MOTOGP 2019 : AGOSTINI EXPLIQUE CE QUI SE PASSE CHEZ ROSSI… ÉMOTION…

AGO EMOUVANT

 

Deux ans que Rossi n’a pas gagné une course…

Et trois courses qu’il ne finit pas…

Enfin, grande humiliation à Assen, où rien n’a marché durant tout le week end et pour lui  le GP s’est terminé par un accrochage avec Nakagami.

Humiliation parce que les trois autres Yamaha sont dans les cinq premiers, Vinales gagne le GP, Quartararo est trois, Morbidelli cinq…

Agostini explique ce qui se passe chez Rossi…

« Valentino fait ce qu’il peut, mais en ce moment il ne réussit pas à se battre devant et ça lui créée des problèmes. Les années passent pour tout le monde ? On a vu le même problème chez Maradona et Cassius Clay…   Et pour moi-même chose sinon je serais toujours en piste… Les années courent et un jour tu t’en rends compte et tu te mets à penser. Valentino s’amuse et veut encore courir. Même s’il finit cinquième il s’amuse encore. Ce plaisir de courir l’aide à affronter des problèmes comme ceux qui lui arrivent en ce moment. Moi quand j’ai vu que je pouvais plus gagner, j’ai décidé, en une semaine, d’arrêter. Ce moment là est un vrai traumatisme et je pense que pour Valentino ce sera encore plus dur que pour moi. J’ai pleuré durant trois jours après ma dernière course. Nous avons tous envie de rester numéro un, mais les adversaires deviennent de plus en plus forts. Rossi est peut-être en crise, mais la vérité est qu’il veut encore continuer à courir et s’amuser. Et qui sait, il va peut-être recommencer à gagner ! « 

Je connais bien Ago, j’ai parlé de ça dix fois avec lui mais jamais il ne m’avait dit qu’il avait pleuré…

 

GAGNER,LE SEUL PLAISIR D’AGO

 

C’est étonnant comment finalement il envie Rossi de continuer à s’amuser même en finissant cinq, la vraie dope d’Ago c’était gagner, au point qu’il l’a fait plusieurs années dans deux cylindrées différentes !

J’écris depuis longtemps que le seul plaisir de Rossi est la baston, si possible devant.

Pour le reste, il a le monde à ses pieds, l’argent, les mannequins, une célébrité qui dépasse celle de Vivaldi ou Michel Ange…

Mais il s‘en fout, ce qu’il veut c’est la bagarre du dimanche, il m’a dit tout cela.

 

ROSSI EST SEULEMENT HEUREUX A MOTO

 

Ago est un gentleman qui termine en supposant que Rossi gagne à nouveau, ce qui, j’en suis sûr, lui ferait plaisir, mais dans le fond, la vérité, c’est qu’Ago s’emmerde et que son pote Valentino le sait et n’a pas envie de terminer comme ça…

Pas mal quand même, Ago se comparant à Rossi, ils sont donc tous deux de la même légende.

C’est marrant, j’y pensais quand j’ai vu Marquez laisser Vinales filer devant lui à Assen, là c’était une raison purement technique, le choix de pneu arrière tendre.

Mais quand même, on le voit de temps en temps devoir se sortir les tripes avec Vinales, avec Dovizioso, avec Rins, un jour arrivera où comme Ago et comme Rossi, il n’arrivera plus à gagner.

On en est très loin, mais chez ces garçons c’est très rapide ce genre de décision, je pense à Stoner, qui, comme Ago, s’emmerde dans sa villa de luxe.

Je pense aussi à Lorenzo qui se fait mal à répétition et rame depuis trois ans.

 

ROSSI EN 1996, UNE LÉGENDE EST NÉE

 

Bon, c’est très émouvant la confession d’Ago, mais Rossi lui, veut continuer à se marrer.

Heureusement, parce que quand il arrêtera, le traumatisme sera le nôtre

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos Editeur, MotoGP, Jeff THIRY

 

Moto MotoGP

About Author

jeanlouis