FORMULE e : UNE COURSE À SHANGHAI ?

 

 

 

Alejandro Agag, le Patron de la Formule e, est en discussions avec les autorités de Shanghai. Ainsi, en 2019-2020, l’ePrix de Shanghai remplacerait soit Hong-Kong, soit Sanya.

 

Les ePrix de Formule e ont du mal à se pérenniser. De rares épreuves comme Berlin, Paris, Marrakech ou Mexico (la seule disputée sur un tracé permanent) commencent à s’ancrer. Les autres, en revanche, vont et viennent. Pour garder une image mondiale, la Formule e a besoin d’au moins une épreuve en Asie. Voire deux, afin de lisser les frais de déplacement. La Formule e sort justement d’une mini-tournée Asiatique, avec Sanya et Hong-Kong. En 2019-2020, la Formule e fera escale en Corée du Sud. Il manque donc une seconde manche asiatique.

Or, Hong-Kong fait face à deux obstacles. D’une part, il va y avoir des travaux à proximité du site. De plus, la FIA se plaint que le tracé (2 km) est trop court. Il ne serait pas possible de l’agrandir. Après trois éditions, l’ePrix de Hong-Kong a-t-il vécu ?

Sanya est également en porte-à-faux. L’ePrix inaugural, en rase campagne, a eu peu de spectateurs. Faute de site adéquat, il est impossible de rouler en centre-ville.

Les deux ePrix pourraient disparaître du Calendrier 2019-2020. La solution de replie, c’est Shanghai. En 2004, Le DTM roula dans les rues de la mégapole. Gary Paffett (aujourd’hui pilote HWA en Formule e) domina l’épreuve. Shanghai serait une destination plus prestigieuse.

Le public est plus ouvert vers l’Occident, donc plus prompt à regarder une course sans Chinois en piste.

 

Joest Jonathan OUAKNINE

Photo : DAIMLER

*

Formule E Monoplaces

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE