INDYCAR : JAMES ALLEN, COBAYE DE DRAGONSPEED

 

 

 

Dragonspeed est l’une des écuries qui se sont lancées récemment en Indycar.
Pour l’instant, elle n’engage qu’une voiture à temps (très) partiel pour Ben Hanley.
Mais afin de préparer l’avenir, James Allen vient d’être intronisé pilote de développement.

 

À l’été 2018, des équipes comme Michael Shank, Scuderia Corsa ou Dragonspeed ont annoncé leur intention de se lancer en Indycar.

Des pilotes spécialistes de cette série et  au chômage comme Matthew Brabham, Conor Daly, JR Hildebrand ou Oriol Servia leur ont envoyé leurs CV.

Néanmoins, ces équipes venues de l’endurance ont préférés privilégié la promotion interne. Un pilote qui connait bien l’équipe, plutôt qu’un pilote déjà installé en Indycar.

Michael Shank songe ainsi à aligner Katherine Legge à Indianapolis, alors qu’elle n’y a plus couru depuis des années.

Quant à Dragonspeed, elle débute avec Ben Hanley. Le pilote Britannique n’avait plus touché une monoplace depuis la Superleague 2010 ! Qui plus est, son expérience des USA se limite à une saison d’IMSA.

Cette année, Dragonspeed ne sera présent qu’à cinq épreuves. Déjà présente à St Petersburg et à Barber Parker, l’équipe reviendra à Indianapolis, Road America et Mid-Ohio.

Signalons que contrairement à Michael Shank et à Scuderia Corsa, Dragonspeed ne s’appuie pas sur une équipe existante.

En 2020, les hommes d’Elton Julian devraient disputer davantage d’épreuves et peut-être passer à deux voitures.

Dans cette optique, l’équipe a promu James Allen pilote d’essai et de développement. Allen court actuellement en Mondial WEC et en IMSA avec Dragonspeed.

Côté monoplace, l’expérience de l’Australien est plus léger. Il avait débuté, via la BMW Talent Cup, en 2013 (un podium en trois courses.)

Puis ce fut la FR ALPS, en 2014. En 2015, il s’attaqua également à l’Eurocup FR. Mais il fallu attendre 2016 pour le voir sur un podium.

Il triompha même, en FR NEC. Ensuite, il se reconverti en endurance.

Comme Hanley, il a très peu roulé aux États-Unis.

C’est donc un choix curieux, compte tenu du nombre de pilotes disponibles…

 

Joest Jonathan OUAKNINE

Photo : DRAGONSPEED

 

Indycar Monoplaces

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE