LE POINT AVANT LES 500 MILES D’INDIANAPOLIS, OÙ CE DIMANCHE LE FRANÇAIS SIMON PAGENAUD, S’ÉLANCERA EN POLE.

 

 

 

 

Les 500 Miles d’Indianapolis, c’est le plus grand événement du sport automobile Américain. Dimanche, ils seront comme chaque année 450.000 fans dans les tribunes !

Et…  ÉVÉNEMENT, pour la première fois depuis un siècle, il y a un Français en pole : Simon Pagenaud du Clan Penske.

Va-t-il s’imposer ? Réponse ce dimanche 26 mai… après les 200 tours !

 

Le poleman des 500 Miles d’Indianapolis 2019, Simon Pagenaud (Penske.) Copyright : PENSKE

 

Les 500 Miles d’Indianapolis, c’est une course qui passionne, aux États-Unis, bien au-delà des passionnés d’Indycar ou de sport auto. Cette épreuve de l’Indy 500 reste l’un des événements sportifs ‘Premium’ aux USA, au même titre que le Super Bowl. Il faut boucler 200 fois les 2,5 miles (environ 4 km) du célèbre Anneau d’Indianapolis.

Il y a une part de stratégie, avec la gestion des attardés, celle des éventuelles neutralisations, et des arrêts aux stands…

La piste est large et permet de dépasser partout. Mais les lois de l’aérodynamique sont sévères et la moindre perte de contrôle est sanctionnée d’un tête à queue et les murs de béton ne pardonnent pas !  Souvent, tout se joue dans les dix derniers tours, voire parfois, lors de l’ultime passage.

Il faut donc bâtir sa course, étape par étape, pour être aux avant-postes, lors de ces derniers instants.

Cette année, c’est le ‘Frenchman’ Simon Pagenaud, quî s’élancera en pole Et mènera la danse! Il est le premier poleman Français, depuis René Thomas, il y a très exactement un siècle! !

Sera-t-il toujours en tête 200 tours plus tard ?

Une victoire le remettrait en selle pour le titre qu’il a déjà conquis en 2016 et lui garantirait quasiment de rester chez Penske en 2020. Hélas, il y a tellement de paramètres en jeu, qu’il est impossible de faire toute la course en tête et de gérer son avance, comme en F1.

 

INDY 500 SIMON PAGENAUD s’élance pour le FAST 9 et au bout il va décrocher la POLE !

 

Pour autant, Les hommes de Roger Penske, dont fait partie le ‘Frenchie’ restent bien les favoris.

Outre le Français Pagenaud, L’Australien Will Power est le vainqueur en titre, lauréat en 2018. Josef Newgarden est l’un des experts des ovales. Quant à Helio Castroneves, le Brésilien déjà pré-retraité, il dispute probablement sa dernière course de monoplace. Nul doute qu’il voudrait partir sur une… quatrième victoire à « Indy »!

À Indianapolis, les points pour le Championnat sont doublés. Josef Newgarden, l’actuel leader du Classement, partira sept, juste devant son rival,  Alexander Rossi du Team Andretti.

Rossi, le vainqueur 2016 à Indy, est un autre expert des ovales. A contrario, Scott Dixon, le très expérimenté pilote Néo-Zélandais du Chip Ganassi, a rarement été à l’aise à Indianapolis, où il s’est néanmoins imposé une fois. C’était en 2008 !

18ème seulement sur la grille, il doit impérativement remonter rapidement le peloton. Mais en attaquant d’emblée, il risque l’accrochage…

Notons que l’autre Français, Sébastien Bourdais qui roule Pour Dale Coyne, partira du septième rang sur la troisième ligne de la grille.

 

Sébastien Bourdais, le Français du Team Dale Coyne. Copyright : DALE COYNE

 

Indianapolis offre parfois l’occasion a des ‘outsiders’ de briller. Ainsi, le Team Ed Carpenter s’est offert les places 2, 3 et 4 sur la grille! Belle performance d’ensemble !

Ed Carpenter est très rapide, mais il manque des moyens d’un Penske pour pouvoir viser le podium. Signalons que Spencer Pigot a été régulièrement en haut de la feuille des temps, la semaine dernière, lors des essais libres. Surtout lors des simulation de course…

Colton Herta qui roule chez Harding est l’homme qui monte, en Indycar. Très rapide, il a décroché le cinquième temps. Saura-t-il rester concentrer pendant 200 tours ? Si oui, il pourrait jouer la gagne.

JR Hildebrand du Dreyer & Reinbold, est un vieux renard. Il a souvent terminé dans le top 10, malgré des moyens limités.

Il partira vingt-et-unième, mais il reste un client pour le Top 5. D’autres pigistes rêvent de podiums. Le vétéran Oriol Servia enrôlé in extremis par Sam Schmidt, est déjà en train de négocier un programme complet pour 2021 !

Un podium prouverait à ses mécènes que l’Espagnol a toujours un bon pied droit. Kyle Kaiser, le jeune espoir de Juncos, qui s’est fait connaître du grand public en étant « l’homme qui a éliminé Fernando Alonso » est un pilote qui tire le diable par la queue et un Top 5 serait inespéré !

Et puis, il y a Marco Andretti, avec sa monoplace d’Andretti-Bryan Herta-Marco Andretti.

Indianapolis est bien le seul tracé où il est à peu près bon. Il partira d’ailleurs plutôt bien positionné du dixième rang. Cela fait très exactement 50 ans que son grand-père, Mario, s’est imposé ici à Indy !

Mario Andretti est d’ailleurs omniprésent dans le paddock et les médias. Un succès du petit-fils serait donc un couronnement pour… ‘l’andrettimania’…

Enfin, rappelons le palmarès de cinq dernières éditions :

2018: 1er, Will Power (Australie-Penske)2017: 1er, Takuma Sato  (Japon-Andretti)2016: 1er, Alexander Rossi (USA-Andretti-Herta) 2015 : 1er, Juan-Pablo Montoya (Colombie-Penske)2014: 1er, Ryan Hunter Reay (USA-Andretti)

 

Joest Jonathan OUAKNINE

Photos : PENSKE et DALE COYNE

 

Indycar Monoplaces

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE