ULTIMES RÉGLAGES POUR L’ÉQUIPE TOYOTA VENUE PRÉPARER LES 24 HEURES DU MANS À SPA-FRANCORCHAMPS.

 

 

 

DERNIERS AJUSTEMENTS POUR TOYOTA AVANT LE MANS

 

L’Équipe TMG TOYOTA RACING avait réservé le Circuit de Spa-Francorchamps pour y effectuer ses derniers tests avant les 24 Heures du MANS qui auront lieu dans moins d’un mois, les 16 et 16 juin prochains.

 

 

WEC 2019 – La Toyota TS050 Hybrid N°7 de Conway-Kobayashi-Lopez, en test à Francorchamps en configuration Le Mans-© Manfred GIET-

 

Basé à Marsdorf, près de Cologne en Allemagne, à une petite centaine de kilomètres seulement de Francorchamps, le Circuit Ardennais depuis l’époque où TOYOTA était impliqué en F1, leur sert régulièrement de terrain d’entraînement.

Depuis 2012 et le lancement du Championnat du Monde d’Endurance WEC, en effet TOYOTA y vient annuellement peaufiner une dernière fois, ses voitures, avant la confrontation aux 24 Heures du MANS, l’épreuve-phare de la discipline, qui reste en plus du titre mondial déjà acquit, un objectif majeur !

Et pour préparer l’édition Mancelle 2019, ce test avait toute son importance puisque lors du pré-test, la journée des essais préliminaires ders 24 Heures, prévue le dimanche 2 juin, les deux TS050 Hybride devront se présenter avec 10 Kg supplémentaires, lors du pesage par rapport à 2018, où le constructeur Nippon avait survolé la course et dominé l’épreuve de la tête et des épaules !

Même si les responsables de la réglementation ont tenté de trouver un équilibre entre le seul constructeur présent en LMP1 et utilisant un système hybride et les équipes privées, via l’EoT (équivalence de technologie), ces mesures se sont toutefois régulièrement révélées inefficaces.

Et si en définitive, le seul Constructeur inscrit en WEC en LMP1, TOYOTA a bien continué de s’impliquer durant la saison en cours qui se clôturera dans la Sarthe, c’est uniquement sur base de la promesse de ne pas voir l’étau de la réglementation se resserrer sur son système hybride.

« Nous ne souhaitons pas investir de l’argent pour ralentir nos voitures techniquement » avait déclaré à ce propos le Patron du Team TOYOTA GAZOO RACING, le Néerlandais Rob LEUPEN, avant le début de l’actuelle Super-Saison.

Face à sa domination outrancière, TOYOTA avait dès après la manche de Silverstone au printemps 2018, acquiescé pour une augmentation de poids de ses TS050 HYBRID, en les faisant passer de 878 Kg à 904 Kg, une solution qui ne résolut pas grand-chose dans le rétablissement d’un certain équilibre, avec la concurrence des équipes ‘privées’ engagées elles aussi en LMP1, mais dont les voitures étaient équipées de moteurs atmosphériques.

Même si au Mans, les TOYOTA, sur base du premier tableau publié par la FIA en matière de d’équivalence de technologie (EoT) afficheront une nouvelle hausse de poids de 10 Kg, par rapport à 2018, en devant encore alourdir, passant de 878 Kg à 904 Kg, elles seront néanmoins 16 Kg en dessous de leur poids affiché lors de la dernière manche à Spa, il y a trois semaines !

Et là justement avec le poids affiché et sur un tracé d’une longueur réduite de moitié par rapport au circuit du Mans, l’écart des temps au tour lors des essais, s’était réduit de moitié passant de 0,6 seconde contre 1,4 seconde en 2018.

En comparaison avec l’édition 2018 des 24 Heures du MANS une différentiation de poids existera également, entre les voitures LMP1 utilisant des moteurs atmosphériques, avec ou sans turbo.

En effet pour le  prochain double tour d’horloge Sarthois au Mans, les moteurs normalement aspirés, devront peser 816 Kg tandis que les aspirés équipés de turbocompresseurs devront afficher 833 Kg.

Pour ce qui concerne le constructeur Japonais et ses TS050 HYBRID, après les derniers peaufinages opérés à Spa-Francorchamps, le seul constructeur en piste, part fort logiquement, largement favori et se fera certainement un honneur, de rééditer sa première victoire Mancelle décrochée enfin le 16 juin 2018, un succès après lequel TOYOTA, courrait depuis tant d’années…

 

Manfred GIET

Photos : PUBLIRACING Agency

 

 

24 Heures du Mans Endurance

About Author

gilles