RALLYE DES PRINCESSES 2019 : LA VICTOIRE À ST TROPEZ, EST… DANS UN MOUCHOIR DE POCHE !

 

 

 

Lutte acharnée en tête de course mais j’avais envie d’un autre début pour mon papier.

Linda Morselli est mannequin, célèbre par ses amours pour les Pilotes de MotoGP comme Valentino Rossi et de F1, tel Fernando Alonso, les plus sympas.

 

LINDA MORSELLI avec FERNANDO ALONSO au Grand Prix de BAHREIN

 

D’abord, elle m’épate parce que l’on imagine facilement que tout ce qu’il y a à gagner dans ce Rallye, c’est de se ridiculiser, surtout vu ses fréquentations.

Mais pas du tout !

 

LA PORSCHE 356 DE LINDA MORSELLI

 

Ici tout le monde est Princesse, et notre Linda a aussi un humour, une autodérision à son encontre, qui sont dévastateurs.

On comprend que ces messieurs aient fondu…

« Ce Rallye des Princesses est vraiment une expérience extraordinaire. Aujourd’hui, à la veille de l’arrivée, nous sommes un peu fatiguées, donc nous roulons cool. J’adore piloter et ces routes sont magnifiques. Mais le gros du boulot est pour ma copilote. Nous avons mis trois jours pour comprendre tout l’appareillage de navigation. Finalement, nous serions prêtes à prendre le départ aujourd’hui ! Nous allons profiter à fond de cette dernière étape ! Ce Rallye est nettement plus sportif que nous l’imaginions et si nous revenons l’année prochaine, il faudra que nous soyons totalement préparées. »

 

ON VA GRIMPER FORT

 

Aujourd’hui mercredi 5 juin, ainsi que l’indique le ‘com’ officiel, lignes droites bannies des road books, mot d’ordre est « ascension »…

Celle des montagnes bien sûr. Et comme la pente est forte, pour ces autos anciennes, ça surchauffe, les embrayages agonisent, les tambours battent de l’aile!

 

ON VA DESCENDRE SEC !

 

Quand un correspondant issu du plat pays de Brel se met à raconter la montagne, cela donne de belles images, j’ai nommé Philippe Janssens, le Chambellan mécanique de ces dames…

 

LA STING RAY EXCELLE PARTOUT

 

Angoisse verticale donc, avec des autos qui sont parfois trop longues pour prendre les épingles en une seule fois, il faut de véritables artistes de la ‘trajo’ au volant…

On termine cette étape de 400 km vers La Garde Freinet, village surplombant St-Tropez dans les Maures, j’y ai des souvenirs de grimpettes en compète privée, avec des Dauphine 1093 et des R8 Gordini, un temps où le soir, les Archers du Roy (les flics quoi) rentraient dîner…

 

PAS FACILE LES ÉPINGLES EN JAGUAR « E »

 

Endroit magique en tous cas.

Arrivée évidemment Place des Lices, qui a rendu St Tropez célèbre dans le monde entier…

Au long du parcours, il y a avait 23 points e contrôle de la moyenne horaire, c’est pire que faire atterrir un Airbus !

 

ÉLISA NOÉMIE ET CAROLE, OBJECTIF LA GAGNE

 

Carole Gratzmuller et Élisa Noémie Laurent et leur surpuissante Chevrolet Corvette Stingray, n’ont pas gagné l’étape, elles ont du rendre deux points à l’équipage, qui roule en VW Golf, Marie Périn et Catherine Labbé.

 

DEUX VICTOIRES D’ÉTAPE POUR PERIN ET LABBÉ

 

Mais la Corvette est toujours en tête au général, d’un cheveu, deux points soit deux secondes !

Du coup, ces deux autos ont un peu lâché l’AC Cobra et la Lancia Beta qui ont perdu onze et quinze points dans la journée, c’est très peu mais vu le niveau c’est énorme !

Demain jeudi, dernier jour avec le GP de St Tropez, 235 km et trois spéciales de régularité. « Nothing is written » écrivait Lawrence d’Arabie, rien n’est écrit…

 

Jean Louis BERNARDELLI et Philippe JANSSENS

Photos : Richard BORD

 

 

 

 

Rallye des Princesses Sport

About Author

jeanlouis