchik, Julian Puffe et Kenny Foray.

 


ENDURANCE-MOTO-2019-BOL-DOR-Le-podium-de-la-catégorie-SUPERSTOCK

 

Dans la catégorie Superstock, la Yamaha de Moto Ain s’est adjugée la victoire, avec plus d’un tour d’avance sur sa première poursuivante. Une très belle performance des pilotes Roberto Rolfo, Robin Mulhauser et Hugo Clere qui terminent septième au scratch.

La catégorie Expérimentale a été remportée par l’équipe Item17 qui alignait Gabriel Pons, Hikari Okubo et Jacopo Cretaro.

Deux autres courses se déroulaient en marge du Bol d’Or, le Bol d’Argent et le Bol d’Or Classic.

Le Bol d’Argent a vu l’Ulteam Bike de Julien Michaud et Sébastien Lager, s’imposer largement dans la catégorie 800, avec près d’un tour d’avance sur la quasi-totalité du peloton.

Dans la catégorie 600, le team MV Performance de Fréderic Bottoglieri et Marvin Chabal triomphe, et se classe sixième au scratch.

Le Bol d’Or Classic disputé en deux manches, vendredi soir et samedi matin, a vu la paire Thierry et Théo Eisen s’imposer au guidon de leur Kawasaki 750 ZXR, après avoir dominé la course, et devancé leurs adversaires d’au moins deux tours.

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : FIM et TEAMS

 

ENDURANCE MOTO 2019 – BOL D’OR La SUZUKI du SERT victorieuse

 

 TOUS LES PODIUMS

 

83e Bol d’Or : 1. Vincent Philippe, Etienne Masson et Gregg Black (Suzuki GSX -R 1000 – Suzuki Endurance Racing Team), 313 tours – 2. Gino Rea, Christoffer Bergman et Axel Maurin (Yamaha R1 – Wojcik Racing Team), à un tour – 3. Mathieu Gines, Julien Da Costa et Louis Rossi (BMW S1000 RR, ERC Endurance), à deux tours, et meilleur tour en course en 1’55’’142 à 177,3km/h… 10. et 1er Superstock, Anthony Loiseau, Jonathan Hardt et Julien Pilot (Kawasaki ZX10-R).

 

16e Bol d’Argent : 1. Julien Michaud et Sébastien Lagier (MV Agusta B3), 80 tours en 3h02’02’’ – 2. Pascal Paoli et Ludovic Hauser (Triumph Street RS), à 42’’ – 3. Charles Lebon et Etienne Bergeron (Triump Street Triple), à un tour.

 

17e Bol Classic : 1. Thierry et Théo Eisen (Kawasaki 750 ZXR), 110 tours en 4h02’08’’- 2. Mickael Maindron et Jeremy Gonzalez (Suzuki GSXR), à deux tours- 3. Christian Haquin et Charles Artigue (Kawasaki ZXR-7), à deux tours

 

FIM EWC Flash Info Moto Sport

About Author

gilles