ALONSO-BUEMI-NAKAJIMA, VAINQUEURS DES ’24 HEURES DU MANS’ ET CHAMPIONS DU MONDE D’ENDURANCE WEC.

 

 

24-HEURES-DU-MANS-2019-La-TOYOTA-TS050-victorieuse

 

La 87ème édition des 24 Heures du Mans a été remportée par l’équipage Alonso-Buemi-Nakajima, sur la Toyota TS050 Hybrid N°8 du Toyota Gazoo Racing.

Déjà victorieux de l’épreuve Sarthoise en 2018, ce trio magique pour Toyota, renouvelle sa victoire et y ajoute en plus le titre de Champion du Monde d’Endurance WEC de la FIA à l’Issue de cette huitième et ultime manche de la Super Saison 2018-2019.

Pour l’équipe Japonaise Toyota, déjà assuré du titre mondial LMP1 depuis l’épreuve de Spa, c’est un carton plein, puisque le constructeur Nippon décroche le deuxième titres pilote, signant ainsi un sensationnel doublé et plaçant en outre, ses deux voitures sur les deux plus hautes marches podium du Mans !

Un bel exploit, comme le firent ses devanciers les Teams Audi et Porsche…

 

24-HEURES-DU-MANS-2019-Le-podium-avec-Les-pilotes-TOYOTA-1er-et-2ème

LE MANS RESTE… LE MANS : LA COURSE MAGIQUE ET MYTHIQUE

 

252.500 spectateurs ont assisté ce week-end à une première historique avec cette Super Finale du Mondial WEC, la 87ème édition des 24 Heures du Mans concluant en apothéose la Super Saison 2018-2019, composée de huit courses, dont à deux reprises, les 24 Heures du Mans. Le Championnat débutant avec l’épreuve Sarthoise en juin 2018.

Deux pourrait d’ailleurs être le chiffre de ce dimanche. En effet, Fernando Alonso, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima remportent pour la deuxième fois les 24 Heures du Mans.

En s’imposant en 2018 et 2019, le trio s’adjuge également le titre de Champion du Monde d’Endurance WEC de la FIA.

Pour Fernando Alonso, il s’agit de son deuxième titre mondial FIA, après ceux décrochés en F1 avec Renault en 2005 et 2006.

Sur le podium des 24 Heures du Mans, ces vainqueurs-champions arboraient de magnifiques couronnes d’or.

Deux, c’est aussi le nombre de TS050 Hybrid que Toyota Gazoo Racing place aux deux premières marches du podium de cette édition.

Deux c’est également enfin le nombre de titres mondiaux que remporte le constructeur Japonais, celui du LMP1 et celui des pilotes.

 

24-HEURES-DU-MANS-2019-Arrivée-victorieuse-pour-la-TOYOTA-N°8-d’ALONSO-BUEMI-NAKAJIMA

 

Comme en 2018, c’est Kazuki Nakajima qui a passé la ligne d’arrivée au volant de son prototype TS050. La voiture sœur, la N°7, très longtemps en tête, a malheureusement été victime d’une crevaison à une heure de l’arrivée, perdant ainsi tout espoir de succès, alors qu’elle semblait filer vers la victoire.

Au grand dam de ses pilotes désespérés qui menaient ces 24 Heures depuis la tombée de la nuit samedi soir et qui rêvaient surement déjà de victoire ! Hélas le destin…

 

24 H du Mans 2019 TOYOTA TS 050 Hybrid N°7 Photo Thierry COULIBALY

 

Àce sujet, Rob Leupen, le Directeur des Opérations du Toyota Gazoo Racing, premier Constructeur Japonais à compter désormais deux succès au Mans, nous confiait :

« La course a été cruelle pour la N°7 et ses pilotes.»

Sur la 3ème marche du podium, on pointe l’unique des trois BR1 – AER rescapée, la N°11 des Russes Vitaly Petrov-Mikhail Aleshin, qu’épaulait le Belge Stoffel Vandoorne, l’ancien pilote McLaren en F1 et venu cette saison en endurance. Ce dernier, ex-coéquipier de Fernando Alonso en F1 chez McLaren, affichait sur le podium Manceau, un sourire d’un ‘rookie’ heureux, lui, considéré comme un grand espoir après son titre en GP2 et qui a pourtant incroyablement vécu deux saisons catastrophiques en GP.

Vainqueur 24 H du Mans 2019 LMP 2 podium Nicolas LAPIERRE, Andréa NEGRAO, Pierre THIRIET Photo Thierry COULIBALY

3ème SUCCÈS AU MANS POUR ALPINE, DE NOUVEAU CHAMPION DU MONDE

 

Et que dire de la catégorie des LMP2 !

L’équipe Française Signatech Alpine, avec le trio, formé des tricolores Nico Lapierre et Pierre Thiriet épaulés tous les deux par un superbe André Négrao, le véloce Brésilien, réalise elle aussi un fantastique doublé avec et la victoire au Mans et les deux Trophées, les titres mondiaux pilotes et équipe.

Assurément une saison en ‘OR’ pour l’écurie tricolore qui remporte pour la troisième fois les 24 Heures du Mans en quatre ans et son second titre Mondial.

 

Vainqueurs des 24 H du Mans 2019 GT Pro FERRAI 488 GTE EVO Alessandro, PIER GUIDI, James CALADO, Daniel SERRA Photo Thierry COULIBALY

SUCCÈS FERRARI EN LMGTE/PRO, 5O ANS APRÈS LA 1ère VICTOIRE DE 1949

 

Dans la catégorie LMGTE Pro, c’est …50 ans -CINQUANTE ANS – après le 1er succès d’une ‘ Rosso’, la Ferrari 166 MM, nouvelle victoire pour la firme de Maranello, avec la Ferrari 488  N°51 de la Scuderia AF Corse de l’équipage Alessandro Pier Guidi-James Calado-Daniel Serra, qui décroche cette 87ème édition, dans une catégorie toujours très importante pour les Constructeurs.

L’occasion pour Ferrari de fêter de la plus belle manière, les 70 ans du premier succès de la marque italienne aux 24 Heures.

Porsche, l’éternel rival qui s’était déjà assuré du titre mondial, à Spa, voit ses pilotes Michael Christensen et Kevin Estre, sacrés eux Champions du Monde Pilotes.

 

#85 – KEATING MOTORSPORTS (USA) CAR MODEL : FORD GT TYRES : MICHELIN DRIVERS : Ben KEATING (USA) Jeroen BLEEKEMOLEN (NLD) Felipe FRAGA (BRA)

L’AUTRE SURPRISE… LE SUCCÈS EN GT/AM DE LA FORD GT

 

En LMGTE Am, c’est la Ford GT N°85 du Keating Motorsports de Ben Keating l’Américain, Jeroen Bleekemolen le Hollandais et Felipe Fraga, le Brésilien, qui s’adjuge la victoire, tandis que Team Project 1, avec le trio, Jörg Bergmeister l’Allemand, Patrick Lindsey l’Américain et le Norvégien Egedio Perfetti, les pilotes de la Porsche N°56 911 RSR, décroche le Trophée GTE Am.

À l’arrivée de cette Super Finale, 49 voitures passaient sous le drapeau à damier sur les 61 qui avaient pris le départ, à 15 heures, samedi donné par son Altesse, la Princesse Charlène de Monaco.

 

24 HEURES DU MANS 2019 La PRINCESSE CHARLÈNE de MONACO – TONY PARKER – JEAN TODT – PIERRE FILLON. Photo : Willy CHANLOUP

 

Après l’arrivée, Pierre Fillon, le Président de l’Automobile Club de l’Ouest, expliquait :

« Cette 87ème édition des 24 Heures du Mans a été unique, la conclusion formidable d’une Super Saison 2018-2019 du Championnat du Monde d’Endurance. Je félicite tous les vainqueurs vivement. Ils contribuent à l’histoire de notre discipline. J’adresse un message particulier au trio Buemi-Alonso-Nakajima. Quant à Fernando, il a décidé d’orienter sa carrière vers d’autres disciplines, je le remercie pour tout ce qu’il a apporté à l’endurance et lui souhaite réussite dans ses projets à venir. »

Et il concluait :

 « Je remercie les spectateurs, les concurrents, tous les bénévoles, les équipes de l’Automobile Club de l’Ouest et du Championnat du Monde d’Endurance, qui sont les garants de la réussite des 24 Heures du Mans, de son attractivité. Je vous donne rendez-vous les 13 et 14 juin 2020, pour les 24 Heures du Mans et la finale du Championnat du Monde d’Endurance 2019-2020. »

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Thierry COULIBALY – Patrick MARTINOLI – Willy CHANLOUP

 

Vainqueurs-des-24-H-du-Mans-2019-S-BUEMI-K-NAKAJIMA-F-ALONSO-Photo-Thierry-COULIBALY.

24 HEURES DU MANS 2019 – Dernier tour pur la TOYOTA TS050 Hybride qui file versune nouvelle victoire au MANS – Photo Thierry COULIBALY

LE CLASSEMENT GÉNÉRAL PROVISOIRE DES 24 HEURES DU MANS 2019

 

1 – Buemi/Nakajima/Alonso (Toyota TS050) Toyota Gazoo, 385 tours

2 – Conway/Kobayashi/Lopez (Toyota TS050) Toyota Gazoo, à 16”972

3 – Petrov/Aleshin/Vandoorne (BBR1-AER) SMP, à 6 tours

4 – Jani/Lotterer/Senna (Rebellion R13-Gibson) Rebellion, à 9 tours

5 – Laurent/Berthon/Menezes (Rebellion R13-Gibson) Rebellion, à 15 tours

6 – Lapierre/Negrão/Thiriet (Oreca 07-Gibson) Signatech Alpine, à 17 tours

7 – Tung/Richelmi/Aubry (Oreca 07-Gibson) DC Racing, à 18 tours

8 – Perrodo/Vaxiviere/Duval (Oreca 07-Gibson) TDS Racing, à 19 tours

9 – Hanson/Albuquerque/Di Resta (Ligier JSP217-Gibson) United, à 20 tours

10 – Lafargue/Chatin/Rojas (Oreca 07-Gibson) IDEC, à 21 tours

11 – Rusinov/Van Uitert/Vergne (Oreca 01-Gibson) G-Drive, à 21 tours

12 – Jamin/Ragues/Dumas (Oreca 07-Gibson)  Duqueine, à 22 tours

13 – Binder/Canal/Stevens (Ligier JSP217-Gibson) Panis-Barthez, à 23 tours

14 – Gommendy/Capillaire/Hirschi (Oreca 07-Gibson)  Graff, à 23 tours

15 – Zollinger/Pizzitola/Falb (Oreca 07-Gibson) Algarve, à 28 tours

16 – Fjordbach/Andersen/Beche (Oreca 07-Gibson) High Class, à 29 tours

17 – Creed/Ricci/Boulle (Ligier JSP217-Gibson) Larbre, à 30 tours

18 – Lacorte/Sernagiotto/Belicchi (Dallara P217-Gibson) Villorba Corse, à 33 tours

19 – Cullen/Brundle/Owen (Ligier JSP217-Gibson) – United, à 37 tours

20 – Pier Guidi/Calado/Serra (Ferrari 488 EVO) AF Corse, à 43 tours

21 – Lietz/Bruni/Makowiecki (Porsche 911) Porsche, à 43 tours

22 – Pilet/Bamber/Tandy (Porsche 911) Porsche, à 43 tours

23 – Hand/Müller/Bourdais (Ford GT) Chip Ganassi, à 43 tours

24 – Priaulx/Tincknell/Bomarito (Ford GT) Chip Ganassi , à 43 tours

25 – Briscoe/Westbrook/Dixon (Ford GT) Chip Ganassi, à 44 tours

26 – Mücke/Pla/Johnson (Ford GT) Chip Ganassi, à 45 tours

27 – Van Eerd/Van Der Garde/De Vries (Dallara P217-Gibson) RTN, à 45 tours

28 – Müller/Jaminet/Olsen (Porsche 911) Porsche, à 46 tours

29 – Magnussen/Garcia/Rockenfeller (Corvette C7.R) GM Corvette, à 48 tours

30 – Christensen/Estre/Vanthoor (Porsche 911)  Porsche, à 48 tours

31 – Farfus/Da Costa/Krohn (BMW M8) MTEK, à 50 tours

32 – Keating/Bleekemolen/Fraga (Ford GT) Keating, à 51 tours

33 – Bergmeister/Lindsey/Perfetti (Porsche 911) Project1, à 51 tours

34 – Segal/Baptista/Lu (Ferrari 488) JMW, à 51 tours

35 – MacNeil/Vilander/Smith (Ferrari 488) Scuderia Corsa, à 52 tours

36 – Campbell/Ried/Andlauer (Porsche 911) Dempsey – Proton Racing, à 53 tours

37 – Kimura/Cozzolino/Ledogar (Ferrari 488) CarGuy, à 53 tours

38 – Prette/Prette/Abril (Porsche 911) Proton, à 53 tours

39 – Perez-Companc/Griffin/Cressoni (Ferrari 488) Clearwater, à 54 tours

40 – Wainwright/Barker/Preining (Porsche 911) Gulf Racing, à 54 tours

41 – Gostner/Frey/Gatting (Ferrari 488) Kessel, à 55 tours

42 – Derani/Jarvis/Gounon (Ferrari 488 EVO) Risi, à 56 tours

43 – Ishikawa/Beretta/Cheever (Ferrari 488) MR Racing, à 57 tours

44 – Yoluc/Hankey/Eastwood (Aston Martin Vantage)  TF Sport, à 58 tours

45 – Flohr/Castellacci/Fisichella (Ferrari 488) AF Corse, à 58 tours

46 – Martin/Lynn/Adam (Aston Martin Vantage) AMR, à 60 tours

47 – Smiechowski/Winslow/Moore (Ligier JSP217-Gibson) Inter Europol, à 60 tours

48 – Schiavoni/Pianezzola/Piccini (Ferrari 488) Kessel, à 61 tours

49 – Catsburg/Tomczyk/Eng (BMW M8) MTEK, à 76 tours

ABANDONS :

50 – Farano/Maini/Nato (Oreca 07-Gibson) RLR, à 90 tours

51 – Gonzalez/Maldonado/Davidson (Oreca 07-Gibson)  DragonSpeed, à 140 tours

52 – Heinemeier-Hansson/King/Taylor (Oreca 07-Gibson) DC Racing, à 186 tours

53 – Sarrazin/Orudzhev/Sirotkin (BR1-AER) SMP, à 222 tours

54 – Dillmann/Webb/Ruberti (Enso CLM P1/01-Gibson) Bykolles, à 222 tours

55 – Konopka/Enqvist/Tereschenko (Ligier JSP217-Gibson) ARC, à 225 tours

56 – Rigon/Bird/Molina (Ferrari 488 EVO) AF Corse, à 245 tours

57 – Thiim/Sørensen/Turner (Aston Martin Vantage)  AMR, à 253 tours

58 – Dalla Lana/Lamy/Lauda (Aston Martin Vantage) AMR, à 298 tours

59 – Gavin/Milner/Fässler (Corvette C7.R) GM Corvette, à 303 tours

60 – Hoshino/Roda Jr/Cairoli (Porsche 911)  Dempsey/Proton, à 306 tours

61 – Hedman/Hanley/Van Der Zande (BR1-Gibson) – DragonSpeed, à 309 tours

 

 

 

24 Heures du Mans Endurance

About Author

gilles