INDYCAR : LE POINT AVANT DÉTROIT.

 

 

 

 

À  peine le temps de célébrer le podium d’Indianapolis, que l’Indycar part déjà à Détroit ! Le Circuit du Parc de Belle-Isle a souvent réussi aux Français, Sébastien Bourdais de chez Dale Coyne (photo d’ouverture) et Simon Pagenaud du clan Penske. En sera-t-il de même cette année ?

 

INDIANAPOLIS 2019 – SIMON PAGENAUD après sa victoire à l’INDY 500

 

Les 500 Miles d’Indianapolis ont sonné l’ouverture du « money time » de l’Indycar avec la bagatelle de … 7 épreuves en 2 mois, soit près de la moitié de la saison, avec un enchaînement d’ovales, de tracés urbains et de circuits « routiers »!

C’est souvent là que le Championnat se joue généralement!!!

L’an dernier, Scott Dixon, le Néo-Zélandais du Chip Ganassi a ainsi pu recoller à la tête du classement et bâtir son avance, tandis que Josef Newgarden et Will Power, les pilotes Penske, jusqu’alors en tête, se sont évaporés… par la suite!

Justement, cette année, après Indianapolis, on a Simon Pagenaud et Newgarden, deux pilotes en tête, avec Dixon, quatrième ex-æquo, avec une cinquantaine de points de retard…

Détroit Belle-Isle, c’est un circuit dans un parc. Le tracé a un intérêt technique très moyen et la piste bosselée limite les dépassements. Il faut partir impérativement en tête. La particularité de Détroit, c’est que c’est un ‘double-meeting’. Chaque course possède sa propre séance d’essai. Cela fait deux chances de briller.

Ce tracé lent à favorisé les petites équipes. Sébastien Bourdais qui pilote pour Dale Coyne, s’y est imposé deux fois. Deux succès également pour Graham Rahal. Les deux pilotes se sont accrochés lors des « 500 » et ils marquent le pas au championnat.  Un succès à Detroit leur permettrait de revenir.

Plus généralement, les blocs Honda sont plus à l’aise à Détroit (alors que le tracé passe au pied du Siège social de GM.) Scott Dixon, vainqueur de l’édition 2018 et Alexander Rossi qui roule chez Andretti, ont donc toutes leurs chances. Du côté des novices, le meilleur débutant des 500 Miles d’Indianapolis, Santino Ferrucci de Dale Coyne, se verrait bien de créer la surprise.

Dans le clan Chevrolet, il s’agira davantage de limiter la casse. Vainqueur en 2013 (au temps où il avait un Honda dans le dos), Simon Pagenaud n’a que peu de chances de décrocher un troisième succès consécutif.

De même Josef Newgarden et Will Power chercheront à ne terminer pas trop loin de Rossi et Dixon, les actuels ténors du Classement.

 

Joest Jonathan OUAKNINE

Photos : DALE COYNE et DÉTROIT  GP

 

Simon Pagenaud (Penske) répond aux questions de la Reporter Lauren Kanaan. Copyright : DETROIT GP

 

Indycar Monoplaces

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE