SMART VA-T-IL DISPARAÎTRE ?

 

 

 

 

Après un nouvel exercice morose, Smart est sur la corde raide. Daimler réfléchit à plusieurs options, dont une liquidation pure et simple…

 

2019 marque les 25 ans de MCC (Micro Compact Car), la joint-venture entre Swatch et Daimler-Benz, qui allait produire quatre ans plus tard, la Smart (Fortwo). Un quart de siècle plus tard, on ne compte plus les Smart en circulation au cœur des villes, même si les tempêtes furent fréquentes…

En 2018, Smart a certes écoulé 97 346 unités en Europe mais a connu une seconde années de baisse consécutive. Et le mal semble profond…

 

 

Smart Fortwo Pureblack. Copyright : DAIMLER

Une niche en voie de disparition

 

La Smart Fortwo, c’est la définition même d’une voiture de niche. Un véhicule ultra-spécialisé. Deux places, pas de coffre. Les Américains la trouvent trop petite et les Chinois n’aiment pas les biplaces (jugées égoïstes.) Elle s’adresse uniquement aux Européens. C’est la voiture que les habitants de l’ultra-centre achètent car elle se faufile dans les ruelles et se gare partout.

Sauf qu’aujourd’hui, cette niche disparaît. Dans les centre-villes, les places de stationnement en surface disparaissent. Reste des parkings souterrains où les places ont toutes la même taille. Les ruelles sont désormais piétonnes. Du coup, la Smart est engluée dans les embouteillages et subit les mêmes restrictions de circulations que les autres voitures.

Une partie de la clientèle se dit « à quoi bon ? »  Tant qu’à avoir une voiture, autant prendre une Twingo, une MINI ou une Fiat 500, plus polyvalente et plus valorisante !

Mais le gros de la clientèle ne veut plus posséder de voitures. Elle considère qu’en ville, c’est un boulet. Elle lui préfère des transports en commun, le vélo, les VTC, voire le scooter qui lui peut encore se garer dans la rue et se joue des embouteillages.

 

La Smart Fortwo, une voiture pour la ville… Copyright : DAIMLER

 

Un futur bien noir

 

D’emblée, la Smart fut pensée en électrique. La Smart Electric Drive (2006) fut un galop d’essai. L’actuelle ForTwo est proposée en électrique, depuis 2014. À partir de 2020, les versions thermiques devraient disparaître.

Sauf que le logiciel de Smart a dix ans de retard! Avec l’électrique, l’industrie automobile a longtemps ciblé les écolos-bobos. Leurs proposant de surpayer des golfettes à usage urbains, au motif de la protection de la planète.

Sauf que cette frange de la population hait l’automobile dans son ensemble. Electrique ou pas. Les Citroën C-Zero/Peugeot Ion, BMW i3, Renault Twizy et Zoe, ne décollent pas et sont autant de flops…

Puis Tesla est arrivé !

On a découvert que le client de l’électrique est un CSP++. Il veut de l’électrique car il est avide de technologie. Tesla propose des gros SUV et des grandes berlines capables d’avaler plusieurs centaines de kilomètres.

Les constructeurs ‘Premium’ ont alors du coup réagi, avec la Jaguar iPace (sacrée voiture de l’année 2019), la Mercedes-Benz EQC ou l’Audi eTron Quattro.

Dans ce contexte, la Smart Fortwo EQ semble condamnée.

 

La Smart Fortwo EQ (électrique.) Copyright : DAIMLER

Un projet industriel en suspend

 

De part ses volumes limités, la Smart Fortwo n’est pas rentable et Daimler avait absolument besoin d’un partenaire industriel. Il croyait l’avoir trouvé avec Renault !

La Twingo et la Forfour sont deux jumelles. Elles sont produites ensemble, chez Renault, à Novo Mesto, en Slovénie. Leurs plateformes est celle de la Fortwo, rallongée. En plus, cela permettait à Smart d’étendre sa gamme…

Sauf que cinq ans plus tard, Renault a changé d’avis.

La Twingo ne se vend pas comme espéré. La Kwid, conçue à l’origine pour l’Inde, est exportée dans les pays émergents. La remplaçante de la Kwid pourrait être vendue en Europe (avec un moteur électrique) et ainsi remplacer la Twingo, comme micro-citadine.

De plus, l’usine de Novo Mesto produit également des Clio. Or, pour la Clio 5, dévoilée il y a peu, Renault compte augmenter les cadences en Slovénie.

Pour Smart, le partenariat avec Renault s’engage dans une voie sans issue… Et on l’a dit, la Fortwo ne peut supporter seule les coûts de développement d’une nouvelle voiture.

En théorie, le projet industriel de Daimler pour Smart court jusqu’en 2026.

Mais non seulement le groupe pourrait décider d’arrêter la marque, mais il pourrait même anticiper l’arrêt… de la production !

Si l’on en croit  une source interne révélée par le quotidien Allemand Handelsblatt, un partenariat avec une marque chinoise, suivi d’un transfert de production de l’Europe  (Hambach en France et Novo Mesto, en Slovénie) vers l’Asie n’est pas non plus à exclure et serait sérieusement envisagée.

Enfin, selon le Financial Times, Daimler pourrait effectivement céder 50% de Smart à la firme Chinoise Geely, laquelle est déjà propriétaire de la firme Suédoise Volvo, et ce avant le prochain Salon Automobile de Shanghai, qui doit ouvrir ses portes mi-avril !

 

Joest Jonathan OUAKNINE

Photos : DAIMLER

 

La Smart Forfour, cousine de la Twingo. Copyright : DAIMLER

 

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE