L’ACO ANNONCE 33 CONCURRENTS POUR LE MONDIAL D’ENDURANCE WEC 2019-2020.

 

 

 

Conférence de Presse de l’Automobile Club de l’Ouest

24 Heures du Mans 2019 – Bruno Vandestick, la ‘voix’ des 24 Heures en maître de cérémonie – Photo Patrick Martinoli

 

C’est ce vendredi 14 juin 2019 à 10 heures très précise que Bruno Vandestick, l’inoxydable Speaker de l’Endurance, a ouvert la traditionnelle Conférence de Presse de l’ACO (Automobile Club de l’Ouest), le rendez-vous incontournable et aussi lui traditionnel, où il faut être –the plave to be– pour en apprendre un peu plus chaque année sur l’avenir des 24 heures du Mans et naturellement du Championnat du Monde d’Endurance WEC.

 

Pesage 24 H du Mans 2019 – Les  TOYOTA TS 050 Hybrid N° 7 N°8  – Photo Thierry COULIBALY

SAISON 2019/2020 AVEC 33 VOITURES

 

Pour ouvrir cette Conférence, Pierre Fillon, le Président de l’ACO et Richard Mille, le Président de la Commission Endurance à la FIA (photo d’ouverture), avaient choisi de parler du huitième Championnat WEC qui sera lancé par un Prologue, comme de tradition, sur le Circuit de Catalunya à Barcelone, le… 24 juillet, soit cinq semaines seulement après Le Mans qui clôture ce week-end, la 7ème saison.

Car la volonté de maintenir un Championnat à cheval sur deux années pour avoir une finale aux 24 heures du Mans, reste assurément une volonté marquée.

Aussi, faut-il raisonner avec des essais hivernaux se déroulant en été et des courses se déroulant de septembre 2019 à juin 2020.

Le plateau de cette 8ème saison reste néanmoins prometteur avec 33 engagés en notre époque de limitation de budget ce n’est pas rien.

Et comme me le soufflait Gilles Gaignault, cela démontre tout l’intérêt de l’Endurance, discipline qui se porte vraiment bien, avec outre le Mondial WEC, l’ELMS, et la Michelin Cup. Autant de Championnats qui attirent bien des jeunes pilotes et au final des ans les plus grandes écuries et dorénavant venant du monde entier..

En LMP1, Toyota Gazoo remettra à nouveau son titre en jeu. Pour lui donner la réplique, nous pourrons toujours compter sur les deux Rebellion Suisses et aussi sur les deux BR1 des Russes du SMP Racing .

Mais aussi sur deux Ginetta, la ‘voiture fantôme’de la Saison écoulée 2018/2019, le principal Sponsor ayant déserté l’an dernier juste avant Le Mans !

Mais le Team LNT a fort heureusement pour lui, su rebondir pour la nouvelle saison et ce après avoir roulé régulièrement en essais privé au cours du printemps.

Nous aurons donc huit voitures en LMP1 au départ.

En LMP2, les principaux habitués reviennent. Et nous aurons finalement trois fabricants de châssis avec Oreca qui se taille la part du lion avec six voitures (dont celle rebadgée Alpine), Ligier et Dallara qui en aligneront une chacun.

On peut déplorer néanmoins un certain manque d’équilibre du plateau au niveau des châssis.

Du côté des GTE Pro, comme annoncé, BMW et FORD ne figurent plus sur la Liste des Engagés. Le plateau est donc réduit à six unités.

Nous retrouverons deux Ferrari AF Corse, deux Porsche usine, deux Aston Martin Vantage AMR.

Enfin en GTE Am, ces trois mêmes marques sont inscrites, avec cinq Porsche, quatre Ferrari et deux Aston martin, soit onze voitures et cette catégorie constituera finalement le gros du plateau.

 

PATRICK DEMPSEY : SPIRIT OF LE MANS 2019

24-Heures-du-Mans-2019-Grande complicité entre Pierre-Fillon et Patrick-Dempsey-Spirit-of-Le-Mans-2019-Photo-Patrick Martinoli

 

Bruno Vandestick a ensuite appelé sur la scène le célèbre mais néanmoins fort sympathique et toujours très disponible acteur Américain, mais pas seulement puisqu’il est aussi propriétaire d’écurie en Endurance WEC et pilote à ses heures, Patrick Dempsey et ce pour lui remettre le Trophée Spirit of Le Mans.

L’acteur ne manquait pas de louer l’esprit de l’endurance et les relations humaines qu’il peut exister dans un team qui n’a qu’un but, la victoire.

Après avoir avoué qu’il considère comme une grande chance de sa vie de pouvoir participer aux 24 heures, il a fini sur une petite plaidoirie pour que l’état d’esprit vis-à-vis de la planète s’améliore…

24 Heures du Mans 2019 – Illustration d’une Hypercar pour 2020 – Photo Patrick Martinoli

RÈGLEMENT 2020 : VIVENT LES HYPECARS 

 

Mais le clou de cette Conférence de Presse, le moment que tout le monde attendait, c’était l’annonce du nouveau règlement.

Finalisé il y a seulement une quinzaine de jours, il répond enfin aux questions de constructeurs et des écuries.

Oui, les Hypercars seront bien issues et dessinées à partir… d’une feuille blanche, ou pourront être dérivée d’une voiture de route.

Ce qui permet à Aston Martin, associé à Red Bull de pouvoir s’engager face à Toyota, ce qui a été indiqué… à mots couverts !

 

24 Heures du Mans 2019 – et on nous promet que cela ira vite – Photo Patrick Martinoli

 

Côté technique, les voitures seront, soit thermiques, soit hybrides. Dans ce dernier cas, la puissance électrique ne pourra se déclencher qu’à partir de 120 km/h sur le sec et 140 km/h sur le mouillé pour éviter que ces hybrides, qui seront à quatre roues motrices puisque le moteur/générateur électrique se trouvera sur le train avant, n’aient pas un avantage trop marqué sur les thermiques.

La puissance totale sera aux alentours de 750 ch. Conjuguée à un poids minimum de 1.100 kilos. Cela peut paraître lourd, mais cela permet entre autres, de limiter le coût des transformations sur les dérivées de voitures de route.

Avec des voitures provenant d’horizons si différents, il est devenu nécessaire de mettre en place une BoP pour obtenir des performances proches.

Cette BoP est aussi présentée comme un élément anti-inflationniste.

DES PNEUMATIQUES UNIQUES …

24-HEURES-du-MANS-2019- JÉRÔME-MONDAIN de MICHELIN avec Gilles GAIGNAULT-Photo-Thierry-COULIBALY.

 

Une autre information franchement importante, également, a été divulguée et qui concerne la volonté d’avoir un pneu unique…

Si cela ne change en rien l’approche de Dunlop… oh pardon de Goodyear, la maison-mère basée aux USA à Akron dans l’Ohio, de la marque Britannique qui à compter de l’an prochain prend place et revient sur les circuits en Endurance, cela risque bien de poser problème et interrogation à Michelin.

La marque Clermontoise ayant de tout temps préféré la compétition entre Manufacturiers pour faire avancer la technologie.

Et rien n’est actuellement moins sûr qu’une réponse positive de Michelin à un appel d’offre de l’ACO.

 

MICHELIN PIERRE ALVES –  Photo AutoNewsInfo

 

À propos de Michelin, Gilles Gaignault a appris que Jérôme Mondain, le Responsable de Bibendum en Endurance effectue ce week-end sa dernière apparition dans cette discipline, étant dans quelques jours muté vers le Championnat du Monde des Monoplaces Électriques de la Formula e.

Et Gilles de croiser par hasard dans le paddock -voir photo- son successeur… Pierre Alvés !

 

24 Heures du Mans 2019 – Ému Jacky Ickx en retrouvant sa GT 40 de 1969 – Photo Patrick Martinoli

 

En attendant, il ne reste plus qu’à attendre les futurs projets, à les voir évoluer en attendant la mise sur la piste pour le Prologue 2020…

Enfin, pour les passionnés d’histoire, au fond du Welcome, où se déroulait cette Conférence de Presse, se trouvait la Ford GT40, victorieuse de l’Édition 1969 des 24 Heures du Mans.

En la découvrant, l’un de ses pilotes, le Belge Jacky Ickx ne pouvait masquer son émotion de retrouver cette voiture «si facile à vivre durant 24 heures» !

 

Patrick MARTINOLI

Photos : Thierry COULBALY -Patrick MARTINOLI et AutoNewsInfo 

 

24 Heures du Mans Endurance

About Author

gilles