MOTOGP 2019 : LIN JARVIS (MANAGER YAMAHA MOTOGP) ENTERRE DÉJÀ ROSSI !

 

 

« Je pense que le MotoGP est prêt à surmonter le retrait de Rossi.  La F1 par exemple a su réagir après la mort d’Ayrton Senna et l’adieu de Schumacher. Aujourd’hui il y a six constructeurs qui courent en MotoGP, le niveau de pilotage s’est considérablement élevé. Donc le sport continuera. Quand Vale partira il nous manquera, mais la vie et le sport vont de l’avant et je pense que lui restera impliqué en MotoGP avec nous ».  

 

Lin Jarvis est anglais, il est le Team Manager de Yamaha Factory en MotoGP, matin is pourtant… il déteste Valentino Rossi !

Il semble que si le mot Smart, autrement dit « élégant » est anglais, le MotoGP ait trouvé le seul ‘angliche’ qui dans un univers où la mort existe mais où on ne veut jamais y penser, puisse de façon totalement inélégante utiliser ce genre d’argument…

D’ailleurs, la F1 a-t-elle vraiment survécu à Senna et Schumacher, et Prost, et Mansel?

Je n’entre pas dans le débat, je pose juste une question, la réponse est peut-être inscrite dans les chiffres de spectateurs sur le MotoGP et sur la F1…

 

ROSSI CHEZ DUCATI, PARI PERDU

 

Quand Rossi a quitté Yamaha parce que Lorenzo lui faisait de l’ombre, il est parti chez Ducati pour deux années d’enfer, affrontant un staff sourd et qui ne voulait pas entendre parler de modifs techniques profondes (suivez mon regard…)  .

Sorti de «l’inferno», Rossi a évidemment proposé ses services à Yamaha, d’abord il sait que la partie cycle est facile, disons qu’elle aide au lieu de gêner (ce qui nous rappelle d’autres histoires que celle de Rossi face à un staff Ducati sourd)

Ensuite, chez Honda, en 2013, on vient de recruter Marc Marquez, en direct dans le Team Factory, sans passer par les Teams satellites, ce qui était à l’époque la règle (et qui existe toujours aujourd’hui).

 

MARQUEZ ET SA BOTTE SECRÈTE

 

Il est clair que chez Honda, quelqu’un a été d’une clairvoyance absolue.

Or Lin Jarvis ne voulait pas de Rossi, à qui il ne pardonnait pas d’avoir abandonné Yamaha pour aller rouler chez les Rouges.

Il ne lui pardonne pas non plus d’être le personnage numéro un du stand, qui fait du manager un pion dans l’ombre du ‘dottore’.

Ce sont les commerciaux de Yamaha qui ont rappelé à Jarvis que la compète on peut adorer ça mais que c’est fait pour vendre des motos…

Et qu’en Asie, marché au potentiel de développement énorme, Valentino Rossi est une sorte de héros…

 

LIN JARVIS

 

Bref, Jarvis est désavoué.

Sur ce, en 2014, Rossi est vice-Champion du Monde derrière Marquez, devant Lorenzo, Jarvis est encore désavoué, sur le plan sportif cette fois.

On se souviendra aussi qu’en 2015, alors que Marquez est au fond du trou sur une brêle impossible à piloter, Rossi fait une énorme erreur, accusant publiquement Marquez d’aider Lorenzo…

À Sepang, il y a une passe d’armes sévère avec Rossi, Marquez perd le duel, il chute et pourtant c’est peut-être là que le changement de génération sonne.

 

LA LUTTE DE SEPANG

 

Le titre est donné à Jorge Lorenzo, sur le tapis vert, par les instances sportives du MotoGP, qui condamnent Rossi à partir dernier du GP de Valence.

Il termine avec cinq points de retard au Général sur Lorenzo, dont c’est aussi aujourd’hui le dernier titre d’ailleurs.

Mais Rossi s’est fait voler son dixième titre !

Il continue à rouler, à gagner jusqu’Assen en 2017.

 

ASSEN 2017, LA DER DES DERS ?

 

Ensuite les ingénieurs de la marque font de mauvais choix, éblouis par les performances d’un jeune pilote, Maverick Viñales, qui roule fort mais ne leur apporte aucune aide sur le plan technique.

Pour Yamaha, c’est une période noire qui voit le début de la fin en 2018 et 2019.

Mais pour Rossi, 2019 est une descente aux enfers, son stand ne le reconnaît même plus quand il roule, tellement il est à l’ouest.

Donc Jarvis tient enfin sa revanche, il est le premier, mais on l’a vu de façon fort peu élégante, à enterrer celui qui, avec Agostini, aura été le héros de sa génération.

Il est vrai que le nouveau héros s’appelle Marc Marquez, il n’est pas imbattable mais constant devant, à la différence de Rins, Petrucci et Vinales qui l’ont battu dans la première moitié de la Saison.

Cela dit, on sait parfaitement qu’à priori, Rossi ne court que pour le plaisir.

 

POUR LE PLAISIR

 

Giacomo Agostini qui, lui, ne courait que pour gagner disait récemment que Rossi l’épatait en se faisant encore plaisir alors qu’il termine … cinquième !

En principe il annoncera ce qu’il fait ou ce qu’il veut faire aux alentours du GP du Mugello 2020, Jarvis a été le premier à ouvrir le feu.

Il est vrai que chez Yamaha, la jeunesse pousse fort, Viñales, Quartararo, Morbidelli mais à part dans leurs pays respectifs, ces pilotes sont ils des héros nationaux ET mondiaux ?

Réponse l’an prochain, enfin en principe…

Avec des ‘mecs’ incroyables comme Valentino Rossi dans un milieu de tueurs, tout est possible et c’est pour ça qu’il est adoré des foules du monde entier.

Forza dottore…

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : MotoGP

 

 

Moto MotoGP Sport

About Author

jeanlouis