TROPHÉE DES ALPES 2019 : JOUR UN… VERS BRIANÇON, UNE AUDI QUATTRO LEADER !

 

 

Un moment ce premier jour du Trophée des Alpes 2019, organisé par la Famille Zaniroli sur les plus grands cols Alpins, Français et Italiens, à un moment donc on peut devenir très jeune et se croire en 1981.

Michèle Mouton et sa navigatrice Patrizia Pons gagnent le Rallye de San Remo, la voiture est une Audi Quattro…

En entendant monter, justement, la Quattro de Jean Conreau et Gauthier Brignon dans le célèbrissime col de Turini, où Andruet, Ragnotti et Michèle Mouton ont usé les Hakkapeliitaa, les clous en pyramides de l’époque durant les rallyes d’hiver, on y était…

Au bruit en tous cas, à la fin de l’été, l’endroit est encore plus somptueux que durant les nuits d’hiver d’une époque où les grands rallyes couraient aussi de nuit…

Ensuite le Rallye Trophée des Alpes est passé en Italie, d’où la référence au San Remo, via Isola 2000, qui est construite dans les années 80, on attaque l’Izoard et on redescend sur Briançon, mine de rien, on s’est envoyé 425 km de montagne…

 

Avec huit spéciales chronométrées en régularité, le sport automobile moderne qui se court avec des voitures Classic, à l’extérieur les courbes des grands couturiers de la mode automobile et les bruits des V6 ! à l’intérieur des cockpits dignes d’un Airbus…

L’Audi Quattro a réussi un tour de force, celui de…  battre en régularité, les équipages Belges qui sont à priori imbattables, coller ne serait-ce que six points à Yves et Benoît Deflandre, c’est un vrai tour de force !

 

 

Il est vrai que le clan Deflandre ne roule pas sur sa Porsche orange habituelle, son pilote nous dit la différence avec la Ford  Sierra Cosworth, qu’ils font courir cette année…

« Des problèmes dans le prologue de dimanche mais nous avons réussi une belle journée. Bien sûr, la Ford Sierra Cosworth demande un peu de temps pour être domptée. Avec le turbo, c’est un peu plus brutal que la Porsche, mais on finit par s’habituer »

Rien que d’entendre ces noms, Quattro, Siera Cosworth, j’ai des frissons…

C’est génial de faire renaître cette très grande époque du sport auto grand tourisme…

 

 

Il y a 81 voitures engagés dans ce rallye, dont sept, c’est nouveau, en catégorie « Randonnée », des équipages qui veulent suivre le Rallye et le road book mais n’ont pas envie de compète…

Gros succès qui reste consensuel, tout le monde se parle, on est vite un groupe d’amis, la recette Zaniroli fait toujours des heureux…

Demain on suit plus les traces du Tour de France en attaquant par le Galibier, journée que nous présente l’organisation dans ces termes…

«  Longue de 336 kilomètres, cette deuxième étape affolera les dénivelés. C’est par le Col du Galibier, le géant des Alpes, que les équipages entament la journée. L’enchaînement avec le Télégraphe rappelle les grandes heures du Tour de France, tout comme d’ailleurs, la spectaculaire grimpette de Villargondran et ses 45 épingles serrées. Totalement inédit : la montée du Col de Chaussy où les premières épingles extrêmement serrées feront qu’il se dispute en liaison et à 20 km/h pour d’évidentes raisons de sécurité. Retour aux grands classiques ensuite avec le col de la Madeleine, puis l’après midi  avec le Col de Ronchat. Podium d’arrivée à Megève »…

Patrick Zaniroli, le ‘Boss’ est assez content de cette journée…

« Après une première étape marathon totalement inédite et particulièrement disputée, on peut s’attendre à une autre étape fort copieuse demain, dans les Alpes. La journée se termine dans le Massif du Beaufortin, avec trois ZR, elles aussi totalement inédites qui vont en surprendre plus d’un…»

Tant mieux !

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : Richard Bord

 

 

Rallyes Historiques Trophée des Alpes

About Author

jeanlouis