INDYCAR : AL UNSER JR. ARRÊTÉ POUR CONDUITE EN ÉTAT D’IVRESSE, ENCORE.

 

 

 

Faut-il en rire ou en pleurer ? Alors qu’on pensait qu’Al Unser Jr. en avait fini avec ses démons et qu’il avait parachevé sa rédemption, il a été arrêté pour conduite en état d’ivresse!

 

Pas facile d’être le fils de « Big Al » Unser et le neveu de Robby Unser (8 victoires aux 500 Miles d’Indianapolis, à eux deux.) Al Unser Jr réussit pourtant à se faire un prénom.

Champion de Super Vee 1981 et de Can-Am 1982, il déboula ensuite en CART. Vice-Champion 1985 et 1988, il s’imposa en 1990, avec Galles. En 1992, « Little Al » remporta une première fois les 500 Miles d’Indianapolis.

En 1994, il intégra Penske. Il survola la saison, s’imposa à Indianapolis et marginalisa son équipier, Emerson Fittipaldi. Le tout sous la pluie de dollars du motoriste Mercedes-Benz et du Cigarettier « rouge et blanc »…

Puis ce fut la chute : alcool, marijuana, cocaïne…

Bien sûr, la pression du succès, le fait d’être un « fils de », la mort de sa sœur et la paralysie de sa fille, y furent sans doute pour beaucoup…

Roger Penske fermait les yeux, tant qu’Unser Jr gagnait. En 1999, après une saison sans podium, Unser fut donc licencié et il parti en Indycar. L’occasion de retrouver l’équipe Galles, mais aussi son père et son oncle, porte-paroles de l’Indy Racing League. Les podiums restèrent rares.

En 2000, les Simpsons firent discrètement allusion aux virées « sous influence » de « Little Al ». En 2002, Unser se retrouva au poste après avoir frappé sa copine, au terme d’une énième soirée d’excès…

Le journaliste Robin Miller n’en pouvait plus, il écrivit ce que tout le paddock savait, sans oser le dire! Il décrivit un Al Unser Jr. poly-dépendant, hors de contrôle loin des circuits et violent. À la surprise général, le paddock ne réagit pas.

Clairement, ses addictions grévaient ses résultats. En 2004, il fut poussé dans une semi-retraite. Il tenta alors de mettre en avant son fils, Al Unser III, l’occasion de renouer des contacts avec un Championnat CART devenu moribond. Hélas, « Just Al » ne perça jamais.

Début 2007, Al Unser Jr. fut arrêté pour conduite en état d’ivresse, dans le Nevada. L’Indycar médiatisa son sevrage. Une belle histoire de rachat, comme l’Amérique les aime.

Retraité de l’Indycar après d’ultime 500 Miles, en 2007, il joua les portes-paroles de l’Indycar, avec apparition lors d’événements promotionnels et présence sur les courses. Car malgré tout, il restait une figure appréciée du public.

En 2011, Al Unser Jr. fit du Rallye dans les rues d’Albuquerque, au Nouveau Mexique, avec son SUV. Bien sûr, il était ivre. L’Indycar le supprima de son organigramme sur le champ. Après cela, l’ex-pilote rasait les murs. On le vit reprendre le volant, dans des courses d’anciennes ou des slaloms. Ravagé par les excès, il semblait bien plus vieux que son âge.

En 2017, Mike Harding créa une équipe d’Indycar. L’entrepreneur de BTP voulait un conseiller et il fit appel à Al Unser Jr. Au début, il se tenait loin des caméras et des interviewers.

Tout changea au début de l’actuelle saison 2019, avec l’embauche de Colton Herta, Harding connu la victoire. Médias et sponsors se bousculèrent. Mike Harding étant inconnu du grand public, c’est Al Unser Jr. qui accompagnait Herta Jr. sur les plateaux de TV et dans les salles de réception des sponsors.

C’était un Al Unser Jr. rayonnant qui posait avec Herta, pour fêter sa cinquième place sur la grille des 500 Miles d’Indianapolis. Cette nuit-là, à quelques kilomètres du speedway, un policier l’arrête pour excès de vitesse. Al Unser Jr. est tellement cuit qu’il s’effondre en sortant de son véhicule.

Le communiqué d’Harding est laconique :

« Toute l’équipe est triste d’apprendre l’arrestation d’Al Unser Jr. pour conduite en état d’ivresse. Nous comprenons que l’alcoolisme est une bataille qui n’en finit pas. Nous soutenons Al. Pour toutes questions, veuillez vous adresser à son avocat. »

En résumé : « On a cru en lui. On a cru qu’il était enfin sorti d’affaire. Il a replongé, c’est un boulet, qu’il se débrouille. »

 

Joest Jonathan OUAKNINE

Photos : HARDING

Al Unser Jr. Copyright : HARDING

 

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE