LA F1 QUITTE INTERLAGOS À SAO PAULO POUR REVENIR À RIO DÈS… 2020 !

 

 

 

Coup de tonnerre ! À partir de 2020, le GP. du Brésil bougera et
la F1 quittera Interlagos et le Circuit de Sao Paulo pour revenir à Rio et son nouveau circuit de Deodoro, près de Rio de Janeiro.

Jair Bolsonaro, le Président du Brésil, s’est occupé de l’annonce ce mercredi 8 Mai 2019.

 

Dès 2020, le Grand Prix du Brésil aura désormais lieu à Deodoro, près de Rio de Janeiro. Depuis 1990, la F1 qui avait déserté le vieux Circuit de Jacarepagua à coté de Rio, roulait à Interlagos, près de Sao Paulo.

On sait les deux villes rivales. L’actuel président, Bolsonaro est né à San Paulo, mais il a effectué toute sa carrière politique… à Rio de Janeiro. D’où son empressement à annoncer lui-même la nouvelle.

Le Grand Prix du Brésil 2020 aura donc lieu en fin de saison, car pour l’instant, Deodoro n’existe que sur papier. Pour rappel, ce parc a accueilli l’Hhockey, le Rugby à sept, le Tir, le BMX, le VTT, les courses d’Obstacles et le Pentathlon durant les Jeux Olympiques de Rio.

Dès 2010, il existait un projet de circuit. L’incontournable architecte Allemand Hermann Tilke ayant déjà dessiné une piste de 5,4 km de long.

Il y a tout juste quinze jours, AutoNewsInfo publiait un article annonçant le projet mais que le circuit de Deodoro était encore au conditionnel, quant au Grand Prix de F1…

Que s’est-il passé depuis ? Pas grand chose !

En interne, Bolsonaro doit faire face à une groupe d’écologistes, qui souhaite faire passer le Site de Deodoro en zone protégée (y interdisant toute construction.) Y annoncer un Grand Prix de F1 pourrait permettre un passage en force. Reste que depuis 2010, Deodoro bute sur des questions de coûts de travaux.

Y ajouter un calendrier très serré n’arrange rien…

 

F1 2017-  SAO PAULO – La RENAULT de Carlos SAINZ Jr.

 

Côté Liberty Media, jusqu’ici, on était très tiède. Après tout, à ce jour, Deodoro n’est qu’un site olympique en friche. On peut penser que si l’argentier de la F1 a donné son feu vert, c’est pour faire pression sur Interlagos. Liberty Media s’est plaint que le circuit pauliste, ne paye pas assez cher pour avoir la F1.

D’où un classique : « Payez plus, sinon, on va ailleurs. »

En résumé, malgré l’annonce de Bolsonaro, il y a loin de la coupe aux lèvres…

Mais, malgré tout, il semble bien qu’il dispose de suffisamment d’appuis politiques et aussi des indispensables soutiens financiers pour parvenir à son défi de délocaliser le GP à Rio !

Joest Jonathan OUAKNINE

Photo : RED BULL et RENAULT

 

 

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE