LE ‘RAID ORION’ EST EN IRAN ET FILE VERS ISPAHAN.

 

 

 

 

 

Parti de Paris début août et après une superbe traversée de l’Europe, avant de rejoindre et d’arriver en Turquie, le Raid Orion Revival, est désormais entré en Iran.

Reprise en douceur après la journée de repos à Istanbul, sur les rives du sublime Bosphore, et les indispensable visites, au Musée du TopKapi, à Ste Sophie, à la Mosquée Bleue et naturellement à l’inévitable Grand Bazar, avec ce jour, seulement 310 km à parcourir pour rejoindre Zonguldak sur les bords de la Mer Noire.

 

 

 

La première partie était très sinueuse dans des collines couvertes de forêts avec des traversées de petits villages typiques…

Quel contraste avec l’immense métropole d’Istanbul pleine d’énergie, pourtant si proche !

Ensuite, après avoir parcouru une belle campagne, les raiders rejoignaient les rives de la Mer Noire dans une ambiance très balnéaire. Comme ce lundi était jour férié en Turquie, les plages étaient envahies !

 

 

La 9e étape était la plus longue du raid avec 573 km entre Zonguldak et Samsun, Le parcours, très varié, a enchanté les raiders qui sont arrivés tard et fourbu à l’hôtel mais heureux de cette magnifique journée.

Après un passage par la ville ancienne de Safranbolu, la route enchaînait traversées de haut-plateaux et franchissements de petits cols et ce avant une descente vertigineuse et sinueuse de… 1.450m de dénivelé, pour rejoindre les rives de la mer Noire.

Après la longue étape de la veille, la 10e étape de seulement 310 km, s’est déroulée sur un tempo de vacances. Départ tardif de l’hôtel dans une ambiance joyeuse, large route sans difficulté, agrémentée de bains de mer pour certains, déjeuner en terrasse face à la mer Noire… et arrivée tranquille à Trabzon.

 

 

Finie les rives de la mer Noire… direction la montagne. Après un petit détour pour admirer le célèbre Monastère de Sumela, les raiders ont entamé la montée d’un premier col dans un paysage très alpin.

Mais une fois passé ce col, la végétation devient plus aride. Après la petite ville de Bayburt, le parcours empruntait une petite route étroite et très sinueuse dans des paysages époustouflants.

Et, franchement ces 45 km de virages, de montées, de descentes qui ne laissaient vraiment pas le temps de souffler, ont laissé un extraordinaire souvenir à tous les participants.

 

 

Ensuite un très beau col culminant lui, à 2350 m, concluait en beauté cette journée avant l’arrivée à Palandoken, la Station de Sports d’Hiver au-dessus d’Erzurum, située elle, à 2.100 m.

Seul incident de cette superbe journée, une mauvaise qualité d’essence a obligé à charger une moto dans la camionnette d’assistance et nos deux mécaniciens ont dû vidanger le réservoir pour résoudre le problème.

 

 

Pour la majorité des raiders, la 12e étape entre Erzurum et Van, fut assurément la plus belle depuis le départ de Paris. Des paysages magnifiques, très variés et la découverte d’une Turquie totalement différente où des nomades font paître les troupeaux et se déplacent encore à cheval, ont fait de cette dernière journée dans ce pays, un festival pour les sens. Et puis sur la fin, le contournement du magnifique Lac de Van était un régal.

 

 

 

 

La dernière étape de la semaine a dû être modifiée à la demande des autorités Iranienne pour passer finalement la douane à Bazargan !

L’aspect positif de dette décision de dernière minute fut de passer au pied du mythique mont Ararat !

Après une longue attente à la frontière, tant du côté turque (panne informatique) que du côté iranien, nous sommes enfin entrés en Iran !

À la douane, nous attendaient les autorités iraniennes dont le Gouverneur de la Province. Les formalités furent un peu longues mais faire entrer 25 motos en Iran actuellement dont 4 motos Américaines, est assurément un petit exploit !

Tous les participants ont pris cette longue attente avec philosophie et tout le monde a gardé le sourire… il est vrai que ce Raid Orion Revival, nous offre des souvenirs inoubliables… pour le plaisir des yeux !

 

 

Pourtant, ce long délai a entraîné un départ tardif de Bazargan et les 300 km à parcourir pour rejoindre Tabriz, se sont de ce fait malheureusement, fait en grande partie de nuit.

Dans la circulation chaotique iranienne, un grand coup de chapeau aux 32 raiders !

Finalement, à 23 heures, tous avaient rejoint l’El Goli Park Hotel et profitent ce dimanche d’une journée de repos bien méritée !

 

Pascal ROSTAGNY

Photos : RAID ORION

 

(Aventure à suivre)

Moto Moto Divers

About Author

gilles