1000ème GRAND PRIX POUR LA FORMULE 1, CE WEEK-END À SHANGHAI EN CHINE ! UN PEU D’HISTOIRE …

 

 

Les Concurrents de la F1 vont fêter le 1.000 ème Grand Prix de l’histoire ce dimanche 14 avril en Chine, lors de la troisième manche du Championnat du Monde Millésime 2019 qui se déroulera à Shanghai.

1.000 ème épreuve depuis la toute première course, organisée le dimanche 13 mai 1950, à l’occasion du British GP, également dénommé GP d’Europe, et qui se déroula sur le Circuit de Silverstone !

 

 

 

En effet, un an après la création du Championnat du Monde Moto en 1949, la Fédération Internationale, sur une proposition du Comte Antonio Brivio, décide à son tour également, de créer en 1950, un Championnat du Monde réservé aux Pilotes de Formule 1.

Sept épreuves figurent au calendrier de cette première édition, six Grands Prix car outre ce GP d’Angleterre, figurent la France (Reims-Gueux), Monaco, la Belgique (Spa), la Suisse (Bremgarten au nord de Berne) et l’Italie (Monza) et les déjà, à l’époque, très prestigieuses 500 Miles d’Indianapolis.

Programmé en mai, le Grand Prix de Grande-Bretagne sera donc l’épreuve inaugurale, mais cette compétition n’est guère privilégiée car considérée comme une simple grande épreuve.

Ce week-end-là, bon nombre d’écuries, estimant plus intéressant de s’engager dans d’autres épreuves car plus richement dotées !

Inauguré deux ans auparavant en 1948, à l’occasion du Grand Prix du RAC, le Circuit de Silverstone est tracé sur une ancienne Base de la Royal Air Force. Empruntant alors les anciennes pistes d’envol et les routes extérieures, il est profondément remanié dès 1949, le nouveau tracé abandonnant les anciennes pistes jugées trop dangereuses.

En 1950, légèrement modifié par rapport à l’année précédente avec la suppression de la chicane à Club Corner, il mesure alors 4,649 km et se caractérise par une piste très large et l’absence de points de repère pour les pilotes.

Parmi les marques en lice, Alfa Romeo, Maserati, Talbot Lago et ERA.

Vingt-deux pilotes disputent cette course parmi lesquels les plus renommés se comment l’Italien Giuseppe Farina et l’Argentin Juan Manuel Fangio pour l’Écurie Alfa Romeo.

Côté Français, ils sont quatre à s’aligner au départ :

Yves Giraud-Cabantous, Eugéne Martin, Louis Rosier et Philippe Étancelin, tous au volant d’une Talbot Lago. Sans oublier le Monégasque Louis Chiron qui pilotait, lui, une Maserati !

Les essais qualificatifs se déroulent le jeudi 11 et le vendredi 12 mai. Dès le jeudi, les quatre Alfa Romeo se montrent intraitables et s’adjugent les quatre meilleurs temps !

1’50.8 pour Farina, Fagioli et Fangio n’étant qu’à deux dixièmes. Un peu en retrait avec la quatrième voiture à rapport de pont long, Reg Parnell – lui aussi sur Alfa Romeo – réalise le 4ème temps en 1’52 2.

La domination de l’écurie Italienne se poursuit le lendemain, mais les chronos ne seront pas améliorés.

Seul le Thaïlandais, le Prince Bira – de son vrai nom Birabongse Bhanutej Bhanubandh – au volant d’une Maserati, parvient à approcher les temps des Alfa, avec un tour bouclé en 1 ’52.6, pas assez rapide toutefois pour empêcher les pilotes Alfa de monopoliser la première ligne, occupée par Farina, Fagioli, Fangio et Parnell.

 

GIUSEPPE FARINA DANS L’HISTOIRE…

 

GIUSEPPE-FARINA.

 

Sur la durée de l’épreuve les Alfa Romeo et les Maserati devront ravitailler une fois. La foule est bien présente pour cet événement car … 150.000 spectateurs assistent à la course. Le temps est chaud et ensoleillé.

La course se résume à une outrageante domination des quatre Alfa Romeo d’usine, qui s’envolent de la première ligne et creusent immédiatement un écart important sur leurs adversaires.

Elles se montreront intouchables comme lors des qualifications et inaccessibles du départ à l’arrivée, effectuant leur ravitaillement à mi-course en moins de trente secondes.

Seul l’abandon et à huit tours du ‘damier’, de l’Argentin Fangio, alors en seconde position, les prive d’un quadruplé assuré… car surpris par une tâche d’huile à Stowe Corner, Juan Manuel a malheureusement heurté une balle de paille et endommagé une conduite d’huile.

Finalement l’Italien Giuseppe Farina triomphe et l’emporte facilement devant ses coéquipiers Fagioli et Parnell.

Pour les places d’honneur derrière, les Maserati prennent d’abord l’avantage sur les Talbot Lago, le Prince Bira et le Suisse Toulo de Graffenried occupant longtemps, les cinquième et sixième positions.

Mais leurs abandons après la mi-course, offrent aux pilotes Talbot, les Français Giraud-Cabantous et Rosier, les places d’honneur aux quatrième et cinquième rangs, mais loin à deux tours de l’Alfa du vainqueur Farina, victorieux en 2 heures13’23.6

Luigi Fagioli et Reg Parnell complétant ce tout premier podium de l’histoire de la F1 naissante.

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : BRDC

 

 

Evenements F1 Monoplaces

About Author

gilles