QUEL AVENIR POUR LE SERT EN MONDIAL D’ENDURANCE MOTO ?

 

1980 Montjuich à Barcelone- Pierre Étienne Samin et Jean-Bernard Peyré © Photo Michel Picard

Dans le monde de l’Endurance tricolore mais aussi International, une page se tourne.

À l’issue des récentes 8 Heures de Suzuka, l’Équipe Suzuki du SERT (Suzuki Endurance Racing Team) a en effet refermé la dernière page d’un merveilleux album, d’une magnifique histoire, pourtant entamée dans le chagrin et la douleur à l‘automne 1980 !

C’est en effet au milieu des larmes, qu’est née cette structure dénommée SERT et qu’a animé quatre décennies durant avec une force et une détermination et surtout passion, notre ami Dominique Méliand.

Faisant ainsi de ce SERT, l’une des équipes les plus titrées en Endurance Moto, avec ses multiples succès au Bol d’OR, aux 24 Heures du Mans et ses titres mondiaux à la pelle.

EXPLICATION

1980 Zeltweg – Victoire de JB.Peyré (au guidon) et Pierre Étienne Samin © Photo Michel Picard

À l’époque, l’homme à l’origine, excellent pilote d’Endurance qui montait en 1980 ce projet, et se lançait dans l’aventure se nomme Jean-Bernard Peyré, alias ‘Nono’ pour les intimes dont je faisais partie, le fréquentant régulièrement lors de sympathiques dîners et soirées ‘motardes’ chez lui au lieu-dit ‘Les Metz’ à Jouy en Josas, au-dessus de Versailles.

Hélas, le 28 août de cette année 80, terrible pour le sport moto Français, avec les accidents mortels de nos vedettes Olivier Chevallier puis Patrick Pons, ‘JB’ à son tour se tue… à moto. Mais sur la route, lui à deux pas de chez lui, sur la rocade de Velizy.

Alors qu’il préparait dans le plus grand secret l’arrivée officielle de Suzuki ‘usine‘ pour la Saison 1981, roulant en 1980 avec des Suzuki de l’Importateur Pierre Bonnet en Endurance, sous l’appellation ‘Promoto’ !

Ses proches, sa famille dont son frère aîné Jean Claude et Snoopy, son fidèle mécanicien, souhaitent que le dossier ne se referme pas.

 

1980 – Au Bol d’Or, victoire et doublé Suzuki. de G. à D. J.Monnin et G.Green P2, B.Martignac, D.Méliand, Snoop, Franck Gross et P-E Samin, les vainqueurs © Photo Michel Picard

Après le Bol d’Or où l’Équipe triomphe et signe un sensationnel doublé en hommage au disparu, Dominique Méliand, qui venait en ‘extra’ renforcer la petite structure de ’Nono’ sur les circuits, a proposé ses services à Mitsuo Itoh, le patron du Service Compétition de Suzuki à Hamamatsu pour poursuivre et finaliser le dossier entamé par le malheureux ‘JB’ .

Mais… nouveau drame le 8 novembre, alors pilote ‘officiel’ Honda, Christian Léon, le grand Champion de la discipline, avec son compère, Jean Claude Chamarin, recruté secrètement pour épauler en 1981, Jean Bernard, trouve à son tour la mort, lors d’une séance d’essai sur le circuit privé de Suzuki, à Riyuo au Japon…

Mais fort heureuement cela n’empêche pas la naissance du SERT qui démarre début 81 avec deux duos, Jacques Luc-Pierre Étienne Samin et Hervé Moineau-Richard Hubin.

Les années ont passées jusqu’à Suzuka 2019…  avec à la clé un palmarès IMPRESSIONNANT

Qu’on en juge :

16 ‘Bol d’Or, 9 victoires aux 24 Heures du Mans, assortis de multiples succès dans toutes les courses internationales, sans oublier bien sûr naturellement  quinze titres de Champions du Monde d’Endurance !

LA FIN D’UNE ÉPOQUE… D’UN CYCLE


2019 8 Heures Suzuka – Vincent Philippe, le pilier de Suzuki SERT avec 10 titres mondiaux © Photo Michel Picard.

Désormais le SERT va entamer une nouvelle vie. Mais la transition a été compliquée…

En effet, dans l’équipe qui entourait Dominique Méliand, alias ‘Le Chef’, bien des visages connus ont tiré leurs révérences à Suzuka, ne souhaitant et n’acceptant pas l’orientation souhaitée et voulue par ‘Le Chef’

Pour bien comprendre, il y a eu beaucoup de possibles repreneurs depuis l’annonce à l’été 2018, du départ de Méliand à la fin 2019.

 

MOTO ENDURANCE 2019 SLOVAKIA – La SUZUKI du SERT

Marc Mothré d’abord puis au cours du Bol d’Or, le choix qui s’était élargi s’orienta sur trois repreneurs possibles :

Damien Saulnier en charge de l’Équipe Suzuki Junior et qui a toujours eu la préférence du « Chef « , Dominique Hébrard, le fidèle Ingénieur au SERT et Juan-Éric Gomez – ancien pilote du SERT et dont le père était Concessionnaire Suzuki à Angoulême – qui posséde déjà sa propre écurie basée en Espagne et qui dispute le Championnat Espagnol pour l’usine Suzuki associée au Team Kagayama .

 


2019 – Derniérecampagne sur le circuits pour Dominique Méliand SERT © Photo Michel Picard.

 

C’est seulement à Oschersleben que « Le Chef  » a révélé la préférence de Suzuki – France pour le dossier Saulnier !

À partir de là, en interne libre à chacun de continuer ou non.

L’argument majeur de Suzuki France était l’équipe en place était un tantinet vieillissante et qu’il fallait rajeunir les cadres…

Cela n’a guère convaincu, car si Suzuki  souhaitait réellement rajeunir pourquoi ne pas faire confiance à Dominique Hébrard ?

Cette décision fut reçue comme un simulacre… Le Service Compétition n’ayant jamais été mis au courant des tractations.

C’est Dominique Hébrard qui a informé le Team  et l’a mis au courant lors des essais pré Suzuka, il y a même pas un mois…Tout se joua entre les services commerciaux de Suzuki France et Hamamatsu .

Les adieux après la course de Suzuka et la perte d’un nouveau titre mondial qui lui tendait les bras jusqu’à cinq minutes du damier, le dimanche soir, furent déchirants entre les dissidents, Dominique Hébrard et les Japonais du Service Compétition dont il était très apprécié.

2019 8 H Suzuka Deux présidents fêtent Domnique Méliand avant le départ Messieurs Viegas (FIM) et Suzuki (Suzuki Motor Corp) © Photo Michel Picard

Le SERT nouveau sera en piste mi-septembre pour entamer une nouvelle campagne à l’occasion du Bol d’Or sur le Circuit Paul Ricard.

Certes, mais il va falloir reconstruire un Team, lui redonner une âme !

Et le «Fighting Spirit» cette rage de vaincre qui des décennies durant, a été la force essentielle et principale de l’ancien SERT …

Avec son pilote vedette, Vincent Philippe, dix fois couronné Champion du Monde !

Souhaitons donc la plus grande réussite pour ce passage de flambeau.

Car l’ancien SERT était une famille…

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Thierry COULIBALY – Gilles VITRY – Michel PICART -Jeff  THIRY


2019. Aux 8 Heures de Suzuka, le Président de Suzuki Motor Corp, Toshihiro Suzuki, remercie Dominique Méliand avant le départ © Photo Michel Picard.

 

24 H du Mans Moto 2019 SUZUKI N°2 Dominique MÉLIAND Triomphant Photo Thierry COULIBALY

Bol d’Or 2016 Dominique Méliand © Photo Michel Picard

24 H du Mans Moto 2019 Vincent PHILIPPE et le patron Dominique MÉLIAND Photo Thierry COULIBALY.

Gilles-Gaignault et Dominique-Méliand au BOL 2012 -40 ans d’amitié sur le circuits -Photo-Michel-Picard

Evenements FIM EWC Moto

About Author

gilles